Congre commun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le congre commun (Conger conger), appelé aussi anguille de mer, est une espèce de poisson anguilliforme de la famille des congridés.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Illustration de Conger conger dans Les Poissons de Henri Gervais.
  • Taille maximale : 300 cm.
  • Taille commune : 58-200 cm.
  • Taille minimale autorisée (CEE du 7.10.1986) : 58 cm (Atlantique du Portugal au Nord-Écosse (60°N) jusqu'à 18°W, Manche et mer du Nord jusqu'à 64°N 4°W.
  • Poids maximal : 110 kg.

Le congre a un corps très allongé gris bleu foncé. Apode, il ne possède pas de nageoires pelviennes. Ses pectorales sont plus développées et allongées que chez l’anguille. L’anale et la dorsale, dont l'origine est située juste en arrière de l'extrémité des pectorales, sont longues et réunies postérieurement, la caudale n'étant pas distincte. La mâchoire supérieure est saillante.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Carte de répartition du congre commun

Zone marine littotale de l'Atlantique nord-est, du sud de l'Islande (rare) et de la Norvège (rare) jusqu'au Sénégal, mer du Nord (rare), Méditerranée et mer Noire.

Répartition bathymétrique[modifier | modifier le code]

II se trouve sur tout le plateau continental, de la zone de balancement des marées, au bord du talus continental (-200 à -300 m).

Habitat[modifier | modifier le code]

Le congre vit dans les failles rocheuses

Le congre se rencontre de préférence sur les fonds rocheux et sableux, paramètre qui influence la pigmentation de sa peau. Le juvénile, appelé fouet, vit dans les eaux cotières puis migre vers des eaux plus profondes à l'âge adulte.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le congre est un prédateur nocturne vorace se nourrissant de poissons, de crustacés et de céphalopodes, il se cache le jour dans les anfractuosités ou sous les roches. Il se déplace lentement et attaque par surprise. Un seul battement de queue lui suffit pour attraper sa proie. Il peut aussi se nourrir de cadavres. Il avale ses proies d'un seul coup ou les déchiquette grâce à de violents mouvements de la face avant et des mâchoires.

Reproduction[modifier | modifier le code]

On sait peu de chose sur sa reproduction, on suppose que les congres matures entreprennent une migration pour rejoindre leurs aires de frai situées entre les Açores et Gibraltar. Là, à 3000 ou 4 000 m de profondeur, les adultes se rassemblent et pondent leurs œufs. Comme les autres espèces de congridés, ils ne se reproduisent qu'une fois au cours de leur vie et meurent après la reproduction. Quand l'individu atteint la maturité sexuelle vers 5 à 15 ans, ses intestins dégénèrent et il cesse de s’alimenter. La femelle peut pondre entre 3 et 8 millions d'œufs[1],[2].

Risques pour l'homme[modifier | modifier le code]

Comme la Murène (également de l'ordre des Anguilliformes), le congre peut devenir agressif et occasionner de profondes morsures s'il est trop importuné ou blessé. Mais ses attaques restent extrêmement rares: il peut être curieux mais ne représente pas de risque réel.

Intérêt économique[modifier | modifier le code]

Sa chair ferme, un peu grasse, est appréciée dans certaines régions. Le grand nombre d'arêtes de la queue rend cette partie du corps presque inconsommable. Le congre se pêche surtout aux palangres et aussi a la chasse sous marine. Il est capturé également aux nasses et accessoirement au chalut. C'est un poisson recherché en pêche sportive. On le commercialise frais ou congelé et il est consommé frit ou cuit.

Autres dénominations[modifier | modifier le code]

Autre dénomination de vente[modifier | modifier le code]

admise : congre.

Nom français régionaux[modifier | modifier le code]

Manche 

fouet : petit (Fécamp), vigret : petit (Port-en-Bessin), cougrette : petit (Granville, Cancale), fouette : petit (Cancale), tremblou : gros (Saint-Malo), sili mor (Bretagne).

Atlantique 

sili mor, fouet : petit (Bretagne), concrus : petit (île d'Yeu), fouet : petit (Saint-Jean-de-Luz), anguira, orratza (Pays basque).

Méditerranée 

moussole (Roussillon), coungré, coungré nègre (Languedoc), fîelas, fêlât, mourna-grounch (Provence, Nice), grongu (Corse).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Muus, B.J. and J.G. Nielsen, 1999. Sea fish. Scandinavian Fishing Year Book, Hedehusene, Denmark. 340 p.
  2. http://www.fishbase.org/Summary/speciesSummary.php?id=301 FishBase 10 janvier 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :