Années 290

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

IIe siècle | IIIe siècle | IVe siècle

Années 270 | Années 280 | Années 290 | Années 300 | Années 310

290 | 291 | 292 | 293 | 294 | 295 | 296 | 297 | 298 | 299


Événements[modifier | modifier le code]

Carte de l'Empire romain pendant la première Tétrarchie avec les diocèses créés par l'empereur Dioclétien
  • Époque probable du règne d'Afilas, roi d’Aksoum.
  • Vers la fin du IIIe siècle, le royaume Sabéen du Yémen est aux mains de Sciamir-Youhar’irsh (Shammir Yuharish), qui oppresse la fraction des Habachat restée sur son territoire. Les princes Aksoumites, sans doute le roi Afilas, interviennent contre Saba et Raïdân et y établissent leur suzeraineté. Ils prennent alors le titre de rois d’Aksoum, d’Himyar, de Saba, de Raïdân et de Salbên[3].

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • Embellissement de Trèves qui devient ville impériale. La ville s’étend sur 285 ha et compte de 70 000 à 80 000 habitants au IVe siècle[4].

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • Réforme fiscale de Dioclétien. Établissement d'une assiette fondée sur des critères fonciers (jugatio, mesure des juga de terre) et personnels (capitatio, mesure des capita humains et animaux). L'impôt se paye en nature (annona) et en espèce. Tous les ans, un décret impérial, l’indictio, en fixe le montant[5]. L'existence d'un impôt personnel calculé d'après la capitatio dans l'empire protobyzantin est toutefois un sujet très débattu par les historiens. Les matières premières reçues comme impôt sont transformées par des manufactures d’État qui détiennent des monopoles : tuiles, briques, fonderies, fabriques d’armes, tissage, teinturerie de pourpre, etc. La condition des ouvriers est rude : marqués au fer comme les mineurs ou les soldats, les ouvriers des fabriques d’armes ne peuvent quitter leur profession, qui est héréditaire.
  • Laterculus Veronensis ou liste de Vérone, qui contient la liste exacte des provinces et des diocèses sous Dioclétien, datée par Theodor Mommsen de 297 (entre 314 et 324 selon d'autres auteurs, notamment Timothy Barnes)[6]. Réforme de l’administration provinciale dans l’empire romain. La centaine de provinces est regroupée en douze diocèses, puis les diocèses en quatre préfectures (Gaules, Italie, Illyrie et Orient). L’Afrique est divisée en huit provinces. L’Afrique proconsulaire en forme trois : la Proconsulaire (Carthage), la Byzacène (Sousse), la Tripolitaine (Leptis Magna). La Numidie forme deux provinces : la Numidie du Nord (Cirta), la Numidie militaire (Lambèse). La Maurétanie césarienne est amputée de la Maurétanie sitifienne (Sétif). La Maurétanie tingitane est rattachée aux provinces d’Espagne. Enfin Dioclétien fait reculer le limes dans l’espoir de mieux défendre l’Afrique[7].
  • Dioclétien augmente les effectifs de l’armée romaine d’une vingtaine de légions, soit une augmentation d’environ 200 000 hommes avec les corps auxiliaires correspondants. Cette armée qui atteint jusqu'à 500 000 hommes est financée par la réforme financière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émilienne Demougeot, La formation de l'Europe et les invasions barbares, Volume 2 : De l'avènement de Dioclétien (284) à l'occupation germanique de l'Empire romain d'Occident (début du VIe siècle), Aubier,‎ 1979 (ISBN 9782700701463, présentation en ligne)
  2. Michel Rouche, Le choc des cultures : romanité, germanité, chrétienté, durant le haut moyen âge, Presses universitaires du Septentrion,‎ 2003 (ISBN 9782859397982, présentation en ligne)
  3. Jean Doresse, Au pays de la reine de Saba : l'Éthiopie, antique et moderne, A. Guillot,‎ 1956 (présentation en ligne)
  4. Revue d'Allemagne et des pays de langue allemande, vol. 26, A. Colin.,‎ 1994 (présentation en ligne)
  5. Christian Bonnet, Bertrand Lançon, L'Empire romain de 192 à 325 : du Haut-Empire à l'Antiquité tardive, Technip Ophrys Éditions,‎ 1997 (ISBN 9782708008519, présentation en ligne)
  6. Jacques Bouineau, Personne et res publica, vol. 2, Éditions L'Harmattan,‎ 2008 (ISBN 9782296053120, présentation en ligne)
  7. Albert Adu Boahen, Joseph Ki-Zerbo, Histoire générale de l'Afrique, vol. 2, UNESCO,‎ 1985 (ISBN 9789232017086, présentation en ligne)