Abdeslam Ben Mchich Alami

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alami.

Moulay Abdeslam Ben Mchich Alami (عبد السلام بن مشيش العلمي) est un saint soufi (1163 - 1228 soit 559-626 de l'hégire), originaire de Jbel La'lam dans la région de Béni Arouss au Maroc. Du XIIe siècle jusqu'au XIIIe siècle, il se retira à jbel La'lam au sud de Tanger où est situé actuellement son mausolée.

Au début de chaque juillet de chaque année les chorfas Alamiyine commencent à célébrer le moussem de ce saint connu pour être le sultan des Jbâlas Jbalas, le protecteur de la vallée.

Il fut aussi l'initiateur de Abou Hassan al-Chadhili au soufisme.

Moulay Abdeslam ben Mchich Alami serait d'ascendance Idrisside (descendant de Al Hassan).

Sulayman Al-Huwwât sur Abeslam Ben Mchich[modifier | modifier le code]

"Le raisonnable ne se laisse pas entraîner par sa plume, car les mots n'expriment pas toujours ce qui habite les cœurs, d'autant plus que le sujet est glissant, et que ce qui est de l'ordre de la tradition n'appelle pas l'interprétation. Il y a eu parmi ses descendants et ceux de ses frères et oncles un nombre incalculable de savants confirmés qui se sont arrêtés aux limites de ce qui a été rapporté à son sujet, et ils n'ont consigné que ce qui revient à sa généalogie, à sa voie, à ses vestiges au Alam, à sa tombe, aux circonstances de son assassinat, au désaccord sur la date de sa mort, et à ce qui a été rapporté par ceux qui ont fait connaître son disciple, le pôle Abû-l-Hasan al-Shâdili, concernant ses conseils et ses dires. Quant à sa prière authentifiée et connue dans toutes les régions du monde, la beauté de sa rhétorique frise l'inimitable, et tous ceux qui la récitent témoignent de ses effets bienfaisants."[1]

Étude d’Ibn Mashîsh[modifier | modifier le code]

Nous connaissons peu de chose sur les enseignements qu’il a suivi, nous ne trouvons que de rares indications éparses dans les notes biographiques.

Al-Lhîouî dans Hisn al-salâm dit : « Quand Moulay Abdeslam est arrivé à l’âge d’apprendre, son père notre seigneur mashîsh le fit entrer dans une école coranique. A l’âge de 12 ans, il a déjà appris le Coran dans sept versions phonétiques auprès –dit-on– du saint vertueux Sidi Salim enterré dans la tribu Bani Yûsuf. On rapporte également que parmi ses maîtres en matière de sciences religieuses, figure le vertueux faqih al-haj Ahmad sit Aqatrân enterré à proximité du village Aburj dans la tribu des Akhmâs, non loin de Bab Taza. Il a reçu de lui les sciences juridiques selon la mudawwana, vulgate de la doctrine malikite ». Il a eu trois autres maîtres dans l’apprentissage du Coran, son frère al-haj Mûsa al Ridâ, le cheikh Muhammad ibn Ali al-Misbahi et al-Hasan al-Dawâlî enterré à la grande mosquée de Ouezzane. Quant à son initiation spirituelle, elle fut l’œuvre de Abd al-Rahman al-Madanî al-Hassanî surnommé al-Zayyât.

L'assassinat d'Ibn Mashîsh[modifier | modifier le code]

C'est pendant la décadence almohade, Ibn Abî al-Taouâjin était le gouverneur du sultan Yahya al-Mutasim, s'est déclaré prophète et a vu en Abdeslam un ennemi et dans son activisme un sérieux obstacle à ses projets. Selon Ibn Zâkûr:"La raison qui a fait d'Ibn Abî al-Taouâjin l'ennemi du pôle est qu'il a imaginé à travers sa sorcellerie et sa fausse prophétie que celui qui le tuerait est un saint. Il pensa donc à Sidi Abdeslam car il n'y avait en son temps et en cette contrée personne qui soit qualifié de saint comme lui, d'autant plus que la distance entre eux était courte...". Il a été assassiné un peu au-dessus de la source où il avait l'habitude de faire ses ablutions. Le mausolée de moulay abdessalam est au Mont Alem[2].

sa descendance[modifier | modifier le code]

Abdeslam Ibn mashish a laissé une descendance riche en savoir qui a pu se rependre sur tout le territoire de nord Afrique, essentiellement : Maroc, Mauritanie, Algérie, Tunisie et Libye. Il s'agit :

1. Moussa Auteur de la branche aînée; 2. Abdalkarim Auteur de la branche cadette; 3. Ahmed; 4. Mohamed; 5. Ali; et 6. Rissoun;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Al-Huwwat, Sulayman: Al-rawda al-maqsuda wa-l-hulal al mamduda fi ma âthir Bani Suda vol 2, p. 602
  2. (ar) جبل العلم (ar)

Sources[modifier | modifier le code]

Livres et articles[modifier | modifier le code]

  • Ibn Mashish: Maître d'al-Shadili de Zakia Zouanat Editeur:Najah El Jadida 1998.
  • T. Burckhardt, "The Prayer of Ibn Mashish (As-Salat al-Mashishiyah)", Traduction et commentaire du seul texte subsistant d'Abd as-Salam ibn Mashish: la Prière sur le Prophète, Islamic Quarterly, London, 1978, vol. 20-21-22, no3, pp. 68-75