Désignation des étoiles variables

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les étoiles variables sont nommées suivant une variation des désignations utilisées par Bayer ou Flamsteed (à savoir un identifiant - une lettre ou un nombre - suivi du génitif latin de la constellation à laquelle elle appartient). Avant la deuxième moitié du XIXe siècle, peu d'étoiles variables étaient connues et il semblait raisonnable d'utiliser les lettres de l'alphabet latin, à partir de la lettre R pour éviter toute confusion avec les types spectraux. Le développement de la photographie en astronomie et les découvertes de plus en plus nombreuses d'étoiles variables conduisirent à atteindre la fin de l'alphabet. Deux lettres furent ensuite utilisées, puis, lorsque ce système s'épuisa lui aussi, on utilisa une lettre suivi d'un nombre.

À l'heure actuelle, le système de désignation est le suivant :

  • Les étoiles nommées d'après l'alphabet grec (désignation de Bayer) conservent cette dénomination.
  • Les premières étoiles reçoivent la lettre R, puis S, et ainsi de suite jusqu'à Z.
  • Les étoiles suivantes reçoivent les lettres RR à RZ.
  • On continue avec SS jusqu'à SZ, TT jusqu'à TZ et ainsi de suite pour atteindre ZZ.
  • On utilise ensuite AA jusqu'à AZ, BB jusqu'à BZ et ainsi de suite jusqu'à QZ, si ce n'est que l'on omet tous les couples de lettres comprenant la lettre J.
  • On abandonne l'alphabet latin après 334 combinaisons (334 = 25 × 26 / 2 + 9, le 9 venant des désignations R à Z du début et l'autre terme de tous les couples de deux lettres (hormis J) classées par ordre alphabétiques). Les étoiles suivantes sont nommées V335, V336, etc. Les notation Vnnn avec nnn entier inférieur à 335 sont également tolérées pour les 334 première étoiles. Ainsi, V1 correspond à R, V9 à Z, V10 à AA... et V334 à QZ.

Exemple de désignations: Delta Cephei, R Coronae Borealis, YY Geminorum, V348 Sagittarii.

Référence[modifier | modifier le code]

Modèle:Palette