Adolphe Schneider

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schneider.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Schneider.
Adolphe Schneider
Image illustrative de l'article Adolphe Schneider
Fonctions
Député de Saône-et-Loire
9 juillet 18423 août 1845
Membre du Conseil général de Saône-et-Loire
18411845
Successeur Eugène Schneider
Maire du Creusot
18411844
Biographie
Date de naissance 23 octobre 1802
Lieu de naissance Nancy
Date de décès 3 août 1845
Lieu de décès Le Creusot
Parti politique Majorité ministérielle
Profession Industriel

Adolphe Schneider

François Antoine dit Adolphe Schneider est un industriel et homme politique français né à Nancy (Meurthe) le 23 octobre 1802 et mort au Creusot (Saône-et-Loire) le 3 août 1845.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Antoine Schneider (1759-1828), notaire royal et conseiller général de la Moselle, et de Catherine Durand, cousin-germain du général Virgile Schneider, Adolphe Schneider devint, après des débuts modestes d'employé dans la banque Seillière, gérant, avec son frère Eugène, de l'établissement métallurgique du Creusot dont ils se partagèrent la direction et les bénéfices.

Maire du Creusot de 1841 à 1845, conseiller général du canton de Couches et Montcenis (1842), il fut élu député le 9 juillet 1842 par le 5e collège de Saône-et-Loire (Autun) par 233 voix sur 328 votants et 434 inscrits contre 101 à M. de Montépin, député sortant. Il prit place dans la majorité ministérielle.

Décédé en août 1845 des suites d'une chute de cheval, il fut remplacé à la Chambre des députés, le 13 septembre suivant, par son frère Eugène.

Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise (division 13).

Il avait épousé en 1831 Valérie Aignan, fille de l'académicien Étienne Aignan et de Tullie Claudine Françoise Montanier (remariée à Louis Boigues). Il est le père de Paul Schneider et le beau-père du général Charles Alexandre Fay (1827-1903).

Hommage[modifier | modifier le code]

  • Au Creusot, un monument appelé "la colonne brisée" fut érigé sur les lieux mêmes de l'accident. Sur la première marche est scellée la pierre qui fut fatale à Adolphe Schneider. Suite à l'ouverture de l'Avenue de Verdun la colonne fut déplacée dans un square (entre l'école Charles de Gaulle et Rue du Grenouiller) près de sa place initiale

Sources[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]