Citadelle de Montpellier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citadelle de Montpellier
Image illustrative de l'article Citadelle de Montpellier
Bastion de Ventadour et sa guérite en pierre non couverte
Nom local Lycée Joffre
Période ou style XVIIe siècle
Type Citadelle fortifiée, type Vauban
Architecte Jean de Beins
Début construction 1622
Fin construction 1627
Destination initiale Citadelle
Propriétaire actuel Propriété de la commune
Destination actuelle lycée et collège Joffre
Protection  Inscrit MH (1951, fortification, casernement)
Coordonnées 43° 36′ 42″ N 3° 53′ 10″ E / 43.611667, 3.886111 ()43° 36′ 42″ Nord 3° 53′ 10″ Est / 43.611667, 3.886111 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Languedoc
Région Languedoc-Roussillon
Département Hérault
Commune Montpellier

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Citadelle de Montpellier

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Citadelle de Montpellier

La Citadelle de Montpellier est une ancienne place forte située au coeur même du centre historique de Montpellier. Elle a été construite entre 1624 et 1627, sur l'ordre du roi Louis XIII, pour surveiller la ville après plusieurs révoltes. Devenue la caserne Joffre à la fin du XIXe siècle, elle accueille depuis 1947 un établissement de prestige : Le lycée et collège Joffre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire militaire[modifier | modifier le code]

En 1621, le roi de France Louis XIII vint avec une troupe mater la révolte des protestants sous le commandement du duc de Montmorency. Le roi décida la construction d'une citadelle royale proche de la ville pour la surveiller ainsi que sa région, où vivait une importante population protestante. La place forte fut construite entre 1624 et 1627 entre les fortifications à l'est de la vieille ville et la plaine du Lez, fleuve côtier. Elle fut érigée sur les plans de Jean de Beins et les travaux dirigés par Charles Chesnel[2]. Elle était séparée de la ville par une large esplanade, tout en dominant la plaine du Lez dont une partie servit de champ d'exercice (le polygone).

Elle comportait quatre bastions disposés en carré :

  • face à la ville :
    • au nord-ouest, le bastion du Roi,
    • au sud-ouest, le bastion de la Reine,
  • face à la plaine,
    • au nord-est, le bastion de Montmorency,
    • au sud-est, le bastion de Ventadour.

Les bâtiments intérieurs ont été reconstruits plusieurs fois. La dernière reconstruction, antérieure au transfert à l'Éducation nationale, date de 1863.

Sous l'Ancien Régime, la Citadelle a accueilli des troupes royales, ainsi que les entraînements de la milice provinciale du Bas-Languedoc. Plus tard, la citadelle deviendra caserne du 2e régiment du Génie. En 1929, le 28e régiment du Génie est créé à la citadelle de Montpellier. Ce régiment est dissous en 1939. La citadelle servira en 1939 de Centre de mobilisation pour le Génie. Ce centre de mobilisation du Génie contribuera à la mise sur pied des unités du 28e bataillon du Génie de la 28e division d'Infanterie alpine :

  • 28/81 Compagnie Télégraphique
  • 28/82 Compagnie Radiotélégraphique

Ces deux compagnies sont les ancêtres du 28e Régiment de Transmissions, actuellement basé à Issoire.

Histoire scolaire[modifier | modifier le code]

Au cours du XIXe siècle, le Grand Lycée Impérial (= Lycée de garçons) de Montpellier s'est révélé trop petit : créé en 1804 près de l'Esplanade, dans les locaux de l'ancien collège de jésuites, le lycée et ses élèves étaient dispersés sur deux autres sites au nord de l'Écusson.

En 1947, il fut décidé de déménager le lycée-collège de garçons dans la Citadelle devenue alors la caserne Joffre. La première rentrée scolaire eut lieu le 1er octobre 1948 et le déménagement des derniers élèves internes eut lieu en octobre 1959.

Depuis, l'ensemble des bâtiments a été repensé pour des besoins scolaires accrus et de nouveaux bâtiments ont été ajoutés, en particulier le collège. La poudrière du bastion de Montmorency a été convertie en piscine olympique associée à un gymnase et les terrains proches, au sud de la citadelle, en terrains de sport. La cité scolaire Joffre constituée par le collège, le lycée et les classes préparatoires occupent environ 15 hectares dans l'enceinte même de la citadelle, véritable place forte au coeur de la vieille ville.

Les fortifications, les fossés et le grand bâtiment de casernement sont inscrits au titre des monuments historiques depuis le 14 avril 1951[3].

Vestiges actuels[modifier | modifier le code]

De la citadelle d'origine, il reste :

  • les deux bastions du sud (Reine et Ventadour) et la muraille qui les relie qui sont parfaitement conservés. Une palmeraie est plantée au pied de ce mur. L'ensemble fait face à l'allée Henri II de Montmorency et au quartier d'Antigone.
  • côté ouest, le bastion du Roi qui a été percé en plusieurs endroits pour permettre la construction des voies d'accès automobiles du Lycée Joffre et du Centre régional de documentation pédagogique (CRDP, dans le bastion de la Reine) et des voies piétonnes entre le parking au nord et le centre de Montpellier. Les murailles et leurs meurtrières sont toujours visibles. La voie ferrée passe en tranchée au pied de l'ancien mur après un passage en tunnel en partant de la gare de Montpellier.
  • au nord, un parking et des locaux annexes du rectorat qui occupent le plateau. De là, le bastion de Montmorency est parfaitement visible et domine le parking. À l'heure actuelle, il sert de gymnase au lycée Joffre.

Galerie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Secondy, Histoire du lycée de Montpellier. De l'ancien collège des jésuites à la Citadelle (1630-1988), éd. les Presses du Languedoc, 1988. L'ouvrage aborde la transformation des locaux et terrains militaires de la Citadelle pour accueillir le célèbre lycée régional.