Brugnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Brugnac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Arrondissement de Marmande
Canton Canton de Castelmoron-sur-Lot
Intercommunalité Communauté de communes Lot et Tolzac
Maire
Mandat
Christian Baboulène
2008-2014
Code postal 47260
Code commune 47042
Démographie
Population
municipale
198 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 27′ 06″ N 0° 27′ 18″ E / 44.4516666667, 0.455 ()44° 27′ 06″ Nord 0° 27′ 18″ Est / 44.4516666667, 0.455 ()  
Altitude 150 m (min. : 49 m) (max. : 172 m)
Superficie 14,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brugnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brugnac

Brugnac est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne commune de Verdegas a été supprimée et rattachée à Brugnac le 26 juillet 1826. La population était de 727 habitants en 1841 [1]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 en cours Christian Baboulène   Exploitant agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 198 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
422 457 487 1 054 776 727 733 688 656
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
635 618 563 558 547 515 502 467 471
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
441 431 327 327 335 330 285 271 293
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
225 203 178 190 167 184 189 198 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Chaudron Magique, Ferme Ecologique Découverte, propose des séjours pédagogiques et des produits mohair.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Achille-Henri, sieur de Verdegaz (mort après 1607) : appartenant à une famille de lettrés, il est mentionné dans la correspondance de Théodore de Bèze[4]. Il fut également proche d’Agrippa d’Aubigné[5] et en relation épistolaire avec Montaigne[6]; auteur de vers latins et d’ouvrages d’érudition (en latin également) ; protestant modéré, il a pris part comme négociateur aux guerres civiles.

L'"apparîmenct de Verdegaz"[7] fait référence aux conciliabules entre le parti huguenot et le parti royal, entre le 24 et le 29 octobre 1580, qui débouchèrent sur la Paix de Fleix (26 novembre 1580). Le chef du parti huguenot, Henri de Navarre, futur Henri IV, a très probablement séjourné au manoir du sieur de Verdegaz (certainement Achille-Henri, lui-même familier de la cour de Nérac), "sis au flanc nord de la Chappelle Sainct Hylaire". La présence de François Duc d'Anjou (frère d'Henri III) est en revanche très douteuse (un émissaire de haut rang, non mentionné dans les sources, devait plus probablement le représenter).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (Source: base Mérimée du Ministère de la Culture)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Correspondance, XXVI, LIV
  5. Vie à ses enfants, 1983, pp.48, 121
  6. Journal de voyage en Italie par la Suisse..., p.156, Belles Lettres, 1946
  7. Mémoires de Jacques-Auguste de Thou, conseiller d'État ordinaire, et président à mortier au parlement de Paris. vol. 1 p. 186-7 ; Mémoires des choses advenues en France es guerres civiles, depuis l'an 1560 jusques en l'an 1596. Par messire Guillaume de Saulx, seigneur de Tavannes, chevalier des deux ordres du roy, lieutenant general pour sa majesté au duché de Bourgongne, p.287