Guillermo Billinghurst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Guillermo Billinghurst

Guillermo Enrique Billinghurst Angulo (Arica, 27 juillet 1851 - Iquique, 28 juin 1915), est un homme politique péruvien. Il succède à Augusto B. Leguia y Salcedo à la présidence du Pérou en 1912 jusqu’en 1914. Durant son mandat, Billinghurst fut entraîné dans un conflit de plus en plus dur avec le Congrès, en raison de son projet de loi sociale moderne, qui a cherché à résoudre le problème du litige de Tacna-Arica. Cela provoqua un soulèvement militaire du colonel Oscar R. Benavides qui prit le pouvoir en 1914. Billinghurst fut envoyé en exil et meurt à Iquique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naquit à Arica, alors en territoire péruvien à cette époque. Il fut le fils de Guillermo Eugenio Billinghurst et de Belisaria Angulo Tudela. Il se maria avec Emilia Rodriguez Prieto.

Membre du parti démocrate[modifier | modifier le code]

Billinghurst appartenait aux démocrates, qui étaient alors considérés comme les architectes d'une stabilité politique et économique inattendue qui émergea dans le pays, mais qui provoquèrent de profonds changements sociaux qui modifièrent le paysage politique. Comme vice-président de l'Administration de Pierola (1895-1899), Billinghurst fit plusieurs tentatives pour résoudre le conflit avec le Chili pour les territoires de Tacna et Arica. Le 9 avril 1898), un mémorandum fut signé entre le ministre des Affaires étrangères chilien Raimundo Silva Cruz et Billinghurst. Ce mémorandum définis alors qu’ils devraient procéder à un référendum entre les deux pays. La reine d'Espagne, Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine (1858-1929) fut demandée comme arbitre afin de déterminer les conditions de vote. Les événements suivants amenèrent au protocole Billinghurst-Latorre. Celui-ci ne fut pourtant pas ratifié par la Chambre des députés chilienne. En raison de cet échec, les relations diplomatiques entre le Pérou et le Chili furent rompu en 1901.

Les élections de 1912[modifier | modifier le code]

L'élection 1912 a été une des périodes les plus excitantes de la « République Aristocratique » (un terme qui, au Pérou, se réfère aux dirigeants qui pour la plupart appartenaient à l'élite sociale). Le Parti Civil avaient désigné Antero Aspillaga, l'un des membres les plus importants et de tendance conservatrice. Le Parti Civil fut incapable de gérer les nouvelles forces sociales que leurs politiques déchaînèrent. Cela se remarqua particulièrement en 1912 lorsque Guillermo Billinghurst, ancien maire de Lima, organisa une grève générale pour bloquer l'élection du candidat du Parti Civil (Aspillaga) et força son élection par le Congrès, en raison de ses politiques populistes à Lima.

Présidence[modifier | modifier le code]

L'une des réalisations de l'administration de Billinghurst fut la création d'une législation qui garantit huit heures de travail. En 1914, le Congrès ouvrit une procédure de destitution de Billinghurst. Il menaça alors d'armer les travailleurs afin de dissoudre, par la force, le Congrès. Durant son mandat, en dépit que son parti soit composé en grande partie de membre de l'oligarchie péruvienne, leurs actions avaient une teinture clairement populaire et tourné vers la défense des droits des travailleurs. Cela s'est traduit par des mouvements populaires exigeant le respect de leurs droits. Guillermo Billinghurst a été renversé le 4 février 1914, dans un coup d'État militaire dirigé par le colonel Oscar R. Benavides, Javier et Manuel Prado Ugarteche, et les membres conservateurs du Parti Civil. Plus tard en l'exil, Billinghurst affirma: « Le jeunes Prado, dans un discours long et pathétique, m'a donné les détails et les raisons du coup d'État: tous ont reconnu mon patriotisme, mon intégrité et ma capacité de gouverner. Cependant, mon erreur la plus grave concernait ma politique intérieure et, enfin, je pense que les fils de l'ancien président Prado doivent laver la mémoire de leurs parents »

Liens externes[modifier | modifier le code]