Charles Philippe Robin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robin.
Charles Robin

Charles Philippe Robin, né à Jasseron (Ain) le 4 juin 1821 et mort également à Jasseron le 6 octobre 1885, est un médecin, botaniste, physiologiste et homme politique français.

Charles Robin s'est illustré par ses travaux en biologie et en histologie. Auteur prolifique avec plus de 300 articles publiés, il fut le premier à décrire Odium albicans (Candida albicans) et contribua à l'avancée des connaissances en histologie, normale et pathologique, en introduisant notamment l'usage du microscope. Il était considéré comme un « savant micrographe, le père et le propagateur de l'histologie en France »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

De famille bourgeoise, Charles Philippe Robin est grandement influencé par sa mère, Adelaïde Tardy, dont la famille compte de nombreux médecins. Alors qu'il est encore enfant, il perd un œil en jouant avec ses camarades de classe, et doit porter une prothèse de verre tout au long de sa vie. Sa vision monoculaire a probablement joué un rôle dans sa prédilection pour le travail au microscope.

En 1838, il entre à la faculté de médecine de Paris, où il est plus attiré par l'anatomie et la recherche biomédicale que par la médecine clinique. Il obtient son doctorat en médecine le 31 août 1846 avec une thèse sur l'anatomie de la région nasale. En 1847, il est reçu à l'agrégation en histoire naturelle avec sa thèse intitulée Les Fermentations. La même année, il devient docteur ès sciences naturelles. Il est nommé membre de l'Académie impériale de médecine en 1858, puis professeur d'histologie en 1862. Une chaire d'histologie avait été créée pour Charles Robin à la Faculté de médecine de Paris en 1862. Soutenu par Louis Pasteur, il est élu membre de l'Académie des sciences (section d'anatomie et zoologie) le 15 janvier 1866.

Pendant la guerre de 1870-1871, il dirige en province les services médicaux de l'armée et fonde avec Émile Littré la Société de sociologie en 1871. En 1873, il fut nommé directeur du Laboratoire de zoologie marine de Concarneau en Bretagne. Après sa mort, il est remplacé comme professeur d'histologie à la faculté de médecine par l'anatomiste Mathias-Marie Duval. Il a été le médecin de nombreux écrivains, parmi lesquels Flaubert, Mérimée, Michelet et les frères Goncourt.

Charles Robin est sénateur de l'Ain de 1876 à 1885, siégeant à gauche et votant constamment avec les républicains. Il ne se maria jamais, menant une vie basée sur le travail.

Croquis original de Charles Robin
Croquis original de Charles Robin
Croquis original de Charles Robin
Microscope de Charles Robin

Publications[modifier | modifier le code]

  • Des fermentations, thèse pour l'agrégation (1847)
  • Recherches sur un appareil qui se trouve sur les poissons du genre des Raies (1847)[lire en ligne]
  • Mémoire sur l'existence d'un œuf ou ovule, chez les mâles comme chez les femelles des végétaux et des animaux, produisant, l'un les spermatozoïdes ou les grains de pollen, l'autre les cellules primitives de l'embryon (1848)
  • Mémoire sur l’existence de deux espèces nouvelles d’éléments anatomiques dans le canal médullaire des os (1849)
  • Du microscope et des injections dans leur application à l'anatomie et à la pathologie suivi d'une Classification des sciences fondamentales, de celle de la biologie et de l'anatomie en particulier (1849)
  • Observations sur le développement de la substance et du tissu des os (1850)
  • Mémoire sur l’anatomie des tumeurs érectiles (1850)
  • Tableaux d'anatomie comprenant l'exposé de toutes les parties à étudier dans l'organisme de l'homme et dans celui des animaux (1851)
  • Mémoire sur la distinction à l’aide du microscope, de la matière cérébrale, de l’albumine, du fromage et du jaune d'œuf (1851)
  • Traité de chimie anatomique et physiologique, normale et pathologique ou des Principes immédiats normaux, et morbides qui constituent le corps de l'homme et des mammifères, en collaboration avec François Verdeil (3 volumes, 1852-1853)
  • Histoire naturelle des végétaux parasites qui croissent sur l’homme et sur les animaux vivants (1853)
  • Mémoire sur le tissu hétéroadénique (1855)
  • Mémoire sur les objets qui peuvent être conservés en préparations microscopiques, classées d'après les divisions naturelles des trois règnes de la nature (1856)
  • Mémoire contenant la description anatomo-pathologique des diverses espèces de cataractes capsulaires et lenticulaires (1859)
  • Mémoire sur la rétraction, la cicatrisation et l’inflammation des vaisseaux ombilicaux, et sur le système ligamenteux qui leur succède (1860)
  • Mémoire sur les modifications de la muqueuse utérine avant et après la grossesse (1861)
  • Programme du cours d'histologie, professé à la Faculté de médecine de Paris pendant les années 1862-63 et 1863-64 (1864)
  • Leçons sur les substances amorphes et les blastèmes (1866)
  • Leçons sur les substances organisées et leurs altérations (1866)
  • Leçons sur les humeurs (1867)
  • Leçons sur les vaisseaux capillaires et l'inflammation (1867)
  • Anatomie microscopique des éléments anatomiques, des épithélimus (anatomie et physiologie comparées) (1868)
  • Traité du microscope, son mode d'emploi, ses applications à l'étude des injections, à l'anatomie humaine et comparée, à la pathologie médico-chirurgicale, à l'histoire naturelle animale et végétale, et à l'économie agricole (1871)
  • Anatomie et physiologie cellulaires, ou des cellules animales et végétales, du protoplasma et des éléments normaux et pathologiques qui en dérivent (1873). Son ouvrage le plus important.
  • Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l'art vétérinaire, d'après le plan suivi par Nysten, en collaboration avec Émile Littré (1855)
  • Nouveau Dictionnaire abrégé de médecine (1886)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Auguste Aristide Fort, Traité élémentaire d'histologie, A. Delahaye, Paris, 1863.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


C.P.Robin est l’abréviation botanique officielle de Charles Philippe Robin.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI