Cinq tribus civilisées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Cinq-Nations.

Les Cinq tribus civilisées est le terme qui désigne cinq nations d'Amérindiens aux États-Unis, considérées comme « civilisées » par la société blanche pour avoir adopté beaucoup de coutumes occidentales (dont la possession de plantations, de maisons à l'européenne et d'esclaves noirs[1]) et pour avoir de bonnes relations avec leurs voisins. Ces cinq nations sont les Cherokees, les Chickasaws, les Choctaws, les Creeks et les Seminoles.

Les Cinq tribus civilisées vivaient dans le sud-est des États-Unis avant leur déportation vers d'autres endroits, en particulier le futur Oklahoma. Aujourd'hui beaucoup d'Indiens d'Amérique du Nord, en particulier ceux qui appartiennent à d'autres nations indiennes, considèrent que ce terme est pour le moins paternaliste, ou même raciste. La dénomination Les cinq tribus est alors utilisée pour éviter toute connotation péjorative.

Histoire[modifier | modifier le code]

Déplacement forcé[modifier | modifier le code]

Les tribus ont été déracinées de leurs territoires à l'est du Mississippi dans une série de déportations qui s'est étalée sur plusieurs décennies et ont migré vers ce qui était appelé le Territoire indien qui est actuellement la partie orientale de l'Oklahoma. La déportation la plus connue est la Piste des Larmes de 1838 pour laquelle le Président Martin Van Buren rompit le Traité de New Echota avec la nation Cherokee pour échanger leur propriété pour une terre plus à l'ouest.

Lorsque les tribus ont été déplacées dans le Territoire indien, le gouvernement leur promit que leurs terres seraient préservées de la colonisation blanche. Certains colons ne respectèrent pas cet engagement, en toute impunité jusqu'en 1893 quand le gouvernement ouvrit le "Cherokee Strip" pour étendre la colonisation par la Conquête de l'Ouest en Oklahoma. En 1907, les territoires de l'Oklahoma et le Territoire indien ont été fusionnés dans un nouvel État de l'Oklahoma. Les Cinq tribus civilisées y sont fortement présentes de nos jours.

Guerre de Sécession[modifier | modifier le code]

Les cinq tribus étaient divisées sur le parti à prendre pendant la Guerre de Sécession. Les Choctaw et les Chickasaw combattaient majoritairement au côté des Confédérés tandis que les Creek, les Seminole et surtout les Cherokee étaient partagés entre le Nord et le Sud. Les Cherokee étaient mêmes divisés au point d'être en guerre civile.

La vie dans le Territoire indien[modifier | modifier le code]

Les Indiens des cinq tribus civilisées s'établissent dans des villes telles que Tulsa, Ardmore, Tahlequah, Muskogee. Ils apportent avec eux leurs esclaves noirs. Le territoire indien est surveillé et encadré par une série de forts construits par le gouvernement fédéral. Les terres sont attribuées aux tribus qui les gèrent librement. Les Cherokees relancent leur journal, alors que les Creeks rédigent une constitution originale. Tous fondent des écoles de village et développent l'enseignement secondaire. Ils réorganisent leurs églises dans lesquels les pasteurs prêchent en langue indigène[2]. Certains Indiens réussissent à entreprendre des études dans les universités américaines[3].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Deux grands musiciens afro-américains, le saxophoniste Charlie Parker et le guitariste Jimi Hendrix ont eu pour points communs d'avoir comme mères des femmes issues de ces communautés, la première était d'ascendance Choctaw, la seconde Cherokee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne Garrait-Bourrier, Monique Vénuat, Les Indiens aux États-Unis : renaissance d’une culture, Paris, Ellipses, 2002, p.98
  2. Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, page 159
  3. Angie Debo, Histoire des Indiens des États-Unis, page 163