Île Oak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

44° 31′ 00″ N 64° 18′ 00″ O / 44.516667, -64.3 ()

Carte de l’île aux chênes, près des côtes de la Nouvelle-Écosse (Canada).

L’île aux Chênes (Oak Island en anglais) est une île du comté de Lunemburg au sud de la province de Nouvelle-Écosse au Canada. Elle mesure 1,5 km de longueur, couvre une superficie de 0,57 km2 et s'élève jusqu'à 11 mètres au-dessus du niveau de la mer. L'île est une propriété privée et requiert un permis pour aller la visiter.

L'île est l'une des plus mystérieuses parmi celles qui ont fait fantasmer les chercheurs d'or.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mystère de l'île démarre en 1795[1], près d'un siècle après la pendaison, à Londres, du capitaine Kidd, un des plus célèbres pirates anglais qui ait écumé Madagascar et les Antilles.

La légende et des indices sérieux veulent qu'il ait enterré son trésor sur l'île aux chênes. Mais malgré un énorme déploiement de temps, d'argent et d'énergie, pendant deux siècles, le trésor n'a jamais été retrouvé. Cependant, la chasse continue.

En 1795 donc, trois jeunes Canadiens découvrent sur l'île une vieille poulie attachée à la branche d'un chêne. Sous cette poulie, les traces d'un puits comblé. En creusant, ils découvrent une couche de pierres, puis trois mètres plus bas, une plate-forme de bois.

En 1804, à 28 mètres de profondeur, on a découvert ce qui ressemblait à un coffre mais qui était en fait une pierre sur laquelle est gravé un message codé laissant entendre (avec une lecture optimiste) qu'un trésor de 75 millions de livres est enterré ici.

Par la suite, différents chercheurs d'or vont tenter de creuser plus profond, mais chacune de leurs fouilles va déclencher le remplissage du puits, via des tunnels latéraux, en bois de chêne, qui acheminent l'eau de la mer[2].

Depuis 1965, la majorité de l'île appartient à Dan Blankenship. Lors de la dernière campagne de recherches dans les années 1990, son entreprise Triton a investi près de 10 millions de dollars dans les fouilles[3].

L'hypothèse la plus vraisemblable et la plus frustrante serait que ce puits soit d'origine naturelle. Il existe, en effet, d'autres « puits comblés » de ce type sur l'île, formés par des affaissements successifs de terrain. Les témoignages concernant la pierre gravée et les plates-formes en bois (découvertes tous les trois mètres) se perdent dans la nuit des temps et ne reposent pas sur des preuves tangibles. À une certaine époque, on n'était même plus très sûr de savoir où était le premier puits, tellement il y a eu de puits secondaires creusés autour du puits originel. Les artefacts trouvés (une paire de ciseaux, quelques maillons de chaîne, …) pouvaient très bien provenir de chasseurs de trésor précédents qui se sont comptés par dizaines depuis plus de deux siècles[4].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le puits de l'île Oak a inspiré plusieurs fictions :

  • le roman Le Piège de l'architecte, de Douglas Preston et Lincoln Child.
  • un épisode de la série policière Bones, intitulé La Malédiction du pirate (saison 1).
  • La quête "le Trésor de Kidd" du jeu vidéo d'Ubisoft, Assassin's Creed III, se termine sur l'île Oak : on y découvre que le trésor du pirate est en réalité un anneau générant un champ magnétique inventé par l'ancienne civilisation et dont le capitaine Kidd se servait en combat pour éviter les balles de mousquet.

Notes et références[modifier | modifier le code]