Dr. Hook & the Medicine Show

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dr. Hook & the Medicine Show

Pays d'origine New Jersey, Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Blues, rock, country, americana
Années actives 1969 - 1985
Labels Columbia Records, Capitol Records, CBS, Casablanca Records
Site officiel http://www.doctorhook.com
Composition du groupe
Anciens membres Dennis Locorriere
Ray Sawyer
Billy Francis
George Cummings
John David
Rik Elswit
Jance Garfat
John Wolters
Bob "Willard" Henke
Rod Smarr

Dr. Hook & the Medicine Show est un groupe de musique américain, mélange de pop, country et de soft rock, qui s'est créé aux alentours de Union City, New Jersey en 1967 sous le nom The Chocolate Papers. Le groupe a connu un succès commercial considérable dans les années 1970 avec plusieurs tubes dont : « Sylvia's Mother », « The Cover of the Rolling Stone », « A Little Bit More » et « When You're in Love with a Beautiful Woman ». Outre leur répertoire, Dr. Hook and the Medicine Show a interprété les chansons écrites par le poète Shel Silverstein.
Mieux connu ensuite sous le nom Dr. Hook, le groupe s'est régulièrement retrouvé en tête du hit-parade pendant huit ans, aux États-Unis comme au Royaume-Uni, et a connu par la suite un succès encore plus grand grâce à un répertoire de chansons plus commerciales[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois amis sont à l'origine du groupe : George Cummings, Ray Sawyer et Billy Francis, qui se sont produits tout le long de la Côte Est et dans le Midwest, avant de finalement s’installer dans le New Jersey. Là-bas, ils recrutent leur futur chanteur Dennis Locorriere, et lorsqu’un propriétaire de club leur fait remarquer qu’il leur faut un nom à inscrire sur l'affiche de son établissement, Cummings écrit : « Dr. Hook and the Medicine Show : Tonic for the Soul » (jusqu'à cette date Cummings, Sawyer, et Francis étaient connus sous le nom « The Chocolate Papers »). Le nom est inspiré des charlatans médecins qui sillonnaient les routes à l’époque du Far West. Jusqu'à ce jour, Ray Sawyer est souvent confondu à tort avec Dr. Hook, à cause du bandeau qui cache son œil, suite à un accident de voiture qui a failli lui être fatal en 1967 dans l'Oregon.
Le groupe joue pendant plusieurs années dans le New Jersey, d’abord avec le batteur Popeye Phillips (qui avait également été membre de « The Chocolate Papers »), et qui deviendra ensuite batteur de studio sur le premier album des The Flying Brothers, The Gilded Palace of Sin. Ne partageant plus les mêmes goûts musicaux, Popeye quitte le groupe et retourne chez lui en Alabama et est donc remplacé par un batteur local Joseph Olivier. Au moment où le groupe commence à enregistrer son premier album, Olivier quitte le groupe pour se consacrer à sa famille, et se fait remplacer par le musicien de studio, John « Jay » David, qui rejoindra définitivement le groupe en 1968.
En 1970, Ron Haffkine, directeur musical du prochain film de Herb Gardner, Qui est Harry Kellerman ?, écoute leurs maquettes. Les chansons du film sont écrites par le dessinateur, poète et compositeur Shel Silverstein, qui décide que Dr. Hook est le groupe idéal pour la bande originale du film. Le groupe enregistre alors deux chansons pour le film : Locorriere interprète « The Last Morning », la chanson générique du film, qui sera réenregistrée plus tard pour leur deuxième album Sloppy Seconds, et « Bunky and Lucille », chanson interprétée par le groupe dans le film. Le film, sorti en 1971 par National General Pictures, reçoit un accueil mitigé de la part des critiques et connaît un succès modeste au box-office ; mais il offre, malgré tout, à Dr. Hook and The Medicine Show l’opportunité de signer son premier contrat avec une maison de disques.
Clive Davis, directeur de CBS Records, rencontre le groupe lors d’un entretien qu’il mentionnera dans son autobiographie. Le batteur David battait la mesure sur une corbeille à papier, tandis que Sawyer, Locorriere et Cummings interprétaient quelques chansons et que Francis sautait et dansait sur le bureau du magnat de l'industrie du disque. Cet entretien leur permettra de signer leur premier contrat. Suite à cela, le groupe connaitra ainsi un succès international pendant les douze années qui suivirent, avec Haffkine comme manager du groupe, et aussi comme producteur de tous leurs disques.
Dans leur premier album éponyme, on trouve Locorriere au chant, à la guitare, à la basse et l’harmonica, le guitariste Cummings, le chanteur Sawyer, le batteur David et le chanteur/guitariste et joueur de synthé Billy Francis. On y trouve aussi leur premier tube : « Sylvia's Mother ».
Silverstein a écrit des chansons pour la plupart de leurs premiers albums (et la totalité de leur deuxième album), telles que « Freakin' at the Freaker's Ball », « Sylvia's Mother », « Everybody's Makin' It Big But Me », « Penicillin Penny », « The Ballad Of Lucy Jordan », « Carry Me Carrie », « The Wonderful Soup Stone » et bien d'autres encore ; dont certaines d'entre elles ont été coécrites avec Locorriere et/ou Sawyer.
La composition des membres de Medicine Show changent encore plusieurs fois au cours des années suivantes. En 1972, le groupe accueille un nouveau bassiste, Jance Garfat, ainsi qu’un autre guitariste, Rik Elswit. Quand David quitte le groupe en 1973, il est remplacé par John Wolters. Le prochain à partir est l’un des membres fondateurs, Cummings, qui part en 1975 suite à des désaccords personnels et musicaux, mais le groupe ne le remplacera pas tout de suite. Lorsqu’Elswit apprend qu'il est atteint d'un cancer deux ans après, le groupe engage Bob « Willard » Henke (ancien membre de Goose Creek Symphony). Elswit se rétablit et réintègre le groupe qui conserve, malgré tout, Henke pendant un moment. Quand Henke quitte le groupe en 1980, Rod Smarr les rejoint.
Leur deuxième single « The Cover of the Rolling Stone », tiré de Sloppy Seconds, séduit de nombreux fans qui aiment leur attitude insolente et prestation sur scène. Ce succès permet au groupe de faire la couverture du magazine Rolling Stone, même s’il s’agit d’une caricature plutôt que d’une photo. La chanson se moquant de l'idée selon laquelle un musicien avait « réussi » s’il avait fait la couverture de Rolling Stone.
Au Royaume-Uni, la BBC refuse de passer « The Cover of the Rolling Stone », car la radio considérait que cette chanson faisait la promotion d'une marque, ce qui était contraire à la politique de la BBC. Selon Dennis Locorriere, certains DJ remplacèrent par « Cover of the Radio Times » à la place de « Cover of the Rolling Stone » pour échapper à cette interdiction[2].
Le prochain tube du groupe « A Little Bit More », tiré de l'album éponyme sorti en 1976, est initialement écrit et interprété par Bobby Gosh. D'autres tubes de Dr. Hook se retrouvent aussi au hit-parade comme : « Only Sixteen » (à l'origine interprété par Sam Cooke) (6ème position aux USA), « Sharing the Night Together » (6ème position), « When You're in Love with a Beautiful Woman » (6ème position) et « Sexy Eyes » (5ème position). À l'exception de « A Little Bit More » (11ème position), tous les singles mentionnés ci-dessus se sont vendus à des millions d'exemplaires. « When You're in Love with a Beautiful Woman » est resté numéro un pendant plusieurs semaines en 1979 au Royaume-Uni[1]. Le groupe a effectué beaucoup de tournées, mais n'a jamais réussi à transformer ces succès en ventes d'albums.

Projets solo[modifier | modifier le code]

Sawyer quitte le groupe en 1983 dans le but de poursuivre une carrière solo, tandis que le groupe continue les tournées pendant encore deux ans. Ils terminent avec le Dr. Hook's One and Only Farewell Tour, avec Locorriere comme unique leader du groupe.
En 1988, Sawyer part en tournée en tant que « Ray Sawyer of Dr. Hook », surnom qu’il change ensuite au profit de « Dr. Hook featuring Ray (Eye Patch) Sawyer ». Au début des années 2000, Billy Francis rejoint Sawyer pour quelques concerts.
Locoriere s’installe à Nashville et écrit des chansons pour beaucoup d'autres artistes. En 1989, il effectue un one-man show au Lincoln Center, The Devil and Billy Markham, écrit par Silverstein. Depuis, Locorriere a sorti deux albums solo (Out of the Dark en 2000 et One of the Lucky Ones en 2005), un CD live enregistré en 2004 (Live in Liverpool), un DVD concert (Alone with Dennis Locorriere) et a également fait une tournée en tant que Voix de Dr. Hook. (the Voice of Dr. Hook)
Le 21 janvier 2007, Locorriere apparaît sur scène aux cotés de Pete Townshend, Bill Wyman, Steve Winwood, Joe Walsh, Paul Weller et Yusuf Islam, à l’occasion d’un concert caritatif, Dear Mr. Fantasy, à la mémoire de Jim Capaldi, membre du groupe Traffic, qui est mort en 2005.
En mars 2007, Locorriere (et son groupe) entreprend la Dennis Locorriere Celebrates Dr. Hook Hits and History Tour, afin de promouvoir la sortie du coffret CD/DVD Dr. Hook Hits and History. Un DVD live de la tournée sort en juillet 2007 et se place à la 10ème position du hit-parade des DVD musicaux au Royaume-Uni.
Début 2008, après avoir rencontré Wyman au concert « Dear Mr Fantasy », Locorriere fait une tournée en tant que membre des Bill Wyman's Rhythm Kings, suivie de quelques tournées en solo, ce que Locorriere appelle ses concerts « Alone With ».
Le 15 mars 2010, le troisième album solo de Dennis Locorriere, Post Cool, sort sous le label Proper Records.

Décès[modifier | modifier le code]

John Christian Wolters, batteur pour le groupe de 1973 à 1982, est mort le 16 juin 1997 des suites d'un cancer du foie. Robert Jance Garfat, bassiste pour le groupe de 1972 à 1985, est mort le 6 novembre 2006 dans un accident de moto. Billy Francis, qui jouait du synthé pour le groupe, est décédé le 23 mai 2010 dans la clinique Glenwood Healthcare à Seymour, Missouri à l'âge de soixante-huit ans. Shel Silverstein, qui a écrit la plupart des chansons du groupe, est mort d'une crise cardiaque dans sa maison de Key West, le 10 mai 1999 à l'âge de soixante-huit ans.

Membres[modifier | modifier le code]

  • Billy Francis - clavier (1967-1985) (décédé)
  • Ray Sawyer - chant, guitare (1967-1984)
  • George Cummings - chant et guitare hawaïenne, chœurs (1967-1975)
  • Popeye Phillips - batterie (1967-1968)
  • Jimmy « Wolf Cub » Allen - basse (1967)
  • Bobby Dimingus - batterie (1967)
  • Dennis Locorriere - chant, guitare, basse, harmonica (1968-1985)
  • Joseph Oliver - batterie (1968)
  • John « Jay » David - batterie (1968-1973)
  • Jance Garfat - basse (1972-1985) (décédé)
  • Rik Elswit - guitare solo (1972-1985)
  • John Wolters - batterie (1973-1982) (décédé)
  • Bob « Willar » Henke - guitare (1976-1980)
  • Rod Smarr - guitare (1980-1985)
  • Walter Hartman - batterie (1982-1985)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Année Album Meilleure position dans le hit-parade
US US Country CAN UK[1]
1971 Doctor Hook and the Medicine Show 45 38
1972 Sloppy Seconds 41 16
1973 Belly Up! 141
1975 Ballad of Lucy Jordan
Bankrupt 141
1976 A Little Bit More 62 18 69 5
1977 Makin' Love and Music 39
1978 Pleasure and Pain 66 17 93 47
1979 Sometimes You Win 71 59 14
1980 Rising 175 44
1982 Players in the Dark 118
1983 Let Me Drink From Your Well

Compilations et albums live[modifier | modifier le code]

Année Album Meilleure position dans le hit-parade
US CAN UK[1]
1976 Revisited (Best Of Dr. Hook)
1980 Dr. Hook's Greatest Hits 142 32 2
1981 Live in the U.K. 90
1984 The Rest Of Dr. Hook
1987 Dr. Hook Greatest Hits (And More)
1992 Completely Hooked - The Best of Dr. Hook 3
1995 Dr. Hook and the Medicine Show - Greatest Hits
1996 Sharing The Night Together - The Best Of Dr. Hook
1999 Love Songs 8
2007 Hits and History 14

Singles[modifier | modifier le code]

Année Titre Meilleure position dans le hit-parade Album
US US Country US AC CAN CAN Country CAN AC UK[1]
1972 "Sylvia's Mother" 5 2 2 Doctor Hook and the Medicine Show
"Carry Me, Carrie" 71 82 Sloppy Seconds
"The Cover of the Rolling Stone" 6 2
1973 "Roland the Roadie and Gertrude the Groupie" 83 74 Belly Up!
"Life Ain't Easy" 68
1975 "The Millionaire" 95 Bankrupt
1976 "Only Sixteen" 6 55 14 3 9
"A Little Bit More" 11 15 4 6 2 A Little Bit More
"A Couple More Years" 51
"If Not You" 55 26 21 56 9 5
1977 "Walk Right In" 46 92 39 77 30 Makin' Love and Music
1978 "More Like the Movies" 14 A Little Bit More
"Sharing the Night Together" 6 50 18 3 40 4 43 Pleasure and Pain
1979 "All the Time in the World" 54 82 41 60 64 12
"When You're in Love with a Beautiful Woman" 6 68 5 4 22 7 1
"Better Love Next Time" 12 91 3 39 10 8 Sometimes You Win
1980 "Sexy Eyes"A 5 6 8 1 4
"Years From Now" 51 17 63 3 47
"Girls Can Get It" 34 40 Rising
1981 "That Didn't Hurt Too Bad" 69
1982 "Baby Makes Her Blue Jeans Talk"B 25 17 Players in the Dark
"Loveline" 60 19

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) David Roberts, British Hit Singles & Albums, London, Guinness World Records Limited,‎ 2006 (ISBN 1-904994-10-5), p. 162
  2. (en) Dennis Locorriere, « Question 21: Cover of The Radio Times » (consulté le 02 December 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]