Silbervogel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Silbervogel
{{#if:
Image illustrative de l'article Silbervogel

Rôle Bombardier suborbital
Statut Projet abandonné
Nombre construits 0
Équipage
1 pilote
Motorisation
Nombre 2
Type Moteurs-fusées
Dimensions
Envergure 15 m
Longueur 28 m
Masses
Carburant Oxygène liquide et kérosène kg
Avec armement 100 000 kg
Performances
Vitesse maximale 21 880 km/h (Mach 18,2)
Plafond 145 000 m
Rayon d'action 24 390 km
Armement
Interne 4 000 kg de bombes

Le Silbervogel (« Oiseau d'argent ») était un projet de bombardier sub-orbital propulsé par un moteur-fusée, conçu par Eugen Sänger et Irene Bredt (en) dans les années 1930. On fait souvent référence à lui comme l'Amerika Bomber (« Bombardier de l'Amérique »), bien qu'il n’ait été que l'un des nombreux projets pour cette mission.

Conception[modifier | modifier le code]

Ce projet était remarquable, dans le sens où il incorporait les recherches récentes de la fusée couplée avec le principe de corps portant. Mais il fut jugé comme trop complexe et onéreux pour être réalisé, ce qui fait qu'il ne dépassa pas le stade des tests en soufflerie.

Le lancement du Silbervogel s'effectuait sur un rail de 3 km de long (vitesse atteinte Mach 1,5) à l'aide d'un gros booster d'une poussée de 600 tonnes. Après une montée inclinée à 30° jusqu'à 145 km d'altitude à l'aide de ses propres propulseurs, le vol se poursuit selon une trajectoire balistique dont l'apogée se trouve à 161 km d'altitude suivie d'une série de « bonds » à une vitesse avoisinant les 22 100 km/h.

Il descendait alors progressivement dans la stratosphère, où l'augmentation de la densité de l'air génère un phénomène de portance au-dessus du corps plat de l'appareil, causant un « bond » et un gain d'altitude, ce processus se répétant ainsi de suite. À cause du phénomène de trainée, chaque rebond est plus petit que le précédent. Mais, il a été calculé que le Silbervogel pouvait traverser l'Atlantique, larguer une bombe de 4 000 kg au-dessus des États-Unis et continuer son vol jusqu'à une plateforme d'atterrissage dans le Pacifique, quelque part aux alentours du Japon, soit un voyage total de 24 000 km.

L'analyse informatique d'après-guerre sur le Silbervogel démontra une erreur mathématique concernant l'écoulement de la chaleur durant la rentrée dans l'atmosphère, qui était bien plus élevé que d'après les calculs de Sänger et Bredt. Si le projet avait été construit suivant les indications originelles, l'appareil se serait désintégré durant la rentrée. Ce problème aurait pu être contourné par l'augmentation du bouclier thermique, mais ceci aurait considérablement réduit la capacité d'emport de l'appareil[1].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Après la fin du conflit, Sänger et Bredt travaillèrent pour la France et en 1949 fondèrent la Fédération Astronautique, tandis qu'en France, Sänger était l'objet d'une tentative (qui échoua) de retournement par des agents soviétiques[2],[3]. Staline, intrigué par des rapports du renseignement sur le Silbervogel, envoya son fils, Vasily, et le scientifique Grigori Tokaty (en) pour kidnapper Sänger et Bredt afin de les ramener en URSS. Quand le plan échoua, un nouveau bureau de recherches sur ce concept fut créé en 1946 par Mstislav Vsevolodovich Keldysh.

Une nouvelle version russe propulsée par des statoréacteurs au lieu de moteurs-fusées fut développée mais non réalisée, elle est connue sous le nom de bombardier Keldysh. Bien que son design servit de base pour une série de projets de missiles de croisière dans les années 1960, aucun d'entre eux ne vit le jour.

Aux États-Unis, ce projet donna naissance au X-20 Dyna-Soar, directement dérivé du Silbervogel, qui était lancé par un booster Titan II. Avec la création de la NASA et du fait que les satellites d'observation étaient capables de faire ces missions, l'United States Air Force se retira peu à peu des vols spatiaux et le projet Dyna-Soar fut abandonné.

Le legs durable du concept du Silbervogel est le design de « moteur régénérateur », dans lequel le carburant circule dans des tubes autour du moteur afin de le refroidir et de permettre sa pressurisation. Beaucoup de missiles modernes utilisent encore le design Sänger-Bredt.

Appareils comparables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Westman Juhani, « Global Bounce »,‎ 2006 (consulté le 17 janvier 2008)
  2. (en) James P. Duffy, TARGET: AMERICA : Hitler's Plan to Attack the United States, Westport, Praeger,‎ 2004, 1e éd. (ISBN 978-0-275-96684-3, LCCN 2003064907), p. 124
  3. (en) David J. Shayler, Women in Space - Following Valentina, New York, Springer,‎ 2005, poche (ISBN 978-1-85233-744-5, LCCN 2005922816), p. 119

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sänger, Eugen; Irene Sänger-Bredt (August 1944). A Rocket Drive For Long Range Bombers (PDF). Astronautix.com. Retrieved on 2008-01-17.

Liens externes[modifier | modifier le code]