Abul-Abbas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éléphant de combat blanc (fresque romane, Musée du Prado, Madrid)

Abul-Abbas était l'éléphant blanc de Charlemagne.

En 797, Charlemagne avait envoyé à Haroun al-Rashid, calife de Bagdad, une ambassade menée par un marchand juif, Isaac, connaisseur de la langue arabe. Celui-ci en revint 5 ans plus tard, le 20 juillet 802 en passant par Jérusalem, puis en longeant la rive sud de la Méditerranée jusqu'à Carthage, où il prit le bateau jusqu'à Marseille. Il atteignit Portovenere en octobre 801, passa l'hiver à Verceil et, au printemps, remonta probablement la vallée du Rhône en direction du Nord, transitant peut-être par Metz, jusqu'à la résidence de l'empereur à Aix-la-Chapelle, où il arriva le 1er juillet 802.

Isaac était porteur de précieux cadeaux : une horloge à eau ou clepsydre, objet emblématique du savoir-faire technologique de la civilisation arabo-musulmane, des étoffes de soie et un éléphant d'Asie blanc ! L'éléphant blanc, spécimen extrêmement rare d'albinisme, est considéré en Asie comme un joyau inestimable dont la possession est l'apanage des rois et des princes. Ces particularités sont perçues comme une manifestation visible de son origine divine et en conséquence, on croit depuis toujours qu'il est doté de pouvoirs magiques.

Parmi les cadeaux, l'éléphant indien se tailla sans conteste la vedette : on le prénomma Abul-Abbas, le « père d'Abbâs » et Charlemagne l’exhiba à plusieurs occasions devant ses hôtes de marque. Il fut logé à Augsbourg en Bavière du Sud. En 804, le roi Godfried de Danemark attaqua un village. Charlemagne mobilisa ses troupes contre les Danois et envoya son éléphant les accompagner.

Abul-Abbas avait une quarantaine d'années et s'adapta mal au climat européen. Il mourut de pneumonie dans la ménagerie d'Aix-la-Chapelle en 810, probablement après avoir nagé dans le Rhin. Haroun el-Rachid était mort l’année précédente et Charlemagne lui survécut 4 années encore.

Le souvenir de l'éléphant blanc fut durable : le trésor de la cathédrale d'Aix-la-Chapelle conserve un oliphant (cor) en ivoire qui selon la légende passe pour être une des deux défenses d'Abul Abbas ; dans certains jeux d’échecs enfin, si le fou se présente sous la forme d’un éléphant on le doit, dit-on, à Abul Abbas, l’éléphant blanc de Charlemagne. (Ceci étant, la pièce s'appelle en arabe al-fīl : "l'éléphant", et on a eu l'évolution fil, fol, et fou.)

Un jeu d'échecs en ivoire, conservé dans le trésor de Saint-Denis, puis aujourd'hui au Cabinet des médailles à Paris, est appelé traditionnellement le jeu d'échecs de Charlemagne. Il comporte quatre éléphants, mais il ne peut y avoir de rapport avec Abul-Abbas et ne peut avoir appartenu à Charlemagne car sa fabrication ne remonte pas au-delà du XIe siècle.

En 2003, une grande exposition à Aix-la-Chapelle avait pris pour prétexte le voyage de l'éléphant blanc vers la capitale carolingienne pour évoquer la coexistence, plus que la cohabitation, des grandes civilisations dans ce contexte haut-médiéval.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Favier, Charlemagne, Fayard, 1999, p. 584.
  • Ex-oriente.Issak und der weisse Elefant. Bagdad, Jerusalem, Aachen. Eine Reise durch drei Kulturen um 800 und Heute, 3 tomes, 2003.
  • De Clovis à Charlemagne, illustrations de Véronique Ageorges, texte de Laure-Charlotte Feffer, Pierre Forni et Patrick Périn, collection Les jours de l'histoire, Casterman, 1989, p. 50-51.
  • Une lettrine passe pour être un portrait quasiment contemporain de l'éléphant blanc de Charlemagne, dans Trésors carolingiens, livres manuscrits de Charlemagne à Charles le Chauve, catalogue d'exposition, BNF, 2007, p. 145. Au demeurant, toute représentation d'un éléphant dans un manuscrit carolingien est aujourd'hui interprétée comme étant celle Abul-Abas, cf. par exemple, Jérôme Fronty, L'étrange "bestiaire" médiéval du musée de Metz. Un poisson dans le plafond, Éditions Serpenoise, 2007, p. 44.
  • Les Grandes Chroniques de France, manuscrit du XVe siècle conservé à Saint-Pétersbourg, comptent une enluminure représentant l'épisode, l'éléphant (brun !) envoyé en cadeau à Charlemagne par le calife Haroun el-Rachid.