Chactas (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Choctaw)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Choctaw.

Chactas ou Choctaws (en)

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portraits de membres du peuple chacta

Populations significatives par région
Drapeau des États-Unis États-Unis 160 000 (1990)[1]
Population totale 160 000 (1990)[1]
Autres
Langues

Choctaw

Le chef Chacta Peter Pitchlynn, peint en 1834, par George Catlin

Les Chactas sont une tribu amérindienne vivant dans le sud-est des États-Unis (Mississippi, Alabama et Louisiane). Leur nom historique lors de la colonisation française est Chactas, Tchaktas ou Tchactas. Chateaubriand les appelle Chactas dans Atala et Les Natchez.

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier contact direct attesté entre les Chactas et un Européen a eu lieu avec Pierre Le Moyne d'Iberville en 1699. Des contacts s'étaient sans aucun doute produits auparavant, au moins indirectement, entre les Chactas et les colons du Royaume de Grande-Bretagne par l'intermédiaire d'autres tribus dont les Creeks. Le commerce illégal de fourrure a pu favoriser ces contacts officieux. Malheureusement, la connaissance archéologique de cette période entre 1567 et 1699 est incomplète. Des similitudes sont cependant constatées dans la coloration des poteries et les pratiques funéraires. Elles suggèrent le scénario suivant pour l'apparition d'une culture Choctaw distincte : la région des Chactas (généralement située entre les falaises (bluffs) de Natchez au sud et le bassin de Yazoo au nord) a été lentement occupée par un peuple d'urnes funéraires de la région de Bottle Creek dans le delta de Mobile, avec quelques restes du clan de Moundville qui s'était effondré quelques années avant. Faisant face à une grave crise de population, ils se sont sauvés vers l'ouest, où ils se sont mélangés avec les Plaquemine et un « peuple de la prairie » vivant à proximité. On ne sait pas exactement quand cela s'est produit, mais en l'espace de plusieurs générations, une nouvelle culture était née (avec cependant un fort arrière-plan du Mississippi).

Pendant la guerre révolutionnaire américaine, les Chactas ont hésité entre un soutien à la Grande-Bretagne et à l'Espagne (qui a déclaré la guerre à la Grande-Bretagne en 1779) mais la majorité des Choctaws a soutenu la Grande-Bretagne. Durant la guerre de 1812, sous la conduite de leur chef Pushmataha qui fut alors nommé lieutenant-colonel, ils se sont ralliés à la cause des États-Unis contre l'empire britannique.

Quelques éclaireurs chactas ont servi avec le général de l'Armée américaine Wayne lors de la guerre indienne du nord-ouest. Pendant la Guerre de Sécession, les Chactas ont combattu du côté des États confédérés d'Amérique.

La politique indienne de George Washington visait à « civiliser » les Indiens. Il estimait que les Indiens étaient égaux mais que leur société était inférieure. Le plan en six points incluait :

  1. une justice impartiale envers les Indiens,
  2. un achat régulier des terres indiennes,
  3. un développement du commerce avec les Indiens,
  4. une promotion des expériences se donnant pour but de civiliser les Indiens,
  5. un octroi au Président de « l'autorité de leur faire des cadeaux »,
  6. des punitions appropriées pour ceux qui violaient les droits des Indiens.

Au XIXe siècle, les Choctaws formaient une des Cinq tribus civilisées, ainsi dénommées car elles avaient intégré un certain nombre de pratiques culturelles et technologiques des Européens. Les Chactas sont célèbres pour la grande générosité qu'ils ont manifestée en fournissant des vivres pendant la famine irlandaise.

Traités[modifier | modifier le code]

Bien que de nombreux traités aient été signés avec d'autres nations européennes, seulement neuf l'ont été entre les Chactas et les États-Unis entre 1786 et 1830.

Traité d'Hopewell 3 janvier 1786
Traité de Fort Adams 17 décembre 1801
Traité de Fort Confederation 17 octobre 1802
Traité d'Hoe Buckintoopa 31 août 1803
Traité de Mount Dexter 16 novembre 1805
Traité de Fort St. Stephens 34 octobre 1816
Traité de Doak's Stand 18 octobre 1820
Traité de Washington City 20 janvier 1825
Traité de Dancing Rabbit Creek 15-27 septembre 1830

Le dernier traité, le plus significatif, est le Traité de Dancing Rabbit Creek (1830) qui marque la fin de la souveraineté des Chactas sur leurs terres. L'article 14 a cependant permis à quelques Chactas de demeurer dans l'État du Mississippi :

Article. XIV. Tout chef de famille Chactas qui souhaite rester et devenir un citoyen des États sera autorisé à le faire s'il signifie son intention à l'Agent dans un délai de 6 mois à partir de la ratification de ce traité. Une section de 640 acres de terres lui sera alors réservée.....cette quantité sera augmentée d'une moitié pour chaque enfant non marié de plus de 10 ans qui vit avec lui et d'un quart pour chaque enfant de moins de 10 ans. S'ils résident sur lesdites terres pendant cinq années après la ratification de ce Traité, et confirment leur souhait de devenir citoyen des États-Unis, alors une concession leur sera octroyée...

Aide pendant la famine irlandaise[modifier | modifier le code]

En 1847, au milieu de la période de la famine irlandaise, un groupe de Choctaws a rassemblé 710 dollars et les a envoyés en Irlande pour aider les hommes, les femmes et les enfants irlandais qui mouraient de faim.

Juste 16 ans auparavant, le peuple chacta avait éprouvé « la Piste des larmes » (épisode d'exode forcé) et avait lui-même fait face à la famine. C'était un geste extraordinaire. Cette somme pourrait représenter aujourd'hui un million de dollars., selon Judy Allen, rédactrice au journal de la Nation Choctaw d'Oklahoma, Bishinik de Durant. Pour marquer le 150e anniversaire de ce geste de solidarité, huit Irlandais ont refait le parcours de cet exode forcé[2].

Langage codé[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, l'armée américaine utilise des Chactas pour ses communications cryptées, ils sont plus rapides que les machines à coder[3]. La méthode est reprise pendant la Seconde Guerre mondiale, un groupe de Choctaws enrôlé dans l'armée utilisait leur langage comme un code. Ils servaient d'éclaireurs pour des Indiens de diverses nations, plus particulièrement des Indiens Navajos, qui étaient opérateurs radio ou chiffreurs de messages codés. Cela a fait gagner de nombreuses batailles. De cette histoire est née le film Windtalkers : Les Messagers du vent avec Nicolas Cage.

Prénoms chactas[modifier | modifier le code]

Les Chactas ont donné des prénoms qui prennent souvent ancrage dans la nature qui les entoure, dans les forces surnaturelles qu'ils perçoivent, dans les qualités des personnes, ou bien dans d'autres évènements de la vie, souvent liés à la naissance. Tout comme l'ensemble des peuples nord-amérindiens dont l'étymologie des prénoms amérindiens est similaire.

  • Poloma : prénom féminin qui signifie « arc ».
  • Coahoma : prénom féminin qui signifie « panthère rouge ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « American Indian, Alaska Native Tables from the Statistical Abstract of the United States », Statistical Abstract of the United States: 2004-2005, US Census Bureau, no 124th ed.,‎ 2005 (lire en ligne) [PDF]
  2. (en) Mike Ward, Irish Repay Choctaw Famine Gift: March Traces Trail of Tears in Trek for Somalian Relief, American-Stateman Capitol Staff, 1992.
  3. Margot Guillois, « 1914-1918, L'arme insoupçonnée des Américains », Courrier international,‎ 27 mai 2014 (ISSN 1154-516X, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :