Émile Bergerat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Émile Bergerat

Description de cette image, également commentée ci-après

Émile Bergerat

Activités poète, auteur dramatique et chroniqueur
Naissance
Paris
Décès (à 78 ans)
Neuilly-sur-Seine
Langue d'écriture Français

Émile Bergerat, dit Caliban, né à Paris le et mort à Neuilly-sur-Seine (92) le , est un poète, auteur dramatique, considéré à son époque comme un « excellent chroniqueur » à l'esprit « verveux et paradoxal »[1]. Il utilisa aussi les pseudonymes de l'Homme masqué et d'Ariel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chroniqueur au Voltaire et au Figaro, membre de l'Académie Goncourt, il était le gendre de Théophile Gautier et le beau-frère de Théophile Gautier (fils). Émile Bergerat se maria avec Estelle Gautier, fille de Théophile Gautier. Ils eurent un fils Théo Bergerat, réalisateur et chroniqueur radiophonique[2], et une fille, Herminie.

Il fut également le directeur de publication de La Vie moderne de l'éditeur Georges Charpentier où il publie notamment les premiers poèmes de Jules Laforgue (décembre 1880).

« Jeune poète qui a fait Les Cuirassiers de Reichshoffen, une pièce de vers sur la bataille, dont le succès a été immense pendant le siège et qu'on a répétée ensuite dans toute la France ; non seulement, il est poète, mais il écrit très bien en prose et a le travail certain et régulier. C'est en outre mon plus fervent admirateur et nous travaillons côte à côte, dans le même journal, au Bien Public » (Lettre de Théophile Gautier à Carlotta Grisi).

Une bibliothèque de Neuilly-sur-Seine, située en face de l'immeuble où habitait Émile Bergerat, porte son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Les cuirassiers de Reichshoffen (Lemerre, 1871)
  • A. Chateaudun (Lemerre, 1871)
  • Poèmes de la guerre 1870-1871 (1871)
  • Les Provinciales (1871)
  • Enguerrande, poème dramatique (1884)
  • Bébé et Cie (1884)
  • Le Viol (Ollendorff, 1885)
  • Vie et aventures du sieur Caliban. 1884-85 (1886)
  • Le Livre de Caliban (Lemerre, 1887)
  • Le Petit Moreau, roman (1887)
  • Figarismes de Caliban (Lemerre, 1888)
  • L'Amour en République, étude sociologique, 1870-1889 (1889)
  • Le Cruel Vaten-guerre, mémoires d'un grand homme, recueillis, orthographiés et mis en un beau désordre par Caliban. Çi est le premier livre, intitulé la Bataille du Gravase (1889)
  • Le Rire de Caliban (Charpentier, 1890)
  • La Chasse au mouflon, ou Petit Voyage philosophique en Corse (Delagrave, 1891)
  • L'Espagnole (Conquet, 1891)
  • Les Chroniques de l'homme masqué (1892)
  • Les Soirées de Calibangrève (1892)
  • Le Salon de 1892 : Champs-Élysées (1892)
  • Le Faublas malgré lui (1893)
  • Les Drames de l'honneur. Le Chèque, roman (1893)
  • Les Drames de l'honneur. La Vierge, roman (1894)
  • Faublas malgré lui (1903)
  • Contes de Caliban (1909)
  • Ballades et sonnets (1910)
  • Les Amours de Violette, roman (1910)
  • Les Contes facitieux (1910)
  • Glanes et javelles, rimes nouvelles, 1910-1914 (1914)
  • Trente-six contes de toutes les couleurs (1919)
Théâtre
Affiche pour la pièce d'Émile Bergerat Plus que Reine à New York en 1899.
Signature d'Émile Bergerat
  • Une Amie, comédie en 1 acte et en vers, par Émile Bergerat, Paris, Théâtre-Français, 9 septembre 1865
  • Père et mari, drame en 3 actes, en prose, Paris, théâtre de Cluny, 21 juin 1870
  • Séparés de corps, comédie en 1 acte, en prose, Paris, théâtre du Vaudeville, 11 mars 1874
  • La Nuit bergamasque, tragi-comédie en 3 actes, Paris, théâtre-Libre, 30 mai 1887
  • Le Premier Baiser, pièce en 1 acte, Paris, Comédie-Française, 20 mai 1889
  • Le Capitaine Fracasse, comédie héroïque en vers, 5 actes en 7 tableaux, d'après le roman de Théophile Gautier, Paris, théâtre de l'Odéon, 10 octobre 1896
  • La Burgonde, opéra en 4 actes et 5 tableaux, avec Camille de Sainte-Croix, musique de Paul Vidal, Paris, Théâtre de l'Opéra, 23 décembre 1898 ; publié chez Choudens, 1898
  • Plus que Reine, drame en 5 actes et un prologue, 7 tableaux, Paris, théâtre de la Porte-Saint-Martin, 28 mars 1899
  • Théâtre (6 volumes, 1899)
  • La Pompadour, comédie dramatique en 7 tableaux, 1 prologue, 5 actes et 1 épilogue, Paris, théâtre de la Porte-Saint-Martin, 6 novembre 1901
  • Le Capitaine Blomet, comédie en trois actes, Paris, théâtre Antoine, 3 décembre 1901
  • Petite mère, comédie en 4 actes, Paris, théâtre du Vaudeville, 29 avril 1903
  • La Fontaine de Jouvence, comédie mythologique en 2 actes en vers, Paris, Comédie-Française, 4 juillet 1906
  • Vidocq, empereur des policiers, comédie en 5 actes et 7 tableaux, Paris, théâtre Sarah Bernhardt, 15 mai 1910
  • L'Héritage d'Œdipe, comédie en vers, de 2 actes et 1 prologue, lue, présentée et refusée à la Comédie-Française, 5 mai 1911
  • La Nuit florentine, comédie en 4 actes, en vers, dont 1 prologue, adaptation libre de La Mandragore de Machiavel, Paris, théâtre de l'Odéon, 20 février 1913
Témoignage
  • Souvenirs d'un enfant de Paris, 4 volumes, Bibliothèque Charpentier Eugène Fasquelle, éditeur, 1911-1913 :
    • vol. 1 : Les Années de bohème, 1911 ; texte sur Gallica
    • vol. 2 : La Phase critique de la critique, 1872-1880, 1912 ; texte sur Gallica
    • vol. 3 : La Vie moderne — Le Voltaire — Le Nom — 1879-1884, 1913 ; texte sur Gallica
    • vol. 4 : Herminie — Caliban — La Nuit bergamasque — En guerrande — La Corse — Le Capitaine Fracasse — 1882-1890, 1913 ; texte sur Gallica
  • Peintures décoratives de Paul Baudry au grand foyer de l'Opéra, étude critique, préface de Théophile Gautier, 1875.
  • Théophile Gautier, peintre : étude, suivie du Catalogue de son œuvre peint, dessiné et gravé, 1877.
  • Théophile Gautier. Entretiens, souvenirs et correspondance, préface de Edmond de Goncourt et une eau-forte de Félix Bracquemond, G. Charpentier, 2e éd., 1879 ; texte de la 2ème éd. sur Gallica

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paris-Parisien, Ollendorff,‎ 1899, p. 43
  2. Généalogie de Théo Bergerat