Braux-Sainte-Cohière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Braux.
Braux-Sainte-Cohière
Mairie et église du village
Mairie et église du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Sainte-Menehould
Canton Sainte-Menehould
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Sainte-Menehould
Maire
Mandat
Gérard Marcoux
2014-2020
Code postal 51800
Code commune 51082
Démographie
Population
municipale
93 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 05′ 36″ N 4° 49′ 48″ E / 49.0933, 4.83 ()49° 05′ 36″ Nord 4° 49′ 48″ Est / 49.0933, 4.83 ()  
Superficie 6,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Braux-Sainte-Cohière

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Braux-Sainte-Cohière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Braux-Sainte-Cohière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Braux-Sainte-Cohière

Braux-Sainte-Cohière est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Ses habitants sont appelés les gens de Braux[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune change de nom pour Braux, Braux-sous-Valmy, Mont-Braux[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Braux vient du terme de bro en langue d'oïl, qui désigne un marc de raisin, mais aussi les boues, et qui est d’origine gauloise[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Pierre Godart[4]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 93 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
86 148 179 136 150 160 162 177 198
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
192 196 215 180 167 186 167 183 169
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
152 144 137 125 138 131 120 128 123
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
115 85 56 62 61 71 83 93 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
Le château et les douves

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Braux-Sainte-Cohière, édifié par Philippe de Thomassin, seigneur de Braux (gouverneur de Châlons-sur-Marne en 1588), a été victime d’un incendie d'une aile arrière du bâtiment en 2004. Des travaux ont eu lieu jusqu’en 2007. Cette ancienne commanderie fortifiée de chevau-légers des XVIe et XVIIe siècle fut utilisé comme quartier général par les généraux Kellermann et Dumouriez lors de la célèbre bataille de Valmy. Le site de la bataille où est érigé le moulin de Valmy est situé à quelques kilomètres à l'ouest de Braux-Sainte-Cohière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur le site habitants.fr, consukté le 29 décembre 2012.
  2. EHESS, notice de la commune sur le site Cassini, consultée le 16 janvier 2009
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Genève : Librairie Droz, 1990. Volume I : Formations préceltiques, celtiques, romanes. Notice 3863, p 252
  4. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011