Château de Książ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Château Fürstenstein)
Aller à : navigation, rechercher
Château de Książ
Image illustrative de l'article Château de Książ
Vue du château de Książ du côté sud
Nom local (pl) Zamek Książ
(de) Schloß Fürstenstein
Période ou style Château fort
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Bolko Ier de Świdnica
Propriétaire actuel Ville de Wałbrzych
Destination actuelle Musée + hôtel
Coordonnées 50° 50′ 31″ N 16° 17′ 31″ E / 50.842, 16.29250° 50′ 31″ Nord 16° 17′ 31″ Est / 50.842, 16.292  
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région historique Basse-Silésie
Localité Wałbrzych

Géolocalisation sur la carte : Pologne

(Voir situation sur carte : Pologne)
Château de Książ

Le château de Książ (en polonais : Zamek Książ ; en allemand : Schloß Fürstenstein; en silésien : Schlessla Ferschtensteen) est le château le plus important de Basse-Silésie, en Pologne. Il se trouve près de Wałbrzych (avant 1946 en allemand : Waldenburg).

Historique[modifier | modifier le code]

Avant le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Vue du château de Książ au milieu du XIXe siècle (collection Alexander Duncker).

L'histoire de ce château remonte au XIIIe siècle. Son nom allemand évolue de Wistenberch, à Vorstinberch, Vorstinburg et Fürstenberg, pour devenir Fürstenstein. Il est détruit par Ottokar II de Bohême en 1263. En 1288-1292, Bolko le Sévère, duc de Świdnica, fait construire un nouveau château fort qui, avec d'autres châteaux, doit assurer la défense du duché. Le dernier seigneur de cette dynastie des Piast à y demeurer est le duc Bolko II le Petit, petit-fils de Casimir III de Pologne et gendre de Léopold Ier d'Autriche. Il meurt sans descendance. Sa veuve, Agnès de Habsbourg, dirige le duché, jusqu'à sa mort, qui est en fait incorporé à la couronne de Bohême. Wenceslas IV attribue le château en 1401 à Janko de Chotiemitz. Il est pillé et saccagé par les Hussites en 1428-1429. Birka de Nassiedel l'obtient en fief du roi de Bohême en 1464. Il le vend plus tard au comte Hans von Schellendorf. Ce dernier est arrêté et emprisonné en 1482 par Matthias Corvin pendant la guerre de Silésie et le château est détruit par les bourgeois de Świdnica (Schwednitz). Le duché de Świdnica reste possession du royaume de Bohême, jusqu'en 1497.

Konrad de Hoberg (le nom de famille devient Hochberg en 1714) acquiert le château et ses domaines en 1509. Il devient la résidence principale des comtes de Hochberg au siècle suivant. L'un des représentants les plus fameux de cette famille est Hans Henrich XI (1833-1907), comte de Hochberg, prince de Pleß et baron de Fürstenstein. Grand-écuyer de Guillaume II, il est titré duc de Pleß en 1905.

Après 1945[modifier | modifier le code]

Les comtes de Hochberg, qui n'habitent plus le château depuis 1928, en restent propriétaires jusqu'en 1941, date à laquelle le régime national-socialiste les exproprie. Ils sont fermement opposés au régime hitlérien. Hans Heinrich VII était déjà installé en Grande-Bretagne depuis 1932 et prend plus tard la nationalité britannique. Il combat du côté anglais pendant la guerre. Son frère Alexander von Hochberg combat du côté polonais contre l'Allemagne. Les autorités installent une école de la Luftwaffe au château et en font un des points du projet Riese, sorte de ligne de défense qui devait relier différentes citadelles entre elles, jusqu'à l'Eulengebirge (monts des Hiboux, Góry Sowie) dans les montagnes du milieu des Sudètes. La salle de bal sert aux réunions du quartier général allemand et sa décoration intérieure disparaît, ainsi que d'autres salles du château. On estime que trois mille travailleurs forcés et prisonniers ont travaillé pendant quatre ans aux creusements des tunnels. Ceux-ci servent aujourd'hui à l'étude de la gravimétrie. Une plaque rappelle dans le parc le souvenir du Projet Riese.

L'Armée rouge victorieuse chasse l'armée allemande en 1945. Le château est pillé. Quelques mois plus tard, il devient le siège de la direction de l'industrie du charbon, puis il est attribué par les autorités communistes polonaises à différentes institutions de travailleurs. À partir de 1971, il devient un centre régional de sport, de tourisme et de loisirs. Il devient possession de la ville de Wałbrzych en 1990.

Une partie du château est ouverte pour les visites du public.

Le 10 décembre 2014 de 14 à 16 heures, un incendie détruit une grande partie des combles et le toit de la partie orientale du château. Celui-ci a dû être évacué par les touristes et le personnel. Une trentaine de brigades de pompiers de toute la voïvodie de Basse-Silésie sont venues combattre le sinistre[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Vue des tribunes du salon Maximilien

Les fondements du château actuel remontent au XIVe siècle avec des fondations irrégulières construites à trente mètres de hauteur. C'est le château supérieur. Le château inférieur remonte au gothique tardif avec l'aile Matthieu (Skrzydło Macieja/Matthäus-Trakt).

C'est dans la seconde moitié du XVIe siècle que le château est reconstruit en style Renaissance. le caractère d'origine du château fort disparaît derrière des éléments de plus en plus décoratifs au fil des différents aménagements successifs. Ainsi, l'aile sud, endommagée pendant la Guerre de Trente Ans, est reconstruite en style baroque italien par Antonio Domenico Rossi à la fin du XVIIe siècle. En 1718-1734, d'autres aménagements ont lieu. Les comtes de Hochberg y résident le plus souvent, dans l'aile résidentielle de cinq étages au sud, et dans le bâtiment de quatre étages à l'est. Le Vorburg est reconstruit au milieu du XVIIIe siècle avec une entrée à deux tours, tandis que le pont d'accès est agrémenté de statues de la mythologie grecque. De 1908 à 1923, l'imposante aile ouest est rebâtie avec la tour Blanche et la tour Saint-Georges, tandis que des aménagements de style néorenaissance ont lieu à l'aile nord. La grande tour prend son aspect actuel en 1923.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Le salon Maximilien a conservé son décor baroque avec ses deux cheminées, ses tribunes, ses stucs d'Ignatius Provisore et ses fresques. Le salon vert est également ouvert au public, ainsi que le salon bleu (salon de musique) et d'autres salles.

Une grande partie du décor d'intérieur disparaît après 1941 du temps de l'utilisation du château par l'armée allemande et quatre ans plus tard par les pillages de l'armée soviétique. Ainsi la Krumme Saal de l'aile Matthieu disparaît totalement ainsi que son décor gothique. Des terrasses, des cheminées, des portails sont détruits pour un aménagement conforme à la pratique et à l'esthétique hitlériennes.

Certaines salles sont restaurées après les années 1990, mais les décors d'autres, comme ceux de la salle des chevaliers, de la salle de bal ou du salon Konrad, dont tout le décor a disparu, sont présentées sous forme de documents photographiques.

Jardins[modifier | modifier le code]

Terrasse dite Taras Wodny
Terrasse de Flore

Les jardins sont arrangés en forme de 12 terrasses[2] aux alentours du château. Il y a notamment le Taras Wodny (terrasse d'eau), le Taras Bogini Flory (terrasse de Flore), le Taras Kasztanowcowy (terrasse des châtaigniers), le Taras Środkowy (terrasse du milieu), le Taras Różany (Kaskadowy) (terrasse des roses, ou des cascades), et le Taras Podkowiasty (terrasse en fer à cheval).

L'ensemble est restauré en 2007 grâce à des fonds européens. La terrasse nord est reconstruite en 2010 et la terrasse inférieure a commencé à l'être en 2011.

Au bas du château, un parc à l'anglaise aménagé au XIXe siècle couvre un espace de 125 hectares traversé par la rivière Pełcznica (Hellebach en allemand). Une allée de tilleuls datant de 1725 mène au village voisin de Lubiechów/Liebichau, aujourd'hui annexé à la ville de Wałbrzych. On trouve également dans le parc la chapelle funéraire de la famille von Hochberg bâtie en style baroque.

À proximité se trouve le haras réputé Stado Ogierów Książ.

Illustrations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]