Chouette rayée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chouette rayée

Description de cette image, également commentée ci-après

Strix varia

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Strigiformes
Famille Strigidae
Genre Strix

Nom binominal

Strix varia
Barton, 1799

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 28/06/79

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

La Chouette rayée (Strix varia) est une espèce de rapace nocturne appartenant à la famille des Strigidae.

Description[modifier | modifier le code]

Gros plan sur une Chouette rayée à Richmond, en Virginie.

L'adulte mesure 44 cm de long avec une envergure des ailes de 112 cm. Il a un visage pâle avec des anneaux foncés autour des yeux, un bec jaune et les yeux bruns. C'est la seule chouette typique de l'est des États-Unis qui ait les yeux bruns, toutes les autres ayant les yeux jaunes. La tête est ronde et n'a pas d'oreilles touffes, contrairement au hibou des marais. La partie supérieure est tachetée de gris-brun. La partie inférieure est blanche tachetée, la poitrine est tachetée horizontalement tandis que le ventre est tacheté verticalement. Les jambes et les pieds sont couverts de plumes jusqu'aux talons[1].


Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Les lieux de reproduction de la Chouette rayée sont les forêts denses du Canada, de l'est des États-Unis et du sud de l'Amérique centrale. Au cours des dernières années, la Chouette rayée s'est propagée à l'ouest des États-Unis. Des études récentes montrent que les quartiers de banlieue sont un habitat idéal pour les Chouettes rayées. En utilisant des émetteurs, les scientifiques ont constaté que les populations ont augmenté plus rapidement dans les banlieues que dans les forêts primaires. Le principal danger de la banlieue pour les chouettes vient des automobiles. L'augmentation de la descendance des Chouettes rayées contrebalance ainsi les taux de décès dus aux automobiles et à la maladie[2].

Chouette rayée et Chouette tachetée du Nord[modifier | modifier le code]

Chouette rayée au Parc de la Gatineau, à Gatineau, au Québec.

La Chouette rayée pourrait être en partie responsable du déclin récent de la Chouette tachetée du Nord, originaire de Washington, de l'Oregon et de la Californie. Depuis les années 1960, la Chouette rayée a étendu son aire de répartition vers l'ouest des États-Unis, peut-être parce que les changements de l'homme ont créé de nouveaux habitats dans l'ouest du pays[3]. Lorsque les Chouettes tachetées et les Chouettes rayées partagent le même environnement, ces dernières sont généralement plus agressives et éliminent la concurrence, conduisant à une diminution des populations des chouettes d'origine[4]. Les deux espèces ont également été appelées à se croiser. En anglais, on appelle les hybrides « Sparred Owl » ou « Botted Owl ».

Le 5 avril 2007, la Maison-Blanche a rendu publique une proposition du U.S. Fish and Wildlife Service qui suggérait de procéder à des tirs de Chouettes rayées afin de diminuer la pression exercée par cette espèce sur les Chouettes tachetées[5]. La proposition préconisait la création de 18 sites dans les territoires occupés par des Chouettes tachetés où entre 12 et 32 Chouettes rayées seraient tuées sur chaque site[5]. Les écologistes craignent que le blâme des Chouettes rayées pour leur implication dans la diminution de la population de Chouettes tachetées réduise l'attention portée à la protection territoriale et que la coupe de bois soit réinstaurée dans les zones protégées où habitent des Chouettes tachetées[5].

Comportement et écologie[modifier | modifier le code]

Reproduction[modifier | modifier le code]

Une Chouette rayée, en Floride.

Le nid de la Chouette rayée est souvent présent dans la cavité d'un arbre, mais peut aussi être sur un vieux site de nidification utilisé par un corbeau ou un écureuil[6]. La Chouette rayée est une résidente permanente, mais peut se promener après la saison de nidification. Si un site de nidification s'est montré approprié dans le passé, elles le réutilisent souvent, à la manière des oiseaux non-migrateurs. Aux États-Unis, les œufs sont pondus à partir de début janvier dans le sud de la Floride à la mi-avril dans le nord du Maine, la ponte se composant de 2 à 4 œufs. Les œufs sont couvés par la femelle et l'éclosion a lieu environ 4 semaines plus tard. Les jeunes chouettes quitteront le nid quatre à cinq semaines après l'éclosion[7].

Habitudes alimentaires[modifier | modifier le code]

Le régime alimentaire de la Chouette rayée est constitué principalement de nombreuses espèces de souris, mais aussi de lapins, des tamias, des renards, d'opossums et d'oiseaux comme les tétras et les colombes. La Chouette rayée patauge parfois dans l'eau afin de capturer des poissons[1].

La Chouette rayée chasse en attendant sur une haute perche de nuit, ou en volant à travers les bois et en s'élançant vers le bas sur sa proie. Elle chasse généralement à l'aube ou au crépuscule, mais elle peut également chasser durant les jours nuageux. De toutes les chouettes d'Amérique du Nord, elle est celle la plus susceptible d'être active pendant la journée, surtout pour élever les petits[1].

Vocalisation[modifier | modifier le code]

Le cri habituel de la Chouette rayée est une série de huit hululements accentués se terminant en « oo-aw », avec une baisse de ton à la fin, puis un silence, pendant lequel la chouette écoute les réponses de ses congénères[8]. Le cri est bruyant, et ce durant la plupart des saisons.

Dans l'art[modifier | modifier le code]

John James Audubon a illustré la Chouette rayée dans Les Oiseaux d'Amérique (paru à Londres, au XIXe siècle), où une Chouette rayée est montrée menaçant un écureuil gris, sur la planche 46[9]. L'aquarelle originale d'Audubon a été achetée par la New York History Society où elle demeure à ce jour (Janvier 2009).

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

D'après Alan P. Peterson, il en existe 4 sous-espèces :

  • Strix varia georgica Latham 1802
  • Strix varia helveola (Bangs) 1899
  • Strix varia sartorii (Ridgway) 1874Chouette rayée du Mexique
  • Strix varia varia Barton 1799

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) J. K. Terres, The Audubon Society Encyclopedia of North American Birds, New York, NY, Knopf,‎ 1980, 1e éd. (ISBN 978-0-394-46651-4, lien LCCN?), p. 665
  2. Owls Get Wise to Better Life in Cities, Jeanna Bryner, LiveScience Staff Writer, 2007
  3. Barred Owl Displaces Northern Spotted Owl at Olympic, Scott Gremel, Natural Resources Year in Review, National Park System.
  4. Using Ecological-Niche Modeling to Predict Barred Owl Invasions with Implications for Spotted Owl Conservation, A. Townsend Peterson and C. Richard Robins, Conservation Biology, pages 1161-1165, Volume 17, No. 4, August 2003
  5. a, b et c Durbin, Kathy. "White House Proposes Killing Spotted Owl Rival, Owls at Odds." The Columbian.27 April, 2007.
  6. (en) Helen Roney Sattler, The Book of North American Owls, New York, Clarion Books,‎ 1995 (ISBN 978-0-395-60524-0, lire en ligne), p. 41
  7. Barred Owl Factsheet, Lee and Rose Warner Nature Center, 2008
  8. http://www.csdm.qc.ca/baril/Sixieme/oiseaux%20de%20proie/chouetterayee.htm
  9. http://images.library.pitt.edu/cgi-bin/i/image/image-idx?c=audimg;button1=Go;q1=46;rgn1=audimg_all;sid=067b96e4dd45cdd4ff0342fd4c74b2c9;size=20;lasttype=simple;view=entry;lastview=thumbnail;subview=detail;cc=audimg;entryid=x-aud0046;viewid=AUD0046.TIF;start=1;resnum=1

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :