Deinze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deinze
Image illustrative de l'article Deinze
Blason de Deinze
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau de la province de Flandre-Occidentale Province de Flandre-Orientale
Arrondissement Gand
Bourgmestre Jan Vermeulen (CD&V) (2013-18)
Majorité CD&V, OpenVLD+ (2013-18)
Sièges
CD&V
OpenVLD+
N-VA
GroenRood
Wakker Deinze
Sp.a
29 (2013-18)
11
6
5
3
3
1
Section Code postal
Deinze
Astene
Bachte-Maria-Leerne
Gottem
Grammene
Meigem
Petegem-aan-de-Leie
Sint-Martens-Leerne
Vinkt
Wontergem
Zeveren
9800
9800
9800
9800
9800
9800
9800
9800
9800
9800
9800
Code INS 44011
Zone téléphonique 09 & 051
Démographie
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
29 822 (1er janvier 2014)
49,11 %
50,89 %
395 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
19,92 %
61,97 %
18,11 %
Étrangers 1,94 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 3,99 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 14 754 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 59′ N 3° 32′ E / 50.983, 3.53350° 59′ Nord 3° 32′ Est / 50.983, 3.533  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
75,53 km2 (2005)
71,56 %
2,69 %
23,89 %
1,86 %
Localisation
Image illustrative de l'article Deinze

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Deinze

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Deinze
Liens
Site officiel www.deinze.be

Deinze est une ville de Belgique située dans la province de Flandre-Orientale en Région flamande. Elle se trouve au bord de la Lys et compte environ 30 000 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom apparaît pour la première fois sous la forme Donsa ou Dunsa en l'an 840. Le sens est encore obscur, mais pourrait bien renvoyer à une région envahie par la mousse. Poppon, abbé de Stavelot, né en 978 à Deinze, donna ensuite à son pays natal des reliques qu'il avait rapportées de son pèlerinage en Terre Sainte et qui sont enfermées dans le mur de l'église Notre-Dame.

À l'époque féodale Deinze était une seigneurie entre les mains de plusieurs grandes familles; le père de Poppon faisait partie de la plus ancienne que nous connaissions. Nous trouvons ensuite Iweins d'Alost et son fils, qui tenaient la seigneurie en fief des comtes de Flandre. Vint ensuite la famille Courtenay, la comtesse de Bar et le comte de Luxembourg.

Vers 1300 Deinze fut vendue par Walram de Luxembourg à Robrecht de Béthune et revint pour une courte période en possession des comtes de Flandre avant de passer à Robert van Kessel qui allait à son tour la céder aux comtes de Bar.

L'église paroissiale de Notre-Dame fut construite au XIIIe siècle dans le style gothique primitif. À la fin du XVIIIe siècle, elle fut aménagée avec un mobilier précieux et divers objets liturgiques.

En 1431 Philippe le Bon occupa la seigneurie qui, pendant les deux siècles suivants, fut la propriété de la famille della Faille, de Philippe IV d'Espagne, de Diego Messia et de la famille de Mérode, qui resta propriétaire du Marquisat de Deinze, de la ville libre de Petegem, d'Astene et de Drongen.

Sur les plans administratif et juridique Deinze était divisée en deux parties: Deinze intérieur et Deinze extérieur.

Deinze intérieure était divisée en une ville et une ville libre avec un collège échevinal composé de sept échevins. Un bailli représentait le roi. À la fin du XIIIe siècle Guy de Dampierre fit fortifier la ville. Pendant le soulèvement de la côte flamande Deinze s'allia à Bruges, ce qui lui valut en 1327 d'être presque entièrement détruite par les Gantois. Au cours du soulèvement de Gand contre Louis de Maele en 1380 la ville choisit encore une fois le parti de Bruges. Elle fut assiégée à tour de rôle par les troupes de Gand et de Bruges ce qui provoqua sa destruction pour la seconde fois. En 1452 elle fut détruite une troisième fois par les Gantois. De même, au cours du soulèvement contre Maximilien d'Autriche les troupes françaises (1488) et les milices de Gand (1492) s'y livrèrent à d'abominables excès. À ces violences succéda encore une épidémie de peste. En 1566 l'iconoclasme fit rage et la ville fut occupée par une garnison espagnole.

En 1579 Deinze adhéra à l'Union d'Utrecht, mais après un bref répit les violences reprirent. En 1580 la ville fut totalement détruite et vidée de ses habitants. Ceci devait encore se reproduire au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, les troupes françaises en étant les principales responsables. La ville devait encore subir de lourds dommages au cours des deux guerres mondiales.

Nonobstant toutes ces violences, Deinze parvint à connaître des périodes de grande prospérité. Au XIIe siècle, la ville put s'appuyer sur l'industrie drapière et au XVIe siècle sur l'industrie du lin et la tapisserie. La maroquinerie, elle aussi, jouait un grand rôle. La vie culturelle n'était pas moins importante que l'industrie. Dès le XVe siècle, il existait des troupes de théâtre et, au XVIe siècle, la chambre de rhétorique « Nazarenen », qui se développa encore au XVIIe siècle et au XVIIIe siècle. Les théâtres étaient nombreux.

Sur le plan ecclésiastique, la ville fut jusqu'en 1570 dépendante de l'autorité de l'évêque de Tournai avant de passer sous celle de l'évêque de Gand. Au XIIIe siècle, la ville hébergeait un béguinage érigé en l'honneur de Sainte-Marguerite. Après sa destruction, on érigea en 1423 le couvent Sainte-Marguerite. Au cours des guerres de religions, les religieuses furent toutefois forcées de chercher refuge à Akkergem-Gand.

On pouvait également trouver à Deinze refuge consacré à Saint-Blaise qui était desservi par des sœurs augustines. Cet édifice fut également dévasté au cours de l'iconoclasme. Il fut restauré par la suite mais les religieuses en furent expulsées durant la Révolution française. En 1916, les Maricoles (nl) s'installèrent dans les bâtiments à l'abandon et y dispensèrent l'enseignement.

Administration[modifier | modifier le code]

Les bourgmestres furent Johannes lagrange (Parti catholique, précurseur du CD&V) (1921-1932), Jan François Hopsomere, Jan Baptiste Ottevaere, constant DE Beil, Galens, C. Maere (-1971), Ernest Van De Wiele (CVP) (1971-1980), Roger Boerjan (CVP) (1980-2001). Depuis 2001 le bourgmestre est Jacques De Ruyck (CD&V) et la ville est dirigée depuis 2007 par une coalition composée du CD&V et de l'Open VLD. Les partis de gauche GroenRood et SP.a Samen, ainsi que les parti d'extrême droite Vlaams Belang forment l'opposition.

Sections de la commune[modifier | modifier le code]

Astene, Bachte-Maria-Leerne, Deinze, Gottem, Grammene, Meigem, Petegem-aan-de-Leie, Sint-Martens-Leerne, Vinkt, Wontergem et Zeveren

Tableau[modifier | modifier le code]

# Nom Superficie Population (01/01/2008)
I Deinze 8,66 6.454
II Petegem-aan-de-Leie 9,48 9.253
III Astene 9,56 4.915
IV
(XII)
(XIII)
Bachte-Maria-Leerne
-Sint-Maria-Leerne
-Bachte
8,62


1.693


V Sint-Martens-Leerne 3,78 1.184
VI Meigem 7,34 698
VII Zeveren 3,75 926
VIII Vinkt 9,96 1.352
IX Wontergem 5,09 968
X Grammene 3,06 808
XI Gottem 6,19 559
Découpage de la commune en sections

La ville de Deinze est limitrophe des communes et sections de communes suivantes:

Développement démographique[modifier | modifier le code]


  • Source:INS, Ville de Deinze - Opm:1806 à 1970=recensements au 31 décembre; à dater de 1977= décomptes d'habitants au 1er janvier
  • 1971: inclusion de Astene, Petegem-aan-de-Leie et Zeveren (+22,79 km² avec 10.521 habitants)
  • 1977: inclusion de Bachte-Maria-Leerne, Gottem, Grammene, Meigem, Sint-Martens-Leerne, Vinkt et Wontergem (+44,10 km² avec 6.430 habitants)

Curiosités[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame de Deinze

Sport[modifier | modifier le code]

A Deinze sont présents plusieurs clubs sportifs, parmi lesquels le KMSK Deinze, le club de football disposant du matricule 818, qui joue en deuxième division, est le plus connu. Ce club joue au stade "Bourgmestre Van de Wiele". On peut également mentionner Sferos Deinze, le club de volleyball qui joue en 1e provinciale et l'équipe de basket qui joue au même niveau.

Événements récurrents à Deinze[modifier | modifier le code]

  • Le Briellenium - réveillon de la Saint Sylvestre au port du Briel
  • Le Cortège de Canteclaer - Tous les cinq ans
  • Le marché aux batjes - Premier samedi de mai
  • Le marché aux fleurs - Premier samedi de mai
  • La plantation du mai à Petegem - 1er mai
  • Le marché des apiculteurs de petegem - 1er mai
  • Les fêtes du lin de Gottem - Tous les cinq ans
  • La randonnée cycliste des onze villages - Lundi de Pentecôte
  • La randonnée cycliste familiale de wontergem - Second dimanche d'août
  • La procession du sang à Meigem - Premier dimanche de juillet
  • Le marché annuel - Le mercredi précédant le quatrième dimanche de juillet
  • Les fêtes de Deinze - Les deux dernières semaines de juillet
  • Feu d'artifice musical - Dernier mercredi de juillet à 23 heures
  • Marches Canteclaer - Troisième dimanche de septembre
  • Fêtes du vin à Petegem - Les samedi précédant le premier dimanche d'octobre
  • Bénédiction des chevaux - premier dimanche qui suit le 1er novembre
  • Recherche des œufs de Pâques - Samedi avant Pâques
  • Concerts de carillon - Régulièrement

Habitants de Deinze célèbres[modifier | modifier le code]

Nés à Deinze[modifier | modifier le code]

  • Poppon, abbé de Stavelot
  • Willem Baudartius, théologien
  • Hans De Clerq, coureur cycliste
  • Raoul De Keyser, peintre
  • Rudy Dhaenens, coureur cycliste
  • Francesco Planckaert, coureur cycliste
  • Tony Sergeant, footballeur
  • Bert Dhondt, footballeur

Habitants à Deinze[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Deize est jumelée avec Queckenberg (Allemagne) depuis 1980.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]