Photosphère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La photosphère solaire. L'assombrissement centre-bord visible sur cette image est une caractéristique de la photosphère.
Le champ magnétique au niveau d'un groupe de taches froides de la photosphère solaire (intensité exprimée en gauss). Les niveaux de couleur décrivent la composante du champ magnétique le long de la ligne de visée. Les traits blancs illustrent la composante du champ perpendiculaire à la ligne de visée. Image obtenue à partir d'observations du télescope solaire THEMIS[1] et traitée par BASS 2000[2].

La photosphère est la couche de gaz qui constitue la surface visible des étoiles, en particulier du Soleil, et où se forment la plupart des raies spectrales depuis l'ultra-violet jusqu'à l'infrarouge. L'étude de cette couche de gaz permet de définir certaines caractéristiques fondamentales d'une étoile, comme la mesure de sa composition chimique, de sa température et de sa gravité de surface, de son champ magnétique, ou encore des champs de vitesse associés à ses pulsations, à son mouvement rotationnel ou à son mouvement global.

Pour le Soleil, la photosphère a une épaisseur de quelques centaines de kilomètres et permet de définir une température dite effective de 5 780 kelvin. Elle présente un aspect irrégulier causé par le réseau de granules liées aux mouvements convectifs du gaz et devient parsemée de taches solaires, régions localement plus froides et abritant un champ magnétique intense (de l'ordre de 0,3 teslas) d'autant plus nombreuses que l'on est proche d'un maximum du cycle solaire de 11 ans.

Entre la photosphère et le cœur du Soleil, la température et la pression augmentent lorsque la distance au centre du Soleil diminue. Quand on passe de la photosphère à la chromosphère puis à la couronne, la pression diminue. La température atteint un minimum puis réaugmente.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Page officielle du télescope THEMIS
  2. Page officielle de la base de données solaires BASS 2000