Clark Terry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Terry.

Clark Terry

Description de cette image, également commentée ci-après

Clark Terry, 1981.

Informations générales
Naissance (93 ans)
Saint-Louis (Missouri), États-Unis
Activité principale trompettiste, bugliste
Activités annexes compositeur
Genre musical jazz, swing, bebop, hard bop
Instruments trompette, bugle
Années actives depuis 1940
Site officiel http://clarkterry.com/

Clark Terry, né à Saint-Louis (Missouri) le , est un musicien de jazz, trompettiste et joueur de bugle américain, dont la carrière s'étend sur une soixantaine d'années.

Biographie[modifier | modifier le code]

Clark Terry avec The Great Lakes Navy Band Jazz Ensemble.

Clark Terry débute sa carrière à Saint Louis (Missouri) au début des années 1940. Après avoir joué dans un groupe de l'US Navy pendant la Seconde Guerre mondiale, il intègre les groupes de Charlie Barnet, Charlie Ventura, et, en 1948, de Count Basie. Il influence alors des futurs grands comme Miles Davis et Quincy Jones, qui débutent juste leur carrière. Puis en 1951 il rejoint le célèbre orchestre de Duke Ellington, où il tiendra une place de soliste pendant 8 ans.

Il découvre la France et l'Europe en 1959 et 1960 au cours d'une tournée avec l'orchestre de Quincy Jones (la comédie musicale Free and Easy), puis rentre aux États-Unis et accède au statut de célébrité nationale en devenant le premier Afro-Américain à jouer dans l'orchestre de NBC, et particulièrement dans The Tonight Show band. Il a également souvent joué et enregistré en tant que leader et sideman, particulièrement dans le quintette qu'il a codirigé avec Bob Brookmeyer.

Clark Terry est connu pour son jeu particulièrement joyeux et exubérant. Son charisme et sa personnalité chaleureuse se reflètent incroyablement dans sa musique, innovante et virtuose sur la forme, généreuse et sincère sur le fond. Malgré ses talents de soliste, il s'est vraiment fait un nom grâce à ses vocaux « scat » dans Mumbles, qui commence comme une parodie des vieux chanteurs de blues. Ces dernières années, il s'est de plus en plus investi dans la transmission de ses talents auprès des nouvelles générations de jazzmen, de par son enseignement et l'écriture de trois livres, et a reçu de nombreuses distinctions à ce titre.

Prix et décorations[modifier | modifier le code]

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

(Voir aussi la discographie de Duke Ellington entre 1951 et 1959)

1956-57 : Cookin' (Argo), avec Paul Gonsalves

1957 : Duke with a Difference (Riverside), également publié sous le titre "In A Mellow Tone". Avec Paul Gonsalves, Johnny Hodges, Billy Strayhorn

1963 : 3 in Jazz avec Gary Burton et Sonny Rollins

1964 : Oscar Peterson Trio + One (Verve)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :