Élections législatives autrichiennes de 2002

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1999 Drapeau de l'Autriche 2006 Suivant
Élections législatives autrichiennes de 2002
  
84,27 %
Représentation de l'assemblée
Diagramme
Gouvernement
Sortant
Élu
Législature élue
XXIIe

Les élections législatives autrichiennes de 2002 (Nationalratswahl in Österreich 2002, en allemand), se sont tenues le , en vue d'élire les cent-quatre-vingt-trois députés de la vingt-deuxième législature du Conseil national, pour un mandat de quatre ans.

Au pouvoir depuis à peine deux ans et demi, le Parti populaire autrichien (ÖVP) est le grand gagnant de ce scrutin, obtenant la première place, une première depuis 1966. La progression du Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ) et des Verts est plus limitée, tandis que le recul du Parti autrichien de la liberté (FPÖ), qui avait créé la surprise en 1999, est très impressionnant.

Contexte[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives du 3 octobre 1999, le Parti social-démocrate d'Autriche, au pouvoir depuis 1970, avait conservé son statut de première force politique, tout en recueillant son pire score depuis 1945, avec 33 % des suffrages. Il en avait été de même pour son partenaire dans la grande coalition en place depuis 1986, le Parti populaire autrichien, qui avait même été devancé, pour la deuxième place, de moins de cinq cents voix par le Parti autrichien de la liberté, qui signait là le meilleur résultat de son histoire, les deux formations remportant 26,9 % des voix.

Bien que le SPÖ et l'ÖVP aient conservé une nette majorité absolue de 117 sièges sur 183, les conservateurs ont préféré négocier une alliance avec le FPÖ, débouchant sur la constitution d'une coalition noire-bleue, forte de 104 sièges. Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, l'extrême droite faisait son retour au gouvernement, obtenant des ministères importants, comme la Justice, la Défense nationale ou les Finances, tandis que le vice-chancelier sortant et président de l'ÖVP, Wolfgang Schüssel, était investi chancelier fédéral.

Toutefois, la conversion du parti d'extrême droite protestataire en parti de gouvernement, ainsi que son soutien aux réformes libérales prônées par les conservateurs, conduit à des dissensions internes, entre le courant pragmatique inspiré par la présidente du parti et vice-chancelière, Susanne Riess-Passer, et le ministre fédéral des Finances, Karl-Heinz Grasser, et les idéologues, menés par le chef historique de la formation, Jörg Haider. Finalement, le , à l'issue d'une réunion du comité directeur, Riess-Passer et Grasser renoncent à leurs fonctions dans la direction et Haider appelle à de nouvelles élections, ce que Schüssel accepte.

Partis et têtes de liste[modifier | modifier le code]

Parti Idéologie Tête de liste Résultat en 1999
Parti social-démocrate d'Autriche
Sozialdemokratische Partei Österreichs
Centre-gauche
Social-démocratie, progressisme
Alfred Gusenbauer 33,2 % des voix
65 députés
Parti autrichien de la liberté
Freiheitliche Partei Österreichs
Extrême droite
Nationalisme, conservatisme, euroscepticisme
Mathias Reichhold
(Ministre fédéral des Transports)
26,9 % des voix
52 députés
Parti populaire autrichien
Österreichische Volkspartei
Centre-droit
Démocratie chrétienne, conservatisme, libéralisme
Wolfgang Schüssel
(Chancelier fédéral)
26,9 % des voix
52 députés
Les Verts - L'Alternative verte
Die Grünen - Die Grüne Alternative
Centre-gauche
Écologie politique, progressisme
Alexander Van der Bellen 7,4 % des voix
14 députés

Résultats[modifier | modifier le code]

Scores[modifier | modifier le code]

Parti Suffrages Sièges
Voix  % +/- Députés +/-
Parti populaire autrichien (ÖVP) 2 076 833 42,30 % en augmentation 15,39 79 en augmentation 27
Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ) 1 792 499 36,51 % en augmentation 3,36 69 en augmentation 4
Parti autrichien de la liberté (FPÖ) 491 328 10,01 % en diminution 16,90 18 en diminution 34
Les Verts - L'Alternative verte (Grüne) 464 980 9,47 % en augmentation 2,07 17 en augmentation 3
Forum libéral (LIF) 48 083 0,98 % en diminution 2,67 0 en stagnation
  Parti communiste d'Autriche (KPÖ) 27 558 0,56 % en augmentation 0,08 0 en stagnation
  Autres 8 354 0,17 % N/A 0 N/A

Analyse[modifier | modifier le code]

Avec un résultat en hausse de plus de quinze points, soit la plus forte progression de l'histoire politique autrichienne entre deux élections, l'ÖVP repasse la barre des 40 % et réalise son meilleur score depuis 1983. Il parvient même, pour la première fois depuis 1966, à surpasser le SPÖ et arriver en tête des élections législatives. Les sociaux-démocrates, eux, se redressent un peu mais sans réaliser de performance particulière. La percée de l'ÖVP est à l'image de l'effondrement du FPÖ, qui reste de justesse au-dessus des 10 % et retrouve son score de 1986, époque de l'arrivée de Haider à la tête du parti. La participation gouvernementale n'a donc absolument pas profité à la formation d'extrême droite. Les Verts, pour leur part, poursuivent leur progression, établissant de nouveau leur record et approchant les 10 % des voix.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Bien que les nationalistes aient subi une importante défaite, le chancelier Schüssel, désormais incontournable, choisit de reconduire sa coalition noire-bleue, dans laquelle il domine très nettement alors qu'il était à égalité avec ses partenaires dans le gouvernement sortant. Il faut attendre le pour que soit formé le gouvernement Schüssel II.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]