Michel Petrucciani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Petrucciani » redirige ici. Pour les autres significations, voir Petrucciani (homonymie).

Michel Petrucciani

Nom de naissance Michel Antoine Petrucciani
Naissance 28 décembre 1962
Orange, France
Décès 6 janvier 1999 (à 36 ans)
New York, États-Unis
Genre musical Jazz
Instruments Piano
Années actives 1981-1999
Labels Blue Note Records, Francis Dreyfus

Michel Petrucciani, né le 28 décembre 1962 à Orange (Vaucluse) et mort le 6 janvier 1999 à New York, est un pianiste et compositeur de jazz français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Antoine Petrucciani, dit « Tony », Napolitain d'origine, guitariste de jazz renommé qui a été son professeur de musique et a collaboré par la suite à plusieurs de ses albums. Antoine Petrucciani a, durant de nombreuses années, donné des cours de guitare jazz dans les écoles municipales de musique de Carnoules, Solliès-Toucas, Le Luc et la Londe-les-Maures. Il a aussi enseigné la guitare à Marianne James.

Les deux frères de Michel sont également musiciens : Louis, contrebassiste, et Philippe, guitariste.

Il a eu quatre compagnes officielles dont :

  • Erlinda Montaño, une Américaine indienne navajo, qu'il épouse et dont il divorce vers 1988 ; celle qui lui a ouvert l'accès aux États-Unis lorsque Michel passe plusieurs années en Californie.
  • Marie-Laure Roperch, vers 1990, qui lui a donné un fils, Alexandre, atteint de la même maladie que son père[1].
  • Gilda Buttà, pianiste italienne ; ils divorcent trois mois après leur mariage.
  • Isabelle Mailé (9 mai 1967 - 16 mars 2005), qui lui tient la main lors de ses derniers moments à l’hôpital Beth Israel à New York. Elle mourut le 16 mars 2005.

Enfance et adolescence[modifier | modifier le code]

Durant les années 1960 et 1970, la famille Petrucciani vit d'abord dans la région d'Orange, puis à Montélimar où Antoine Petrucciani tient un magasin de musique[2].

Michel Petrucciani est handicapé dès la naissance du fait d'une ostéogenèse imparfaite (osteogenesis imperfecta), la « maladie des os de verre » (atteint de la forme sévère, sa taille adulte n'atteindra que 99 cm, et il sera victime de fractures même pendant ses concerts). Il ne peut pas être scolarisé, mais reçoit des cours de professeurs particuliers et suit un enseignement par correspondance.

Il reçoit une formation musicale de son père (qui lui fabrique un rehausseur de pédales, comme le fera plus tard Steinway) et de Raymonde Jacquemart qui lui apprennent le piano. Ainsi, il chante les classiques du jazz à trois ans, joue du piano à quatre[3] et accompagne le trompettiste américain Clark Terry à treize.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1981, il part aux États-Unis. Il enregistre avec le batteur Aldo Romano cinq albums entre 1981 et 1985. En Californie, il fait la connaissance de Charles Lloyd, saxophoniste très actif dans les années 1960, alors reconverti dans les affaires. Charles Lloyd décide de se remettre à la musique et ils se produisent ensemble. Il se produit au club Village Vanguard. Il est le premier artiste non américain à signer un contrat avec Blue Note chez qui il reste sept ans avant de rejoindre Francis Dreyfus. À la fin des années 1980, il quitte la Californie pour s'installer à New York.

Dans les années 1990, il se produit en public et enregistre des disques en divers lieux du monde. Son jeu est caractérisé par une remarquable indépendance des mains gauche et droite et une vitesse d'exécution exceptionnelle due à un entraînement intensif et peut-être à ses grandes mains aux os légers, ce qui permet à ses doigts de rebondir très vite sur les touches[4].

Il est également compositeur, avec une préférence pour les thèmes brésiliens (Brazilian Like), souvent présents dans ses disques.

Épuisé par son rythme de vie et de tournées[réf. nécessaire], il meurt à 36 ans d'une pneumonie à Manhattan.

Tombe de Michel Petrucciani au cimetière du Père-Lachaise avec sa dernière compagne Isabelle Mailé.

Il est inhumé à Paris, au cimetière du Père-Lachaise (division 11), à quelques mètres de Mano Solo, de Claude Chabrol et de Frédéric Chopin et en face de Pierre Desproges.

Hommages[modifier | modifier le code]

La place Michel-Petrucciani dans le 18e arrondissement de Paris porte son nom depuis 2002 et a été inaugurée en juillet 2003 par Bertrand Delanoë et décorée d'une mosaïque réalisée par l'artiste plasticien Édouard Detmer.

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Michel Petrucciani.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Petrucciani et Frédéric Goaty, Michel par Petrucciani, Paris, Éditions Le Layeur, coll. « Layeur Audio »,‎ 6 décembre 2000, Livret + CD, 96 p. (ISBN 2911468341 et 978-2911468346)
    Texte issu d'entretiens de 1998 avec Michel Petrucciani
  • Benjamin Halay (préf. Alexandre Petrucciani et Didier Lockwood), Michel Petrucciani, Paris, Éditions Didier Carpentier, coll. « Biogr. Anecdotes »,‎ 2011 (ISBN 2841677133 et 978-2841677139)
    Benjamin Halay est pianiste et musicologue.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Michel Petrucciani », sur Ouest France,‎ 26 août 2011
  2. Auparavant, le livre Michel par Petrucciani, indiquait qu'il avait un emploi dans une base aérienne, mais ne donne pas de détails.
  3. Lettre à Michel Petrucciani, INA nuits d'été, 06/09/1983, 36min41s
  4. Chronique de Jean-Marie Leau dans Le Magazine de la santé, 15 septembre 2011
  5. Cf. article « Petrucciani le jazz et les femmes », dans Journal du dimanche, 14 août 2011, page 22. Photographie avec Erlinda Montaño.

Michel Petrucciani a réalisé une des musiques du documentaire de Robert Kramer Route One / USA (2 dvd voir dans 2e dvd bonus : Dear Doc - au début et à la fin mise en musique par Michel Petrrucciani visible dans la salle de montage en train de jouer)