Averse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Averse sur Reignier, en Haute-Savoie, France

Une averse est un mode de précipitations se caractérisant par un début et une fin brusques et par des variations rapides d'intensité[1]. Souvent forte et de courte durée, elle provient de nuages convectifs comme le cumulus bourgeonnant et donne de la pluie, si la température est au-dessus du point de congélation dans le nuage, ou de la neige si la température est sous celui-ci[2],[3]. L'origine du mot est lié au terme « verse » qui désigne les cultures couchées au sol suite à une pluie violente : il est dit alors qu'il pleut « à verse ».

Mécanisme de formation[modifier | modifier le code]

Le soulèvement thermique à partir d'une température et d'un rapport de mélange donnée engendre un nuage convectif
Article principal : Convection atmosphérique.

Les nuages d'averses sont causés par la différence de température entre la parcelle d'air soulevée et l'environnement plus froid en altitude. En effet, la parcelle se refroidit en montant mais selon le gradient thermique adiabatique, soit moins que la température de l'environnement dans les cas instables. Elle est donc moins dense que l'environnement et subit une poussée d'Archimède vers le haut. Cette différence est l'énergie potentielle de convection disponible (EPCD)[4]. Il est également possible d'obtenir de la convection oblique dans une zone d’instabilité symétrique conditionnelle qui se manifeste seulement dans un plan incliné par rapport à la convection hydrostatique conventionnelle[5].

En s'élevant, la parcelle d'air se refroidit donc et la vapeur d'eau qu'elle contient se condense quand l'humidité relative atteint 100 %, c'est alors la formation du nuage convectif puis des précipitations. Lorsque la couche d'air instable est peu étendue verticalement, on a formation de cumulus humilis, dit cumulus de beau temps, synonymes d'air ascendant. Si l'EPCD augmente, on passe ensuite au cumulus mediocris, puis au congestus, le second produisant les averses.

Le cycle de vie de ces nuages est rapide car le courant ascendant qui les forme est coupé le plus souvent par la descente des précipitations. De plus, ces nuages se déplacent dans la circulation atmosphérique et passent peu de temps au-dessus d'un point au sol. C'est ce qui explique les variations d'ntensité et la courte durée des averses.

Variantes[modifier | modifier le code]

Si l'instabilité est plus grande on obtient le cumulonimbus calvus, pour finir au roi des nuages le cumulonimbus cappilatus incus qui sont synonymes d'un orage mûr et possédant également un cycle descendant de convection. Les cumulonimbus ont une grande différence de potentiel électrique entre la base et le sommet ce qui permet de générer de la foudre et les averses sont alors dites « orageuses », ou orages.

Lorsque les averses proviennent de nuages à forte extension verticale, où la température passe sous les -15 °C, des granules de glace ou des grêlons peuvent se former et faire partie des précipitations.

Lorsque le niveau de l'isotherme zéro degré est près mais à une certaine altitude au-dessus du sol, les précipitations peuvent être sous forme de neige en altitude mais fondre en partie avant d'arriver au sol. L'averse donne alors un mélange de pluie, de neige et de grésil appelé « giboulée »[6].

Systèmes d'averses[modifier | modifier le code]

Les averses proviennent de nuages individuels autant que de groupes de ceux-ci. Ils peuvent être imbriquées dans un épisode de pluie continue, des nuages convectifs sont alors plongés dans un nimbostratus quand il y présence de bande d'instabilité symétrique conditionnelle dans une masse d'air autrement stable. Elles peuvent également faire partie larges zones de convection appelées système convectif de méso-échelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Organisation météorologique mondiale, « Averse », Glossaire météorologique, Eumetcal (consulté le 3 avril 2015)
  2. Organisation météorologique mondiale, « Averse de pluie », Glossaire météorologique, Eumetcal (consulté le 3 avril 2015)
  3. Organisation météorologique mondiale, « Averse de neige », Glossaire météorologique, Eumetcal (consulté le 3 avril 2015)
  4. « Convection », Glossaire météorologique, Météo-France (consulté le 4 mars 2015)
  5. (en) David M. Schultz et Philip N. Schumacher, « The Use and Misuse of Conditional Symmetric Instability », Monthly Weather Review, AMS, vol. 127, no 12,‎ décembre 1999 (ISSN 1520-0493, DOI 10.1175/1520-0493(1999)127%3C2709:TUAMOC%3E2.0.CO;2, lire en ligne)
  6. Organisation météorologique mondiale, « Giboulée », Glossaire météorologique, Eumetcal (consulté le 3 avril 2015)