Lycée Joffre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joffre (homonymie).
Lycée Joffre
Image illustrative de l'article Lycée Joffre
Entrée principale du lycée Joffre
Généralités
Création 1804
Pays Drapeau de la France France
Académie Montpellier
Coordonnées 43° 36′ 45″ N 3° 53′ 06″ E / 43.6125, 3.885 ()43° 36′ 45″ Nord 3° 53′ 06″ Est / 43.6125, 3.885 ()  
Adresse 150, Allée de la Citadelle
34060 Montpellier
Site internet www.lyceejoffre.net/
Cadre éducatif
Proviseur Jean-Claude Narci
Proviseur-adjoint Nadine Limouzin
Population scolaire 4100
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Le Lycée Joffre (du nom du maréchal Joseph Joffre) est l'un des principaux lycées de Montpellier, en France. L'établissement forme une cité scolaire comprenant un collège, un lycée et des classes préparatoires aux grandes écoles. L'ensemble accueille près de 4 000 élèves de la classe de sixième aux classes préparatoires.

Le corps principal du bâtiment, d'une architecture avec couverture en ardoise date des années 1880 ; il s'agissait, à l'origine de l'ancienne « caserne du Polygone ». À ce sujet, on peut remarquer le trophée d'armes et de drapeaux au sein du fronton central. À partir de la fin du XVIIe siècle, sur ordre de Louis XIV, comme pour Nîmes, Alès ou Saint-Hippolyte-du-Fort, le site fut occupé par une citadelle destinée à surveiller la ville pendant les troubles des guerres de religion dont on peut encore voir les murailles « à la Vauban ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le grand lycée impérial de Montpellier, futur Lycée Joffre, fut inauguré le 7 mars 1804 et connut sa première rentrée le 3 novembre de cette même année[1]. Il prenait ainsi la suite de l'ancien collège royal de Montpellier, fondé par les jésuites en 1629[2] , et qui occupait les locaux de l'actuel musée Fabre.

Les origines du lycée de Montpellier peuvent être retracées jusqu'au XIIIe siècle, puisque le collège royal est lui même l'héritier direct et le continuateur de la faculté des arts de l'université de Montpellier, fondée le 26 octobre 1289 par la bulle papale « Quia Sapientia » du pape Nicolas IV. Il est donc l'un des plus anciens lycées de France et l'unique lycée de province héritier de la tradition de l'enseignement médiéval.

Plus tard, le grand lycée impérial deviendra plus modestement « Lycée de garçons de la ville de Montpellier »[1]. En 1947, il est transféré dans la citadelle bâtie de 1624 à 1627 sous le règne de Louis XIII et prendra, peu après, le nom de Lycée Joffre[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée principale du Lycée Joffre

Le lycée Joffre est situé au cœur même de la ville de Montpellier, jouxtant la célèbre place de la Comédie, sur l'Esplanade, à côté du centre des congrès du Corum. La gare et le centre commercial « le Polygone » se trouvent également à proximité. Les grandes librairies de la ville, ainsi que la médiathèque sont toute proches. Concernant le tramway, le lycée Joffre est très bien desservi, car situé assez près des arrêts du Corum et de la Comédie.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

L'enseignement secondaire[modifier | modifier le code]

La cité scolaire Joffre comprend un important collège (environ 1000 élèves ) dont l'entrée se situe sur l'allée Henri II de Montmorency, au sud-est de la Citadelle. Les bâtiments du prestigieux lycée occupent, eux, l'espace central de la citadelle. Ceux des classes prépas (dont l'internat) se situent à l'entrée, côté esplanade Charles de Gaulle, de chaque côté de l'allée des Droits de l'Homme.

Le collège ainsi que le lycée comportent une section dite OIE (option internationale espagnole) dans laquelle les élèves suivent des cours d'histoire et de littérature en langue espagnole.

Les deux établissements se partagent certains équipements, comme les terrains de sport à l'est de la citadelle, la piscine et la cantine... mais c'est d'abord l'excellence à tous les niveaux qui préside au fonctionnement de cet établissement, ainsi que sa notoriété reconnue au delà des frontières de l'académie.

Les classes préparatoires[modifier | modifier le code]

Le Lycée Joffre est renommé pour ses célèbres classes préparatoires scientifiques (pour un effectif de 500 taupins), littéraires (pour un effectif de 200 khâgneux et hypokhâgneux) et commerciales (pour un effectif d'une centaine d'épiciers). On compte environ 800 élèves dans l'ensemble de la structure des classes préparatoires du Lycée. Environ deux cents places d'internat (moitié filles et moitié garçons) sont à la disposition des élèves en classes préparatoires.

Classes prépas scientifiques[modifier | modifier le code]

Il existe au lycée Joffre six classes de mathématiques supérieures (première année) : deux MPSI, trois PCSI et une classe d'agros (BCPST). Il existe huit classes de mathématiques spéciales (seconde année) : deux PSI (dont une PSI*), trois MP (dont une MP*), deux classes de PC (dont une PC*) et une classe d'Agros (BCPST). Les classes étoilées sont les classes recrutant les meilleurs éléments afin de leur fournir une préparation centrée sur les concours les plus difficiles (École polytechnique, Écoles des mines, École normale supérieure).

Classes prépas littéraires[modifier | modifier le code]

Ces classes sont également appelées Hypokhâgne et khâgne.

Environ 200 élèves suivent ces cours. Ils sont répartis dans les classes suivantes :

  • 2 classes de 1ères années (hypokhâgnes) LS1 et LS2
  • 2 classes de 2èmes années : K2M pour lettres modernes et K2C pour lettres classiques

Les élèves passent généralement à l'issue des deux ans les difficiles et très sélectifs concours de l'École normale supérieure (Ulm / Lyon / Cachan) mais aussi les concours des instituts d'études politiques (Sciences Po, Paris) ou des écoles de commerce reconnus.

En 2008, les élèves des classes préparatoires littéraires du Lycée Joffre ont organisé le premier Festival de Khâgnes, du 18 au 20 juin, avec pour parrain le comédien Michel Galabru, ainsi que l'écrivain et scénariste Jean-Claude Carrière. Il s'agit du seul événement de ce genre organisé dans une classe préparatoire française. Chaque année depuis, les élèves de khâgne prennent en charge l'organisation du Festival de Khâgnes.

Classes prépas commerciales[modifier | modifier le code]

Il s'agit de classes commerciales,filière scientifique. Il existe une classe pour chaque année (ECS1 et ECS2).

Les concours visés sont ceux des écoles de commerce, notamment HEC.

Bureau des élèves[modifier | modifier le code]

Les préparationnaires ont fondé « les Kalaux du Clapas », aussi appelé « le Bural » ou « Très Vénérable Bural » (sous-entendu « bureau des élèves »). Ici encore, ce nom est obtenu à partir du pluriel « bureaux ». Cette association a un statut légal. Elle s'occupe de la gestion du budget destiné à organiser des soirées diverses, parmi lesquelles le Gala des Prépas de Joffre, ainsi que des commandes de kalaux. Le budget de l'association repose, entre autres, sur le bénéfice réalisé lors des commandes de kalaux et des ventes de tickets lors des soirées.

Le Bural est composé de 24 élèves de toutes les filières. Ses membres étaient, jusqu'en 2010, élus par les élèves taupins de deuxième année, les élèves requins (HEC), agros (BCPST) et hypokhâgneux (littéraires) de première année. Mais les conditions pour pouvoir voter ont changé en 2011. Parmi ces postes, onze sont élus exclusivement par les taupins, deux par les agros, deux par les requins et deux par les khâgneux. Les sept autres sont élus par tous les élèves faisant partie du corps électoral.

Résultats[modifier | modifier le code]

Taux de réussite par examen[3]
Année 2007 2008 2009 2010
Bac L 93 % 99 % 98 % 98 %
Bac ES 92 % 95 % 86 % 93 %
Bac S 88 % 95 % 97 % 97 %
Bac STG 78 % 87 % 91 % 92 %

Personnalités célèbres[modifier | modifier le code]

Professeurs[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Un peu d'histoire », sur Lycée Joffre
  2. « Notice historique sur le Collége Royal de Montpellier », sur Google Books
  3. « Le Figaro - Palmarès des Lycées 2011 - Lycée Joffre », lefigaro.fr (consulté le 20 novembre 2011)
  4. Le Parisien, article du 30 janvier 2012
  5. « La prépa, ascenseur social ? », sur Lycée Joffre,‎ 2006
  6. Présentation de la section internationale espagnole sur le site du Lycée Joffre
  7. « Georges Charpak (1924-2010) », sur Lycée Joffre (consulté le 2 décembre 2011)
  8. « Besse, Antonin (1877–1951), entrepreneur and benefactor by T. A. B. Corley », sur Oxford DNB
  9. « Marius Roustan »
  10. Michel Héluwaert, Pour l'éducation populaire, Editions L'Harmattan,‎ 2004, 266 p. (ISBN 2747559262, lire en ligne), p. 75
  11. « Ces étudiants qui ont fréquenté Montpellier », sur lacitoyennete.com/ (consulté le 2 décembre 2011)
  12. Fiche de Georges Frêche sur le site de Montpellier Agglomération
  13. « Fabrice Bellard », sur L'univers de Pi (consulté le 2 décembre 2011)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]