Ibn al-Khatib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Al-Khatib.

Lissane Eddine ibn al-Khatib (لسان الدين بن الخطيب) (v. Loja 1313 - Fès 1374) était un écrivain, un historien, un philosophe et un homme politique arabe andalou.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stèle commémorative de Ibn al-Khatib commandée par la cité de Loja (Espagne) pour Fès (Maroc)

Ibn Khatib est né le 16 novembre 1313 à Loja au sein d'une famille arabe d'origine yéménite[1]. Après s'être installé à Grenade, où il passera la plus grande partie de sa vie il entre comme son père à la cour du sultan Nasride, Mohammed V al-Ghanî pour lequel il fait fonction d'historien et de ministre. C'est en occupant ce poste qu'il fait la connaissance d'Ibn Khaldoun avec qui il se lie d'amitié. Il a occupé de hautes fonctions politiques, en étant nommé deux fois vizir, ce qui lui a valu le surnom honorifique de « Dhû l-wizaratayn » ou « l'homme aux deux vizirats ». Au cours d'une épidémie de peste qui sévit en Espagne en 1348, il énonce pour la première fois la notion de contagiosité en recommandant d'isoler les malades et de détruire leur linge. Il a décrit avec rigueur le développement et la propagation d'une épidémie.

Il est l'auteur de plus de soixante livres dont une Histoire de Grenade, une monographie sur Grenade avec une description de la ville et de ses plus fameux habitants, Chronologie des califes et des rois d'Afrique et d'Espagne et La Rawdat at-ta‘rîf bi-l-hubb as-sharîf, un traité de mystique musulmane sur l'amour de Dieu. Il aurait écrit la plupart de ses livres, lors d'insomnie.

À cause de ses relations parfois chaotiques avec des personnalités politiques du pays, il fut obligé par deux fois de s'exiler en Afrique du Nord et se mit au service du gouvernement mérinide à Salé où il vécut entre 1360 et 1363[réf. nécessaire] ; Salé qu'il a dépeint, dans Maqamat al-Bouldame, comme « une ville impressionnante par sa beauté et sa splendeur, une ville mariant avec harmonie les traits de l'urbanité et de la vie de campagne »[2].

Le sultan le soupçonnant d'avoir partie liée avec les Mérinides de Fès, nomme son disciple Ibn Zamrak vizir, en le chargeant de le retrouver et de le capturer. Il est retrouvé et jugé à Grenade. Par sa défense lors du procès, il n'est condamné qu'à une peine de prison, ainsi qu'à la destruction de tous ses livres. Mais le gouvernement lui envoie des tueurs professionnels dans sa cellule et il meurt étranglé dans une prison de Fès en 1374.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Janine Sourdel, Dominique Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, p.370
  2. Ismaïl Alaoui (dir.) et Driss Mrini (dir.), Salé : Cité millénaire, Rabat, Éclat,‎ 1997 [détail de l’édition], p. 23

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notice d'autorité d'Ibn an-Khatib