Bob Brookmeyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bob Brookmeyer

Description de cette image, également commentée ci-après

Bob Brookemeyer (à droite, au trombone à pistons) et Clark Terry (à gauche, au bugle)

Informations générales
Nom de naissance Robert Edward Brookmeyer
Naissance 19 décembre 1929
Kansas City (Missouri)
Décès 15 décembre 2011 (à 81 ans)
New London (New Hampshire)
Activité principale tromboniste, compositeur, arrangeur musical
Genre musical Mainstream, cool jazz, jazz West Coast, post-bop
Instruments trombone à piston, piano
Années actives depuis 1954
Site officiel bobbrookmeyer.com

Robert Edward Brookmeyer, né le 19 décembre 1929 à Kansas City (Missouri)[1] et mort le 15 décembre 2011[2],[3], est un tromboniste, pianiste, compositeur et arrangeur de jazz américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bob Brookmeyer commence à jouer en tant que musicien professionnel pendant ses études au conservatoire de Kansas City, qu'il quitte avant d'obtenir ses diplômes.

Il joue du piano au sein des big bands de Tex Beneke et de Ray McKinley, mais s'intéresse au trombone à piston au début des années 1950 alors qu'il joue dans l'orchestre de Claude Thornhill.

Bob Brookmeyer retient l'attention du public lors de sa participation au quartet de Gerry Mulligan de 1954 à 1957[1]. Il joue ensuite avec Jimmy Giuffre[1] avant de revenir au sein du Mulligan's Concert Jazz Band. À New York durant les années 1950 et 1960, il travaille également en studios d'enregistrement et pour les télévisions (il apparaît notamment dans l'orchestre du Merv Griffin Show (en), et écrit quelques arrangements pour Ray Charles). Puis il abandonne le monde précaire du jazz et devient musicien de studio à plein temps à Los Angeles à partir de 1968.

Pendant les dix ans où il réside sur la côte ouest, Bob Brookmeyer doit se débattre avec un sérieux problème d'alcoolisme, et après l'avoir surmonté il envisage de suspendre brièvement son activité de musicien pour devenir conseiller en alcoolisme. Puis il revient à New York et au jazz en 1978.

Durant les années 1980, il se consacre principalement à l'écriture et à la direction d'orchestre d'abord avec le Thad Jones / Mel Lewis Orchestra (en) dont il fut le directeur musical, puis avec son propre ensemble le New Art Orchestra avec lequel il reçoit, en 1997, le prix de l'album de l'année en Angleterre pour New Works, et a été nommé au Grammy Awards en 2005 pour Get Well Soon dans la catégorie Best Jazz Big Band.

Bob Brookmeyer joue du trombone à piston, un instrument assez rare dans le jazz. Ce son particulier que produit Brookmeyer est aisément reconnaissable dans les albums de Stan Getz, Gerry Mulligan ou Jimmy Giuffre des années 1950, ainsi que ceux de Clark Terry dans les années 1960. Il joue également du piano, suffisamment bien pour avoir enregistré un duo de pianos avec Bill Evans en 1959.

Il est principalement reconnu comme compositeur, surtout pour ses arrangements pour big bands rappelant l'esprit de Duke Ellington ou de Count Basie tout en restant très contemporain. Ses pièces écrites dans les années 1960 pour les concerts de l'orchestre de Mulligan et du Thad Jones/Mel Lewis Jazz Orchestra renouvellent le style du big-band jazz, à une époque où plusieurs critiques le considèrent comme moribond. Plus tard Bob Brookmeyer développera son style en intégrant des éléments de musique classique moderne.

Après un séjour en Europe, il repart aux États-Unis où il continue à écrire et à enregistrer. Il devient titulaire de la chaire de composition au département de jazz du New England Conservatory (en) de Boston, où il devient un enseignant respecté (Maria Schneider est l'une de ses élèves) et il fonde une école de musique en Hollande qu'il dirigera pendant plusieurs années.

En juin 2005, Bob Brookmeyer signe avec le label ArtistShare et enregistre l'album Spirit Music avec son New Art Orchestra.

Bob Brookmeyer est décoré en 2006 du NEA Jazz Masters Fellowship à Grantham (New-Hampshire) où il réside. Il a reçu huit nominations aux Grammy Awards, et a été récompensé pour les arrangements de l'album Forever Lasting du Vanguard Jazz Orchestra.

Son dernier album, Standards, est enregistré en septembre 2011 avec le New Art Orchestra et la chanteuse Fay Claassen.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

  • 1954 : Laura (avec Mulligan)
  • 1954 : The Dual Role of Bob Brookmeyer (OJC) with Jimmy Raney, Mel Lewis, Teddy Charles
  • 1954 : Quintets (Vogue)
  • 1955 : Open country (avec Stan Getz)
  • 1956 : Brookmeyer (RCA)
  • 1957 : Traditionalism Revisited (Blue Note)
  • 1958 : Western Suite, Jimmy Giuffre trio (Atlantic)
  • 1959 : The Ivory Hunters. Au piano. Co-leader avec Bill Evans. (United Artists)
  • 1960 : Let my people be (avec Mulligan)
  • 1962 : Love in New Orleans (avec Mulligan)
  • 1962 : Piano train (au piano, avec Mulligan)
  • 1964 : Bob Brookmeyer and Friends (Columbia)
  • 1965 : Jive hoot
  • 1978 : The Bob Brookmeyer Small Band (DCC Jazz, ersch. 1999)
  • 1986 : Oslo (Concord)
  • 1988 : Back Again (Dragon)
  • 1991 : Electricity (ACT)
  • 1993 : Paris Suite (Challenge)
  • 1994 : Old Friends (Storyville)
  • 1997 : Both Worlds (avec Michel Petrucciani)
  • 1997 : New Works / Celebration (Challenge)
  • 1998 : Out Of This World (Koch)
  • 1998 : Together (Challenge)
  • 1999 : Madly Loving You (Challenge)
  • 2000 : Holiday (Challenge)
  • 2001 : Waltzing with Zoé (Challenge)
  • 2002 : Get Well Soon (Challenge)
  • 2004 : Island (Artists House)
  • 2008 : Spirit Music (ArtistShare)
  • 2009 : Music for String Quartet and Orchestra (Challenge)
  • 2010 : Portrait of the Artist, réédition de 1959 et 1960 (Fresh Sound)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Joachim-Ernst Berendt, The Jazz Book: From Ragtime to Fusion and Beyond, Lawrence Hill Books,‎ 1992, 6e éd. (ISBN 9781556520983)
  2. Obituary
  3. (en) Peter Keepnews, « Bob Brookmeyer, Jazz Musician and Educator, Dies at 81 », nytimes.com,‎ 2011 (consulté en 20 décembre 2011)