Augusto Leguía

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Augusto Leguía

Augusto Bernardino Leguia y Salcedo (Lambayeque, 19 février 1863Lima, 6 février 1932) était un homme politique péruvien. Il occupa la présidence de la république de 1908 à 1912 puis de 1919 à 1930.

Biographie[modifier | modifier le code]

Augusto Bernandino Leguia naquit à Lambayeque le 19 février 1863. Fils de Nicanor Leguia y Haro et de Maria del Carmen Salcedo Taforo, il était issu d’une famille descendant de l’aristocratie espagnole arrivée à l’époque de la vice-royauté. Pendant sa jeunesse, il combattit à la bataille de Miraflores pour la défense de Lima avant l’occupation chilienne. Il se maria en 1890 avec Julia Swayne Mariategui avec qui il eut 6 enfants.

Après la guerre, il s’installa aux États-Unis pour travailler à la New York Life Insurance Company. Dans les années 1900, devenu riche, il décida de revenir au Pérou. Il entra en politique en 1903 à la demande de Manuel Candamo Iriarte (chef du parti civilista) et de José Pardo y Barreda (premier ministre). Il fut avec succès ministre des finances jusqu’en 1904. Lorsque Pardo devint président, il offrit le poste de premier ministre à Leguia. Il y restera jusqu’en 1907, pour ensuite briguer la présidence. En 1908, il gagna les présidentielles.

Premier mandat présidentiel[modifier | modifier le code]

Il succéda ainsi à José Pardo y Barreda. Pour son premier mandat il se consacra à faire de multiples reformes économiques dans le but d’industrialiser le Pérou et d’en faire une véritable société moderne.

Le 29 mais 1909, un groupe de partisans de Piérola réussissent à forcer les portes du palais présidentiel exigeant la démission de Leguia. Dans ce groupe, on nota la présence du père, Carlos et des fils, Isaias et Amadeo, de Piérola. Leguia ne voulant pas démissionner, le groupe l’enleva pour l’emmener devant le monument Bolivar. La police vint alors sauver le président au milieu de combat qui causèrent la mort d’une centaine de personne.

Jusqu’en 1912, il eut à faire à de sérieux problèmes frontaliers notamment avec le Brésil et la Bolivie. Le problème portant sur la frontière avec le Brésil fut réglé avec la signature du traité de Velarde-Rio Blanco. Ce traité établissait que les rivières Yaravi et Yaverija dessineraient la plupart de la frontière. C’est un autre traité, celui de Polo-Bustamante, qui permit de définir la frontière avec la Bolivie et le partage du lac Titicaca.

En 1912, il fut remplacé à la présidence par le millionnaire Guillermo Billinghurst, ancien maire de Lima. Dans les années qui suivirent il voyagea aux États-Unis et en Angleterre pour apprendre les méthodes bancaires et financières, qu’il appliquera plus tard.

Retour au pouvoir[modifier | modifier le code]

En 4 juillet 1919, il renversa Pardo qui alors exerçait une deuxième présidence. Il assura, dans un premier temps, le pouvoir comme président provisoire, avant de dissoudre le congrès. Puis le nouveau parlement le désigna président constitutionnel le 12 octobre 1919. Il fut réélu en 1924 et 1929. Leguia abolit la constitution, qui datait de 1860 et qui reste encore la plus longue de Pérou pour en promulguer une nouvelle en 1920. Ces années au pouvoir furent marquées par un système dictatorial en supprimant toute opposition. Plusieurs opposants furent ainsi exilés, tel que Victor Raul Haya de la Torre au Mexique (fondera en exil l’APRA en 1924) et José Carlos Mariategui, chef du parti communiste du Pérou.

Pendant ces onze années au pouvoir, il modernisa Lima au moyen d’importants travaux financés par de lourds emprunts, dans le but de fêter le centenaire de l’indépendance nationale, améliora le système de santé avec la construction d’hôpitaux. Il profita de son second mandat pour rénover le palais du gouvernement, en 1926. Enfin il créa la banque centrale de réserve du Pérou et la banque hypothécaire du Pérou.

Au plan de la politique extérieure, il signa les traités frontaliers avec la Colombie et le Chili. Le désaccord avec la Colombie fut réglé en 1922 avec la signature du traité de Salomon-Lozano. Ce traité prévoyait que le Pérou devait céder les terres entre les rivières Putumayo et Caqueta. Enfin le compromis de Tacna-Arica permit de mettre un terme aux discordes frontalières avec le Chili.

Après 11 années de gouvernement, il fut renversé par Luis Miguel Sanchez Cerro le 25 aout 1930. Il fut arrêté puis emprisonné au pénitencier de Lima où il mourut en 1932.