Aulerques Cénomans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte des peuples de la Gaule
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Cénomans.
Denier à la tête casquée à droite frappé par les Aulerques Cénomans.Date : c. 80-50 AC.Description revers : Cheval libre galopant à droite, une victoire au-dessus de la croupe et une sorte de tête d’Hélios entre les jambes .

Les Aulerques Cénomans sont un peuple gaulois. Ils faisaient partie de la confédération des Aulerques et habitaient le pays qui constitua plus tard le Maine oriental.

Histoire[modifier | modifier le code]

Leur capitale était Vindinon ou Vindinum, aujourd'hui Le Mans, de Civitas Cénomanum (ou Cénomanorum), littéralement « Cité des Cénomans », puis « Celmans »[1].

Ils auraient mobilisé près de 5 000 hommes à Alésia selon César[2].

Dans l'organisation romaine de la Gaule, la région fut rattachée à la province romaine de Lyonnaise IIIe.[réf. nécessaire]

L'enceinte romaine du Mans, construite entre 270 et 300, de pure facture romaine, ne peut être rattachée à leur fait.

Issue de ce peuple, une tribu du nom de Cénomans s'installa en Italie au IVe siècle av. J.-C.. Ces Cénomans déplacèrent les Euganei, et s'établirent dans la région du médian, entre l'Adige et l'Adda, dans le territoire de Brescia et de Vérone.

Les Aulerques[modifier | modifier le code]

Trois autres peuples gaulois ont porté le nom d'Aulerques : les Aulerques Brannovices, les Aulerques Diablintes et les Aulerques Éburovices. La raison de ce nom commun n’est pas connue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Deroy & Mulon, Dictionnaire des noms de lieux.
  2. César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, Livre VII, 75.
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.