Conférence de Durban sur les changements climatiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la Conférence de Durban contre le racisme
Conférence de Durban sur les changements climatiques

La Conférence de Durban sur les changements climatiques, d'abord tenue à Durban, Afrique du Sud[1], du 28 novembre au 9 décembre 2011[2], puis prolongée jusqu'au 11 décembre pour espérer trouver un accord[3],[4], est la 17e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP-17) et la 7e Réunion des Parties au Protocole de Kyoto (CMP-7).
À un an de l'échéance de la première période d'engagements du Protocole de Kyoto, arrivant à échéance le 31 janvier 2012, son principal enjeu était d'adopter un accord évitant un vide juridique entre les deux périodes d’engagement[5]. À cette fin, la COP-17 devait en opération les Accords de Cancún ce qui nécessitait l'entrée en vigueur et le financement rapide du Fonds vert pour le climat promis par les pays développés lors de la Conférence de Copenhague (COP-15).

La “ Décision de Durban ” reconnait que tous les pays doivent faire face de manière urgente à la menace grave et potentiellement irréversible des changements climatiques. Elle a permis le lancement d'une plateforme de négociation (la « Plateforme de Durban » pour préparer un accord post-2020 incluant tous les pays et ayant force légale[6] pour - comme le recommandait le GIEC - maintenir l’élévation de la température moyenne de la planète à moins de 2 °C ou 1,5 °C par rapport au niveau préindustriel ”.

Pourparlers préparatoires[modifier | modifier le code]

En amont de la Conférence, les délégués se sont réunis à trois reprises pour déterminer l'organisation des travaux et négocier les ébauches de décisions devant être adoptées à Durban :

  • les Pourparlers de Bangkok sur le climat ont réuni, du 3 au 8 avril 2011, le 14e Groupe de travail sur l’action concertée à long terme (AWG-LCA-14) et le 16e Groupe de travail sur les nouveaux engagements des Parties visées à l’Annexe I du Protocole de Kyoto (AWG-KP-16)[7] ;
  • les Pourparlers de Bonn sur le climat, du 6 au 17 juin 2011 ont réuni les groupes de travail pour une session de reprise (AWG-LCA-14 bis, AWG-KP-16 bis) en plus de réunir les deux organes subsidiaires de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques pour la première fois depuis la Conférence de Cancún (COP-16)[8] ;
  • les Pourparlers de Panama sur le climat, du 1er au 7 octobre 2011, ont réuni les groupes de travail pour une troisième session de reprise (AWG-LCA-14 ter et AWG-KP-16 ter)[9].

Début des négociations[modifier | modifier le code]

La Conférence s'est ouverte le 28 novembre 2011 à Durban, en Afrique du Sud[1]. 183 pays membres de l'ONU participent à cette conférence qui a accueilli 12 000 délégués au total. Dans son discours d'ouverture de la Conférence, le Président sud-africain Jacob Zuma a appelé les négociateurs à prendre des décisions efficaces, rappelant que « Pour beaucoup de personnes dans les pays en développement et en Afrique, le changement climatique est une question de vie ou de mort »[10].

Dès les débuts, la conférence a soulevé du pessimisme. En effet, l'UE s'est montrée attachée lors des premières négociations à perpétuer le principe du Protocole de Kyoto, considéré comme désuet par les autres pays industrialisés[1]. Les écologistes ont été eux peu enthousiasmés par la conférence[11] à l'image du Professeur Mark Maslin, qui a déclaré qu'il n'y avait« aucune raison de se réjouir » ni « rien de concret à espérer »[11]. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) a déclaré que « Durban sera un sommet réussi si les pays participants s’engagent à définir un accord légal contraignant d’ici 2015 »[12].

Certains représentants de pays en voie de développement ont été accusés de faire durer les négociations pour percevoir des indemnités importantes, prévues pour chaque journée de participation[13].
De plus, les experts ont estimé que les États-Unis ne seraient pas prêts à prendre de grands engagements à cette conférence, à l'heure où ils sont talonnés par la Chine au niveau économique[14].

Négociations[modifier | modifier le code]

Accord de l'Après-Kyoto[modifier | modifier le code]

Les divergences entre les pays se sont portées sur le contenu d'un accord devant succéder au Protocole de Kyoto, qui arrive à échéance en 2012[15]. L'ONU a proposé de lier la poursuite du Protocole de Kyoto à des mécanismes de crédit C02 et à des projets dans les pays en voie de développement[15].

L'UE a, elle, proposé de mettre en place un calendrier visant à instaurer un cadre contraignant de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement climatique, ce que la Chine a refusé[16]. Les États-Unis se sont eux aussi opposés à cette idée[17]. La délégation chinoise a par ailleurs estimé qu'il appartenait aux pays industrialisés d'apporter des aides financières et techniques pour l'amélioration du climat[18] et a apporté son soutien aux demandes des pays en voie de développement[19].

La Chine s'est dite favorable à une prolongation du Protocole de Kyoto existant, mais cette position a suscité des critiques étant donné que le pays a signé le Protocole mais n'était alors pas concerné par les réductions d'émissions de gaz à effet de serre[14]. Le Brésil s'est aussi dit attaché au Protocole de Kyoto et s'est dit préoccupé de la volonté de certains pays comme le Canada ou le Japon d'abandonner leurs engagements[20]. Les pays africains ont eux aussi insisté sur une prolongation du Protocole de Kyoto. Le président du groupe des négociateurs africains a déclaré que « les pays en développement en font plus que les pays riches. Ils ont promis de réduire leurs émissions de 5,2 gigatonnes, mais les pays développés ne se sont engagés que pour 3,8 gigatonnes.»[21]

Les États insulaires se sont eux inquiétés de la lenteur d'entrée en vigueur d'un éventuel accord de l'après-Kyoto[22], et ont demandé à l'image des îles Kiribati que cet accord possible prenne également en compte les pays ne participant pas au Protocole de Kyoto[23].

Fonds vert[modifier | modifier le code]

L'idée de créer un « fonds vert » destiné à aider les pays en développement à faire face au réchauffement climatique a été un point central de la conférence. Le projet prévoit un fond doté de 100 milliards $US par an, dont l'entrée en vigueur est prévue à l'horizon 2020[24]. Cette idée, soutenue par les pays du sud, a en revanche rencontré l'opposition des États-Unis[25]. Ban-Ki-Moon a soutenu le projet et appelé les pays développés à prendre leurs responsabilités[26].

Piétinement des négociations[modifier | modifier le code]

Le 6 décembre 2011, le groupe des 77 pays en voie de développement, soutenus par la Chine, a rejeté un projet d'accord présenté à la conférence, estimant qu'il « flexibilise les mécanismes pour les pays développés alors qu’il établit des mesures de réglementation et de contrôle plus strictes pour les nations sous- développées »[27]. Le 9 décembre, un autre projet d'accord final a été rejeté par l'UE, les pays africains et les pays insulaires, qui le jugeaient insuffisant[28].

L'Afrique du Sud a alors proposé de nouveaux textes, plus équilibrés, mais les négociations se sont enlisées dans des questions de procédure[28]. Face aux divergences et à l'enlisement des négociations, la conférence s'est dirigée vers un échec[28]. Des négociateurs ont même quitté la Conférence, désespérant de trouver une solution[29].

Le Japon a lui annoncé qu'il allait sortir du Protocole de Kyoto, justifiant cette décision contestée en disant qu'« il n'y avait pas de raison de prolonger Kyoto tant que les États-Unis et la Chine qui sont aujourd'hui les deux pays les plus pollueurs de la planète ne s'associent pas à un accord mondial »[30]. Le Canada a fait de même, estimant que le principe du Protocole de Kyoto « ne fonctionnait pas »[31].

Finalement, la Conférence a été prolongée dans l'espoir de trouver un accord[32].

Accord final[modifier | modifier le code]

Un accord final a été trouvé le dimanche 11 décembre 2011, avec 36 heures de retard[33].

Le texte final prévoit[34] :

  • un accord sur la mise en place d'un mécanisme de fonctionnement du futur fonds vert. Néanmoins, la question de l'alimentation du fonds n'a pas été élucidée[35] ;
  • une procédure de négociations, dite Plate-forme de Durban « Durban Platform for Enhanced Action », visant à élaborer un engagement juridique, dont la nature précise n'est pas encore connue, et s'appliquant à tous les États. Cet engagement serait signé en 2015 pour une entrée en vigueur en 2020[36]. Cet accord souple modulable permet à chaque pays d'y adhérer tout en permettant aux pays émergents le souhaitant de démarrer leurs engagements dans le cadre du futur accord post-2020, alors que les pays développés contribueraient dès 2013 (dans le cadre de la Convention de Rio ou d’une deuxième période du Protocole de Kyoto). une seconde période d’engagement dans le cadre du Protocole de Kyoto est actée, avec un niveau d’ambition devant être augmenté. La négociation n'a pas été jusqu'à définir un caractère caractère contraignant ou volontaire au futur protocole.

Ce texte, a minima par rapport à ce qui était attendu, est considéré par certains experts comme une déclaration d'intention plus que comme un accord[37].

Critiques[modifier | modifier le code]

Cet accord a soulevé de nombreuses critiques.

Il n'est pas juridiquement contraignant[38], et les États-Unis ont fait insérer dans le texte final une « clause de sortie » qui permet d'éviter que tout nouvel accord le soit[39].

Les promesses de réductions de gaz à effet de serre faites par les pays sont insuffisantes et ne couvrent au total que 60 % des efforts nécessaires pour tenir le réchauffement en dessous du seuil de 2 degrés celsius[33] d'ici à 2100, par rapport à l’ère pré-industrielle (sommet de Copenhague). Au vu des additions des promesses des différents pays, il se dirigerait vers une hausse de 3,5 degrés[40]. Le financement du futur fonds vert est pour le moment très hypothétique[40].

Le Canada a été très critiqué pour être sorti du Protocole de Kyoto, notamment par la Chine, l'Inde et l'Union européenne[41]. Le premier ministre canadien Stephen Harper a déclaré qu'entrer dans le Protocole de Kyoto avait été une erreur pour le Canada[39].

Réactions[modifier | modifier le code]

Gouvernements[modifier | modifier le code]

Les réactions au sein des gouvernements ont été très diverses : Les États-Unis et l'Inde, pays les plus réticents à des engagements internationaux, se sont déclarés satisfaits par cet accord[33]. La Chine s'est aussi déclarée satisfaite, estimant que « la conférence a amené à des décisions sur les arrangements de la seconde période de mise en application du Protocole de Kyoto, qui constitue la question la plus préoccupante pour les pays en développement »[42].

La commissaire européenne pour le climat Connie Hedegaard a elle déclaré que « l'essentiel est que toutes les grandes économies, toutes les parties en présence se sont légalement engagées sur l'avenir »[33]. Ban-Ki-Moon a qualifié l'accord de significatif[43].

Le gouvernement des Iles Tuvalu, menacées par le réchauffement climatique, a lui implicitement déclaré n'être pas satisfait par l'accord, car selon lui, « la communauté internationale devrait prendre des décisions importantes contre le réchauffement climatique maintenant, pas demain ni en 2015.»[44]

Partis politiques et ONG[modifier | modifier le code]

Les ONG écologistes ont généralement mal accueilli les résultats de la Conférence de Durban. Greenpeace a estimé qu'avec cet accord, « les pollueurs avaient gagné, les peuples avaient perdu »[45]. L'ONG « Les Amis de la Terre » a estimé que l'accord de Durban avait « touché le fond » et constituait « une ruse pour détourner l'attention du monde de l'échec des pays développés à respecter les engagements existants de réduire leurs émissions »[46].

Oxfam a déclaré qu'« on peut résumer Durban à une énorme déception, dont la faute (...) pèse directement sur les épaules des États-Unis et d'autres pays (...) » [47].

Corine Lepage a qualifié l'accord de Durban d'« accord de façade »[48]. La candidate écologiste française à l'élection présidentielle Eva Joly a elle estimé que l'« accord représentait l'échec collectif des dirigeants mondiaux »[49].

Le Parti vert Néo-Zélandais a estimé que l'accord était un « mécanisme diplomatique (...) qui ne réduira pas les émissions de gaz à effet de serre. »[50]

Suites[modifier | modifier le code]

La Conférence suivante sera la 18ème Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), à Doha (Qatar), du 26 novembre au 7 décembre 2012, étape-charnière entre la première période d’engagement du Protocole de Kyoto et la fin de la négociation pour 2012-2020 et la préparation d’un futur accord post-2020.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « C'est parti pour la Conférence de Durban sur le climat », sur Tribune de Genève,‎ 28 novembre 2011 (consulté le 12 décembre 2011)
  2. (en) United Nations Framework Convention on Climate Change - Calendar
  3. « Nouvelle nuit incertaine aux négociations marathon de Durban », sur Cyberpresse.ca (consulté le 13 décembre 2011)
  4. (en) « Calendar », sur UN Framework Convention on Climate Change (consulté le 8 décembre 2011)
  5. Objectif Terre, En profondeur
  6. « Decides that the Ad Hoc Working Group on the Durban Platform for Enhanced Action shall complete its work as early as possible but no later than 2015 in order to adopt this protocol, legal instrument or agreed outcome with legal force at the twenty-first session of the Conference of the Parties and for it to come into effect and be implemented from 2020 »
  7. Objectif Terre, vol. 13, n°2
  8. Objectif Terre, vol. 13, n° 3
  9. Objectif Terre, vol. 13, n°4
  10. « Conférence sur le climat à Durban: appel pressant des pays les plus vulnérables », sur L'internaute,‎ 29 novembre 2011 (consulté le 12 décembre 2011)
  11. a et b « Durban, la conférence qui ne fait pas rêver les écologistes »,‎ 29 novembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  12. « Blog 1: et c'est parti! », sur WWF,‎ Lundi 28 novembre 2011
  13. « Conférence de Durban : la petite astuce des négociateurs pour arrondir leurs fins de mois », sur Le Parisien,‎ 30 novembre 2011 (consulté le 12 décembre 2011)
  14. a et b Céline Masfrand, « Sommet de Durban : qui veut quoi parmi les grandes nations ? », sur Le Parisien (consulté le 12 décembre 2011)
  15. a et b « Conférence de Durban : point sur les négociations », sur Medef-Corse,‎ 30 novembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  16. « Négociations climatiques: la Chine estime que l'Europe demande «trop» », sur La libre,‎ 30 novembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  17. « Sommet de Durban: L'Europe tente un coup de poker », sur 20 minutes (consulté le 13 décembre 2011)
  18. « Les attentes de la délégation chinoise pour la conférence climatique de Durban », sur French.china.org.cn (consulté le 13 décembre 2011)
  19. « La Chine réaffirme son soutien aux pays en développement sur leurs demandes rationnelles concernant le changement climatique », sur French.peopledaily.com.cn (consulté le 13 décembre 2011)
  20. « Brésil : Réelle volonté de consensus pour sauver le Protocole de Kyoto à Durban?consulté le=13 décembre 2011 », sur Greenvert
  21. http://www.euractiv.com/fr/climat-environnement/les-pays-africains-se-rapprochent-de-lue-durban-news-509581
  22. « Réchauffement planétaire : l'après-Kyoto en jeu à Durban », sur Radio Canada (RDI),‎ 28 novembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  23. http://unfccc.int/files/meetings/durban_nov_2011/statements/application/pdf/111208_cop17_hls_kiribati.pdf
  24. (en) Betwa Sharma, « In Durban, India debates $100 billion Global Green Fund », sur Smartplanet,‎ 2 décembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  25. « Tractations à Durban pour un Fonds vert ! », sur Zurbains,‎ 9 décembre 2011 (consulté le 9 décembre 2011)
  26. (en) Sharon Green, « Durban: Ban Ki-moon Demands Action on Green Climate Fund », sur UK.ibtimes,‎ 8 décembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  27. Tania Hernandez, « Les pays en voie de développement rejettent le projet en faveur des nations industrialisées », sur Radio Havane Cuba (consulté le 13 décembre 2011)
  28. a, b et c « La conférence de Durban sur la voie d’un échec », sur Lesoir.be,‎ 10 décembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  29. « Climat: au treizième jour, la conférence de Durban espère encore un accord », sur Le Point,‎ 10 décembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  30. http://www.lefigaro.fr/environnement/2010/12/02/01029-20101202ARTFIG00689-protocole-de-kyotole-japon-se-desengage.php
  31. http://www.courrierinternational.com/article/2011/12/15/adieu-protocole-de-kyoto
  32. http://www.linternaute.com/actualite/depeche/afp/20/865550/climat_ultimes_tractations_a_durban_le_fonds_vert_prend_forme.shtml
  33. a, b, c et d « Climat : un accord à Durban pour un nouveau pacte mondial en 2015 », sur Le monde (consulté le 13 décembre 2011)
  34. (en) [PDF] Communiqué de presse officiel, 11 décembre 2011.
  35. « Climat : un accord minimaliste à la conférence de Durban », sur Nouvel observateur
  36. (en) What U.N. climate talks agreed in Durban, communiqué de presse de Reuters.
  37. « http://www.rfi.fr/afrique/20111211-conference-durban-afrique-sud-climat-chine-russie-etats-unis-japon-kyoto-kosciusko-morizet- », sur RFI
  38. « Climat : à Durban, le compte n'y est toujours pas, mais les lignes ont bougé », sur TV5,‎ 11 décembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  39. a et b http://www.europolitique.info/politiques-sectorielles/durban-un-pas-en-avant-mais-l-essentiel-est-report-art321447-14.html
  40. a et b Michel De Muelenaere, « Après Durban, un nouveau traité climatique en 2015 », sur Lesoir.be
  41. http://www.rtbf.be/info/monde/detail_le-retrait-du-canada-du-protocole-de-kyoto-seme-la-consternation?id=7240623
  42. « Durban, réactions officielles : les principaux Etats y trouvent leur compte », sur Actu-environnement
  43. « Ban Ki-moon salue l'accord de Durban », sur le Figaro (consulté le 13 décembre 2011)
  44. http://unfccc.int/files/meetings/durban_nov_2011/statements/application/pdf/111207_cop17_hls_tuvalu.pdf
  45. (en) « Durban climate talks ending: Polluters won, people lost », sur Greenpeace (consulté le 12 décembre 2011)
  46. « Le sommet de Durban a "touché le fond", selon les Amis de la Terre », sur France 24,‎ 12 décembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  47. « Durban : l'UE salue "une percée historique", les ONG amères », sur levif.be,‎ 11 décembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  48. « De retour de Durban, des leçons à tirer derrière un accord de façade », sur Rue89 (consulté le 13 décembre 2011)
  49. « Pour Joly, Durban représente "l'échec collectif des dirigeants mondiaux" », sur Le Point,‎ 11 novembre 2011 (consulté le 13 décembre 2011)
  50. http://www.scoop.co.nz/stories/PA1112/S00085/durban-agreement-not-enough-to-stop-climate-change.htm

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]