Élections législatives polonaises de 2001

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1997 Drapeau de la Pologne 2005 Suivant
Élections législatives polonaises de 2001
  
46,29 %
Gouvernement
Sortant
Élu
Législature élue
IVe

Les élections législatives polonaises de 2001 (Wybory parlamentarne w Polsce w 2001 roku, en polonais) se sont tenues le 23 septembre 2001, afin d'élire les quatre cent soixante députés de la quatrième législature de la Diète et les cent sénateurs de la cinquième législature du Sénat.

Le scrutin a été remporté, à la majorité relative, par l'Alliance de la gauche démocratique (SLD).

Contexte[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives du 21 septembre 1997, l'Alliance électorale Solidarité (AWS), une coalition de centre-droit formée en 1996 autour du RSAWS, la branche politique du syndicat Solidarité, avait remporté une majorité relative de 201 députés sur 460 avec 33,8 % des voix. Afin de gouverner, l'AWS avait constitué un gouvernement de coalition avec l'Union pour la liberté (UW), une alliance libérale constituée en 1994 qui avait obtenu 13,4 % des suffrages et 60 députés, permettant à Jerzy Buzek de devenir président du Conseil des ministres. À droite toujours, le Mouvement pour la reconstruction de la Pologne (ROP), une formation conservatrice et nationaliste, avait franchi de justesse la barre des 5 % des voix, avec 5,56 %, gagnant là 6 députés.

Alors au pouvoir, la coalition sociale-démocrate de l'Alliance de la gauche démocratique (SLD) avait connu une belle progression avec 27,1 % des voix, soit 164 parlementaires. Son allié au gouvernement, le Parti paysan polonais (PSL) avait, pour sa part, divisé son score par deux en obtenant 7,3 % des suffrages, soit 27 sièges. En 1999, sous l'impulsion de Leszek Miller, la SLD se transforme en un seul parti politique social-démocrate et social-libéral.

Au fur et à mesure de l'avancée de la législature, la coalition se délite, à tel point que l'UW quitte le cabinet Buzek en juin 2000. Lors de l'élection présidentielle du 8 octobre 2000, le président de la République sortant et candidat de la SLD, Aleksander Kwaśniewski, s'impose dès le premier tour avec plus de 53 % des voix, le candidat de l'AWS, Marian Krzaklewski, terminant troisième avec 15,6 % des suffrages exprimés.

Forces et chefs de file[modifier | modifier le code]

Force politique Idéologie Chef de file Score en 1997
Alliance électorale Solidarité de droite (AWSP)
Akcja Wyborcza Solidarność Prawicy
Centre-droit
Conservatisme, démocratie chrétienne
Jerzy Buzek
(Président du Conseil)
33,8 % des voix
201 députés
51 sénateurs
Alliance de la gauche démocratique - Union du travail (SLD-UP)
Sojusz Lewicy Demokratycznej – Unia Pracy
Centre-gauche
Social-démocratie,

progressisme, troisième voie

Leszek Miller 31,9 % des voix
164 députés
28 sénateurs
Union pour la liberté (UW)
Unia Wolności
Centre
Libéralisme, démocratie chrétienne
Bronisław Geremek 13,4 % des voix
60 députés
8 sénateurs
Parti paysan polonais (PSL)
Polskie Stronnictwo Ludowe
Centre-droit
Démocratie chrétienne, conservatisme, agrarisme
Jarosław Kalinowski 7,3 % des voix
27 députés
3 sénateurs
Droit et justice (PiS)
Prawo i Sprawiedliwość
Droite
Conservatisme, nationalisme, euroscepticisme
Lech Kaczyński Inexistant
Plate-forme civique (PO)
Platforma Obywatelska
Centre-droit
Libéral-conservatisme, démocratie chrétienne
Maciej Płażyński Inexistant

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores à la Diète[modifier | modifier le code]

Parti Voix Députés
Voix  % +/- Sièges +/-  %
Alliance de la gauche démocratique - Union du travail (SLD-UP) 5 342 519 41,04 % en augmentation 9,17 216 en augmentation 52 47,0 %
Plate-forme civique (PO) 1 651 099 12,68 % en augmentation 12,68 65 en augmentation 65 14,1 %
Autodéfense de la République de Pologne (SRP) 1 327 624 10,20 % en augmentation 10,20 53 en augmentation 53 11,5 %
Droit et justice (PiS) 1 236 787 9,50 % en augmentation 9,50 44 en augmentation 44 9,6 %
Parti paysan polonais (PSL) 1 168 659 8,98 % en augmentation 1,67 42 en augmentation 15 5,4 %
Ligue des familles polonaises (LPR) 1 025 148 7,87 % en augmentation 7,87 38 en augmentation 38 8,3 %
Alliance électorale Solidarité de droite (AWSP) 729 207 5,60 % en diminution 28,23 0 en diminution 201 0,0 %
Union pour la liberté (UW) 404 074 3,10 % en diminution 10,27 0 en diminution 60 0,0 %
Minorité allemande (MN/WKDM) 54 266 0,36 % en diminution 0,03 2 en stagnation 0,4 %
TOTAL (participation : 46,29 %) 11 228 659 95,13 % N/A 460 en stagnation 100,0 %

Scores au Sénat[modifier | modifier le code]

Parti Sénateurs
Sièges +/-
Alliance de la gauche démocratique - Union du travail (SLD-UP) 75 en augmentation 47
Alliance électorale Solidarité de droite (AWSP) 7 en diminution 44
Union pour la liberté (UW) 5 en diminution 3
Parti paysan polonais (PSL) 4 en augmentation 1
Plate-forme civique (PO) 2 en augmentation 2
Ligue des familles polonaises (LPR) 2 en augmentation 2
Autodéfense de la République de Pologne (SRP) 2 en augmentation 2
Mouvement pour la reconstruction de la Pologne (ROP) 1 en diminution 4
Droit et justice (PiS) 0 en stagnation
Indépendants 2 en diminution 3
TOTAL (participation : 46,29 %) 100 en stagnation

Analyse[modifier | modifier le code]

Ce scrutin marque la plus forte victoire de la gauche depuis dix ans. Avec 41 % des suffrages, la SLD-UP réalise le meilleur score d'un parti depuis 1991, étant la première formation à passer la barre des 40 %, et rate la majorité absolue de quinze sièges. Son partenaire traditionnel du PSL se redresse légèrement, progressant de moins de deux points.

Cette grande réussite est à mettre en parallèle avec l'effondrement et la division de la droite. Tandis que l'AWSP, qui ne franchit pas le seuil des 8 % imposé aux coalitions, et l'UW sont carrément exclues de la Diète, les partis apparus en cours de législature, la PO, formation libérale, et PiS, parti conservateur, restent sous la barre des 20 %, ce dernier ne franchissant même pas les 10 %. Avec à peine 109 parlementaires, la droite recule donc de cent cinquante sièges. En revanche, deux forces nationalistes et populistes, l'une de gauche, la SRP, l'autre d'extrême droite, la LPR, réalisent une percée, totalisant 18 % des voix et 91 députés.

Au Sénat, dont les membres sont élus au scrutin uninominal majoritaire à un tour, la situation précédente est exacerbée. Les sociaux-démocrates s'adjugent les trois quarts des sièges, tandis que les forces du centre-droit et de la droite, pourtant coalisées dans le « Bloc Sénat 2001 », n'en remportent que 15. Quant aux cinq sénateurs nationalistes, leur nombre ne varie pas, mais ils sont désormais éclatés entre trois partis.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le 4 octobre, le président Kwaśniewski désigne Leszek Miller, président de la SLD, comme candidat aux fonctions de président du Conseil des ministres, alors que Buzek n'a pas encore remis sa démission, ce qui soulève une controverse. Le chef du gouvernement sortant démissionne officiellement quinze jours plus tard, et le chef de l'État nomme aussitôt le cabinet Miller, formé de la SLD-UP et du PSL. Le 26 octobre, le gouvernement obtient la confiance de la Diète, par 306 voix contre 140.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]