Élisabeth Christine de Brunswick-Wolfenbüttel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élisabeth Christine de Brunswick-Wolfenbüttel
Élisabeth Christine de Brunswick-Wolfenbüttel vers 1712.
Élisabeth Christine de Brunswick-Wolfenbüttel vers 1712.
Titre
Impératrice consort du Saint-Empire, reine consort de Germanie et de Bohême
17 avril 171120 octobre 1740
(29 ans, 6 mois et 3 jours)
Prédécesseur Wilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg
Successeur Marie-Amélie d'Autriche
Reine consort de Hongrie et archiduchesse consort d'Autriche
17 avril 171120 octobre 1740
(29 ans, 6 mois et 3 jours)
Prédécesseur Wilhelmine-Amélie de Brunswick-Lunebourg
Successeur Marie-Louise d'Espagne
Reine consort de Naples
11 avril 171325 mai 1734
(21 ans, 1 mois et 14 jours)
Prédécesseur Marie-Louise-Gabrielle de Savoie
Successeur Marie-Amélie de Saxe
Reine consort de Sardaigne
11 avril 171317 février 1720
(6 ans, 10 mois et 6 jours)
Prédécesseur Marie-Louise-Gabrielle de Savoie
Successeur Anne-Marie d'Orléans
Reine consort de Sicile
17 février 17201735
Prédécesseur Anne-Marie d'Orléans
Successeur Marie-Amélie de Saxe
Duchesse consort de Milan, de Brabant et de Limbourg et
comtesse consort de Flandre
1er août 170820 octobre 1740
(32 ans, 2 mois et 19 jours)
Prédécesseur Marie-Louise-Gabrielle de Savoie
Successeur Marie-Louise d'Espagne
Duchesse consort de Luxembourg
11 avril 171320 octobre 1740
(27 ans, 6 mois et 9 jours)
Prédécesseur Thérèse Cunégonde Sobieska
Successeur Marie-Louise d'Espagne
Duchesse consort de Bourgogne
11 avril 171320 octobre 1740
(27 ans, 6 mois et 9 jours)
Prédécesseur Marie-Anne de Neubourg
Successeur François Ier du Saint-Empire
Duchesse consort de Parme
173520 octobre 1740
Prédécesseur Enrichetta d'Este
Successeur Marie-Louise d'Espagne
Biographie
Dynastie Welf
Date de naissance 28 août 1691
Lieu de naissance Brunswick (Brunswick-Lunebourg)
Date de décès 21 décembre 1750 (à 59 ans)
Lieu de décès Vienne (Autriche)
Sépulture Crypte des Capucins
Père Louis-Rodolphe de Brunswick-Wolfenbüttel
Mère Christine Louise d'Oettingen-Oettingen
Conjoint Charles VI du Saint-Empire
Enfant(s) Léopold
Marie-Thérèse
Marie-Anne
Marie-Amélie

Élisabeth Christine de Brunswick-Wolfenbüttel (née le 28 août 1691 à Brunswick, morte le 21 décembre 1750 à Vienne) fut impératrice consort du Saint-Empire, reine consort de Germanie, de Bohême, de Hongrie, de Sardaigne, de Sicile et de Naples, archiduchesse consort d'Autriche, duchesse consort de Bourgogne, de Milan, de Brabant, de Luxembourg, de Limbourg et de Parme et comtesse consort de Flandre par son mariage avec Charles VI. Elle était renommée pour sa beauté, et pour être la mère de l'archiduchesse Marie-Thérèse d'Autriche.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'impératrice Elisabeth Christine vers 1720

Élisabeth Christine était la fille aînée de Louis-Rodolphe, duc de Brunswick-Lüneburg et de sa femme la princesse Christine Louise d'Oettingen-Oettingen.

Dès l'âge de treize ans (1704), elle fut fiancée au futur empereur Charles VI alors prétendant au trône d'Espagne sous le nom de Charles III, grâce à des négociations entre son grand-père Antoine-Ulrich, duc de Brunswick-Wolfenbüttel et la belle-sœur de Charles, l'impératrice Wilhelmine de Brunswick-Lünebourg, fille de Jean-Frédéric, duc de Brunswick-Lunebourg, qui appartenait donc à une autre branche de la famille.

Cependant, la jeune Élisabeth Christine qui n'avait pas 15 ans, attachée à son protestantisme originel, refusa d'abord ce mariage qui lui imposait de se convertir au catholicisme et menaça même de se suicider. Elle finit par l'accepter et se convertit le 1er mai 1707 à Bamberg.

Ce mariage brillant propulsa les princesses de la Maison de Brunswick sur le devant de la scène. La sœur d'Élisabeth Christine, Charlotte, épousa le tsarévitch Alexis Petrovitch de Russie, tandis que sa nièce Élisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel-Bevern fut l'épouse de Frédéric II de Prusse.

Au moment du mariage, Charles était en pleine guerre de Succession d'Espagne contre le Français Philippe V d'Espagne, il se trouvait donc à Barcelone. Élisabeth Christine arriva en Espagne en juillet 1708, et épousa Charles le 1er août 1708 à Barcelone. Charles lui confia bientôt la régence des territoires espagnols qui s'étaient ralliés à sa cause (notamment la Catalogne).

Le couple fut d'abord stérile, ce qui posait un énorme problème de succession d'autant plus qu'en 1711, Charles succéda à son frère sur le trône impérial. En 1713, l'empereur promulgua la Pragmatique Sanction qui définissait les règles successorales du patrimoine de sa maison. À savoir, à défaut de successeur mâle, ses filles auraient la priorité sur celles de son défunt frère. Il maria d'ailleurs très avantageusement ses deux nièces aux deux princes catholiques les plus importants de l'Empire : l'aînée, Marie-Josèphe, à Auguste III, Électeur de Saxe et roi de Pologne, et la cadette, Marie-Amélie, à l'Électeur de Bavière, futur Charles VII.

Trois ans plus tard, l'impératrice donna le jour à un fils, mais le nourrisson ne survécut pas. Le couple impérial eut en tout quatre enfants dont deux parvinrent à l'âge adulte, Marie-Thérèse et Marie-Anne.

L'impératrice Élisabeth Christine, gravure de Martin Engelbrecht vers 1745.

En 1723 arriva à la cour le jeune prince François de Lorraine : l'héritier du duc de Lorraine et de Bar venait terminer sa formation à la cour de Vienne où son propre père était né et avait été élevé en compagnie de l'empereur. Sa grand-mère était d'ailleurs une archiduchesse d'Autriche. Le jeune prince se retrouvait en famille et d'aucuns pensaient déjà — à Lunéville et à Vienne — à une union entre le jeune homme et l'archiduchesse Marie-Thérèse, fille aînée de l'Empereur, ce qui advint à la fin de la guerre de Succession de Pologne en 1736 pour la plus grand bonheur de l'archiduchesse : chose assez exceptionnelle pour une princesse de l'époque et en milieu curial, ce mariage dynastique était aussi un mariage d'amour. Quatre ans plus tard, après une guerre désastreuse contre les Turcs, l'empereur mourut et Marie-Thérèse se retrouvait seule face à des responsabilités pour lesquelles elle n'avait pas été formée. À 23 ans, elle n'avait elle-même que trois filles mais pas de fils et était enceinte de six mois.

Sa mère lui apporta tout son soutien. Elle avait transmis à sa fille non seulement sa beauté mais aussi une mâle énergie et le courage qui anima la jeune femme pendant la difficile guerre de Succession d'Autriche qui embrasa l'Europe peu après l'avènement de Marie-Thérèse, les alliés de la veille devenant les ennemis du jour. Son gendre fut finalement élu empereur en 1745 mais c'était Marie-Thérèse qui tenait les rênes du pouvoir. En revanche, économiste averti, l'Empereur, par des placements judicieux, fit la fortune des Habsbourg récemment reconvertis en Habsbourg-Lorraine.

Peu après le début de la guerre, en mars 1741, était né l'héritier tant attendu. Il fut convenu entre Marie-Thérèse et Élisabeth Christine que le nourrisson recevrait en action de Grâce le prénom du père nourricier du Christ, Joseph. La jeune impératrice mit ainsi au monde un enfant presque chaque année et ce, même après la paix qui lui conserva ses états (1748). La dynastie était sauvée.

L'impératrice Élisabeth Christine mourut à Vienne le 21 décembre 1750, et fut inhumée dans la Crypte des Capucins, où reposent traditionnellement les dépouilles des membres de la Maison Impériale.

Descendance[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]