Grésil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Accumulation de granules de glace au sol

Le grésil est une précipitation formée de pluie totalement gelée après être passée dans une couche épaisse d'air sous 0°C. Les grains de glace ne dépassent pas 5 mm de diamètre, sont généralement sphériques, et rebondissent[1]. Techniquement parlant, le grésil est formé de granules de glace et c'est pourquoi le code METAR utilisé pour le rapporter serait PL[2]. Cependant, une autre forme de grésil provient de nuages convectifs et son code METAR est alors SHGS ou SHPL[3].

Forme principale[modifier | modifier le code]

Effet du passage de flocons de neige à travers des couches chaudes (rouge) et froides (bleu) de différentes épaisseurs. De gauche à droite : neige, grésil de premier type, pluie verglaçante, pluie

En général, le grésil se forme avec un système météorologique synoptique (une dépression) où de l'air doux surmonte une épaisse couche froide près du sol. La neige qui tombe dans la masse d'air au-dessus du point de congélation va fondre. Cependant, en repassant dans la couche froide, les gouttes regèlent en granules[4]. On obtient alors des granules translucides qui rebondissent sur toute surface où ils tombent. Le code METAR dans ce cas est PL.

Le grésil est généralement une période transitoire entre la neige et la pluie verglaçante. Il indique une situation dangereuse en altitude puisque qu'on y retrouve des gouttes de pluie surfondue qui peuvent geler au contact d'un aéronef et causer du givre[4]. Au sol, ce type de grésil est en général peu dangereux bien que glissant. Cependant, comme il est très dense, il est très difficile de l'enlever à la pelle, surtout si les accumulations sont importantes au sol.

Forme secondaire[modifier | modifier le code]

Il existe une seconde catégorie de grésil, il s'agit de gouttelettes de pluie surfondue dans un nuage convectif comme un cumulus bourgeonnant. Ces gouttes condensent éventuellement lorsque la température dans le nuage est trop basse ou lorsqu'elles rencontrent un noyau de congélation comme un flocon de neige[5]. Cependant, le trajet dans le nuage n'est pas assez long pour qu'elles atteignent un diamètre important par accrétion. Si le niveau de congélation est élevé, elles fondront avant de retomber au sol. Ce niveau doit donc être assez près du sol, sans l'atteindre, pour que de petits granules de glace subsistent à la chute et tombent en averses. Il s'agit donc d'un type de précipitations qui se voit surtout au printemps et à l'automne.

La formation de ce second genre est similaire au début de la formation d'un grêlon. Cependant, il n'y a pas le passage dans des zones de densité de vapeur d'eau différentes qui permettent le grossissement en pelure d'oignon de ce dernier. Le code METAR dans ce cas est soit SHPL ou SHGS selon l'endroit[3].

Usage[modifier | modifier le code]

Le code METAR montre que les deux phénomènes peuvent avoir le même nom (PL). Le premier est une précipitation continue alors que le second est en averses (SH en METAR). Cependant, l'usage commun de ce terme varie avec l'endroit :

  • Au Canada, le grésil réfère surtout à la première forme, soit une précipitation de granules de glace qui se produit entre la neige et la pluie verglaçante[6],[7],[8]. Cependant, il est connu comme le second également[8] ;
  • En France et autres pays franco-européens, le terme grésil est plutôt réservé à la seconde forme[5].

Caractéristique pratique[modifier | modifier le code]

Au sol, l'occurrence de ce phénomène météorologique particulier est attestée anciennement par le mot lui-même entré au dictionnaire de l'Académie depuis 1694, et sans modification importante depuis, vraisemblablement à cause de son image sonore descriptive immédiatement reconnaissable, croisée à l'aspect visuel. Le grésil grésille, et son grésillement qui se rapproche d'un crépitement ou d'un bruit de friture, le sépare en pratique :

  • de la neige qui tombe à peine plus lentement, mais silencieusement et en amortissant même les bruits ;
  • de la grêle qui tombe plus vite et avec des chocs plus sonores et moins nombreux ;
  • de la pluie plus banalement reconnaissable à la chute des gouttes entièrement liquides et à leur bruit ;
  • et ceci bien que les transitions existent entre chacun de ces phénomènes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Ne pas confondre le grésil avec :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) OMM, « Granules de glace », Glossaire de la météorologie, Eumetcal (consulté le 2011-06-08)
  2. (en) National Weather Service, « USA and International Code Change For Ice Pellets », NOAA,‎ 5 novembre 1998 (consulté le 2011-06-08)
  3. a et b (en) Department of Atmospheric Sciences, « Notations for Reporting Present Weather », Texas A&M University (consulté le 2011-06-08)
  4. a et b (fr) « La menace du givrage : Des conditions météo dangereuses pour vous », La Force aérienne du Canada,‎ 2007 (consulté le 2012-01-13)
  5. a et b (fr) « Lettre G », Glossaire météorologique, Météo-France (consulté le 2007-03-20)
  6. (fr) « Caractéristiques du grésil », Transport Canada (consulté le 2012-01-13)
  7. (fr) « Essuyer la tempête », Université McGill,‎ 2006-11-07 (consulté le 2007-03-20)
  8. a et b (fr) « Classification des précipitations », Service météorologique du Canada,‎ 2006-11-07 (consulté le 2007-03-20)