Świdnica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Świdnica
Blason de Świdnica
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Voïvodie Basse-Silésie
Powiat Świdnica
Commune Świdnica
Maire Wojciech Murdzek
Code postal 58-100 à 58-106
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 74
Immatriculation DSW
Démographie
Population 59 998 hab. (2007)
Densité 2 757 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 51′ 00″ N 16° 29′ 00″ E / 50.85, 16.48333350° 51′ 00″ Nord 16° 29′ 00″ Est / 50.85, 16.483333  
Altitude Min. 204 m – Max. 250 m
Superficie 2 176 ha = 21,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Świdnica

Géolocalisation sur la carte : Pologne

Voir la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Świdnica

Świdnica [ɕfʲiˈdɲiʦa] (en allemand Schweidnitz, en tchèque Svídnice) est une ville dans la voïvodie de Basse-Silésie dans le Sud-Ouest de la Pologne qui était nommée Schweidnitz avant 1945. Elle se trouve à environ 50 kilomètres au sud-ouest de Wrocław. Elle se trouve à environ 20 kilomètres de Wałbrzych dans une vallée fertile entre le mont Ślęża et l'Eulengebirge sur la Bystrzyca. C'est-à-dire dans la région moyenne des montagnes des Sudètes. Świdnica est sous le nom de Schweidnitz, l'ancienne capitale du duché de Schweidnitz-Jauer. On y trouve l'église de la paix (Friedenskirche) qui depuis 2001 est sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Depuis 2004 la ville est le siège d'un diocèse catholique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue de la vieille ville

La première mention documentaire certaine de la ville remonte à 1249 avec un document concernant la fondation d'une église de l'ordre des franciscains ; une autre mention, plus incertaine, figure dans un document de 1243. Le document le plus ancien, où Schweidnitz était qualifiée de ville, date de 1267. De 1291 à 1392 elle fut le siège du duché de Schweidnitz-Jauer, gouverné par une branche cadette des Piasts de Silésie. Anne de Schweidnitz-Jauer, nièce et héritière de Bolko II († 1368), le dernier des Piasts de Schweidnitz, ayant épousé Charles IV de la maison de Luxembourg, la ville et le duché revinrent définitivement en 1392 à la couronne de Bohême lorsque mourut Agnès de Habsbourg (1315-1392), la veuve de Bolko. Elle y resta encore comme principauté héréditaire, quand après la mort de Louis II à Mohács (1526) les Habsbourgs héritèrent de la couronne de Bohême, jusqu'au moment où elle passa à la Prusse en 1741/63. La prospérité et l'importance de la localité s'accrurent rapidement, et Schweidnitz devint après Breslau (Wrocław aujourd'hui) la ville la plus importante de la Silésie. La guerre de Trente Ans avec ses conséquences terribles mit fin à cette situation.

Elle fut conquise en 1632 par les Suédois sous les ordres de Torstensson et en 1741 par les Prussiens ; elle fut reprise en 1757 par les Autrichiens commandés par Nádasdy. Reconquise l'année suivante par les Prussiens, avant qu'un coup de main autrichien la reprît en 1761. Reprise encore par les Prussiens en 1762 après une défense acharnée, elle resta en leur pouvoir et fut considérablement renforcée par quatre forts avancés. En 1807 les Français s'en emparèrent et rasèrent les ouvrages extérieurs. Rendue aux Prussiens après la chute de Napoléon, elle retrouva ses fortifications en 1816.

L'industrialisation de la ville commença en 1844 après l'ouverture de la ligne ferroviaire vers Breslau, et fit de Schweidnitz la deuxième ville de Silésie pour la richesse après Breslau. Les anciens ouvrages fortifiés furent détruits à partir de 1868 et transformés en espaces verts entourant la ville. Après le 1er avril 1899 Schweidnitz constitua une ville-cercle tout en restant le siège de Schweidnitz-campagne. Le 1er octobre 1938, le territoire de la ville fut agrandi par l'intégration d'une partie des communes de Kroischwitz, Nieder-Bögendorf et Schönbrunn appartenant jusque-là à Schweidnitz-campagne.

Schweidnitz avait avant 1945 deux églises protestantes et deux églises catholiques, un vieil hôtel de ville et (en 1885) 23 669 habitants, dont 8 852 catholiques et 358 Juifs. En 1939 elle comptait (avec la garnison) environ 39 000 habitants. Ses habitants ont pour la plupart été chassés de la ville, selon les accords de la conférence de Potsdam, entre mai et décembre 1945 et remplacés par des Polonais venus d'Ukraine. La ville avait été laissée à peu près intacte par la Seconde Guerre mondiale. La ville, placée sous administration polonaise communiste, et donc devenue polonaise a alors pris officiellement son nom actuel, tandis que ses habitants de souche étaient expulsés vers les zones britanniques ou soviétiques de l'Allemagne occupée.

Świdnica 1975-1998 appartenait à des voïvodies de Wałbrzych avec sa capitale à Wałbrzych.

La Friedenskirche ou église de la paix, dédiée à la sainte Trinité (en polonais Kościół Pokoju pw. Świętej Trójcy), fait partie des lieux les plus remarquables de Silésie. Elle a été inscrite en 2001 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO et est considérée comme la plus grande église en bois d'Europe.

Le 25 mars 2004 Świdnica est devenue siège d'un évêché suffragant de l'archevêché de Wrocław, et en ville l'église paroissiale Saint-Wenceslas a été promue cathédrale.

Économie[modifier | modifier le code]

La Schweidnitz allemande était dès le XIXe siècle une ville industrielle considérable. L'entreprise de construction d'orgues Schlag et fils, dont la réputation s'étendait loin, y avait son siège ; c'est elle qui, entre autres, construisit en 1888 l'orgue de la vieille philharmonie de Berlin. Aujourd'hui, c'est d'abord l'industrie électrotechnique qui prédomine (appareils de mesure, compteurs électriques). En outre il existe des entreprises spécialisées dans la technique des échafaudages et des échelles, la fabrication des meubles, le traitement du cuir, l'impression et l'industrie textile. Après 1990, les investisseurs étrangers ont aussi créé des entreprises de sous-traitance pour l'industrie d'automobile (appareillage auto-électrique, tissus de revêtement).

Personnalités[modifier | modifier le code]