Basilique de Maxence et Constantin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basilique de Maxence et Constantin
Basilique de Maxence et de Constantin vue depuis le mont Palatin.
Basilique de Maxence et de Constantin
vue depuis le mont Palatin.

Lieu de construction Velia
Date de construction début du IVe siècle
Ordonné par Maxence puis Constantin Ier
Type de bâtiment Basilique
Le plan de Rome ci-dessous est intemporel.
Planrome2b.png
Basilique de Maxence et Constantin
Localisation de la Basilique de Maxence et Constantin dans la Rome antique (en rouge)
Coordonnées 41° 53′ 30″ N 12° 29′ 18″ E / 41.891791, 12.48828841° 53′ 30″ Nord 12° 29′ 18″ Est / 41.891791, 12.488288  
Liste des monuments de la Rome antique

La Basilique de Maxence et Constantin (Basilica Maxentii et Constantini) ou Basilique Nova fut commencée par l'empereur Maxence au début du IVe siècle et terminée par Constantin Ier, vainqueur de Maxence, l'usurpateur, à la bataille du pont Milvius.

La basilique fut construite au bord de la Via Sacra, entre le Forum Romanum et le Temple de Vénus et de Rome, dans la Velia.

Architecture[modifier | modifier le code]

Projet initial de Maxence[modifier | modifier le code]

Les matériaux utilisés pour l'édification de cette basilique ont été le béton[1], la brique et le marbre. La basilique tenait sur une énorme plate-forme rectangulaire de béton de 100 mètres de long et 65 mètres de large, et était composée d'une nef centrale de 80 mètres de long pour 25 mètres de large et 35 mètres de haut, et de deux bas-côtés de 16 mètres de large pour 24,5 mètres de haut. Ses trois travées sont séparées et articulées par huit colonnes monolithiques de marbre, de 14,5 mètres de haut pour 5,4 mètres de circonférence, les plus grandes de la Rome antique. Les trois nefs étaient construites suivant la direction est-ouest.

Le plafond était décoré par de profonds caissons hexagonaux et octogonaux et le toit était recouvert de tuiles de bronze doré.

L'entrée principale du projet de Maxence se trouvait à l'est, face au Colisée, tandis qu'une abside prolongeait vers l'ouest la nef centrale. Le coin nord-ouest de la basilique joignait le mur du Forum de la Paix, bouchant de ce fait la voie de communication précédemment existante entre le Forum Romanum et la zone du Carinae (Subure). Maxence a donc construit un passage sous ce coin nord-ouest du bâtiment, d'environ 4 mètres de large pour 20 mètres de long.

Le façade de la basilique construite par Maxence était côté est, et un vestibule de 8 mètres de profondeur longeait toute cette façade est. De ce vestibule, cinq entrées donnaient dans la basilique : trois dans la nef centrale, et une dans chacun des bas-côtés.

Tête de la statue colossale de Constantin

Modifications de Constantin Ier[modifier | modifier le code]

Après sa victoire sur Maxence au pont Milvius en 312 ap. J.-C., Constantin Ier trouva la basilique inachevée, et décida d'en reprendre le chantier, mais en modifiant le projet initial. Il créa un nouvel axe nord-sud en construisant au sud un nouveau portique d'entrée sur la Via Sacra, et, en face, du côté nord, une seconde abside, aussi grande que la première (15 mètres de largeur). L'abside semi-circulaire de Constantin contenait seize places rectangulaires en deux rangées, avec un piédestal au centre. Elle était séparée de la nef par un entablement reposant sur deux colonnes de marbre, en formant ainsi une sorte de tribunal. Quant à l'abside de Maxence, Constantin y fit représenter une statue colossale de lui-même, en bronze et en marbre (tête ci-contre). Constantin fit en outre entièrement plaquer l'intérieur de la basilique d'immenses opus sectiles en marbres polychromes. Elle abritait un tribunal.

Envergure de la basilique[modifier | modifier le code]

La grande épaisseur des murs (jusqu'à 6 mètres) et l'énorme taille et envergure du toit ont fait de ce monument l'un des plus remarquables de Rome. La magnificence de sa décoration intérieure était proportionnée à sa taille et à son caractère imposant. Elle fut édifiée à l'image des grandes salles des thermes, et non pas sur le plan basilical traditionnel à rangées de colonnes.

Ce monument est le dernier et le plus grand édifice d'époque impériale construit dans cette partie de Rome, au cœur de la ville. Il est probablement, en volume, la plus grande salle construite dans l'Antiquité.

Aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Deux tremblements de terre (en 847 et surtout en 1349) ont eu raison de la nef centrale, avec ses merveilleuses voûtes d'arêtes caissonnées de 25 par 25 m et 35 mètres de hauteur, ainsi que du bas-côté sud et des deux portiques. Il ne reste plus aujourd'hui en élévation que le bas-côté nord de l'édifice, y compris ses trois voûtes en berceau transversal, dont on peut admirer les caissons octogonaux.

Des fragments de marbre de la basilique, retrouvés au XVe siècle, sont aujourd'hui conservés dans la cour du Palais des Conservateurs, et notamment les parties en marbre de la statue colossale de Constantin Ier.

Les colonnes monolithiques furent détruites, exceptée celle qui fut enlevée par Paul V en 1613, et qui fut placée sur la Piazza di S. Maria Maggiore pour ériger la colonne de la Paix, où elle se trouve toujours. La postérité architecturale de la basilique de Maxence est immense : au Moyen Âge déjà, on en réalise une copie à l'échelle 1/5e, dans l'avant-nef de l'abbatiale Saint-Valérien et Saint-Philibert de Tournus (XIe siècle). À la Renaissance, elle a été admirée par tous les grands architectes et copiée pour la nef de la basilique Saint-Pierre du Vatican. La construction baroque lui doit beaucoup. Aux XIXe et XXe siècles, elle inspira encore l'architecture de plusieurs gares, en Europe et aux États-Unis.

En 1960, la Basilique fut utilisée comme site de compétition lors des Jeux olympiques d'été de 1960 pour les épreuves de lutte[2].

Illustrations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Romains connaissaient déjà le béton, mais le principe fut perdu jusqu'à sa redécouverte en 1756 par l'ingénieur britannique John Smeaton.
  2. http://franceolympique.com/art/70-rome_1960.html#para_2