Zbigniew Religa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zbigniew Religa
Zbigniew Religa, en 2008.
Zbigniew Religa, en 2008.
Fonctions
Député à la Diète polonaise
Élection
Législature VIe
Groupe politique PiS
Successeur Tadeusz Wita
Ministre de la Santé
Président du Conseil Kazimierz Marcinkiewicz
Jarosław Kaczyński
Gouvernement Marcinkiewicz
Kaczyński
Prédécesseur Marek Balicki
Successeur Ewa Kopacz
Sénateur
Élection
Législature Ve
Groupe politique Bloc Sénat 2001
Successeur Jadwiga Rudnicka
Élection
Législature IIIe
Groupe politique Indépendants
Prédécesseur Jan Jesionek
Successeur Kazimierz Kutz
Biographie
Nom de naissance Zbigniew Eugeniusz Religa
Date de naissance
Lieu de naissance Miedniewice (Pologne)
Date de décès (à 70 ans)
Lieu de décès Varsovie (Pologne)
Nature du décès Cancer du poumon
Sépulture Varsovie (Pologne)
Nationalité Polonaise
Parti politique BBWR (1993-94)
Republikanie (1994-98)
SKL (1998-2002)
RNP (2002-03)
PC (2003-07)
SKL (2007-2009)
Diplômé de Académie de médecine de Varsovie
Profession Cardiologue

Zbigniew Eugeniusz Religa, né le à Miedniewice et mort le à Varsovie, est un homme politique polonais de centre droit. Il est ministre de la Santé entre et .

Biographie[modifier | modifier le code]

Études et parcours professionnel médical[modifier | modifier le code]

Il sort diplômé de l'Académie de médecine de Varsovie en 1963. En 1966, il devient chirurgien à l'hôpital Wolski de Varsovie.

Il quitte la Pologne pour les États-Unis dans les années 1970, s'exerçant ainsi à la chirurgie vasculaire en 1973 à New York et à la chirurgie cardiaque à Détroit deux ans plus tard. Entre 1980 et 1984, il exerce à l'institut de cardiologie de la capitale polonaise.

Universitaire[modifier | modifier le code]

Titulaire du titre honorifique de « docteur en médecine » depuis 1973, il obtient son habilitation universitaire en 1981 et devient alors maître de conférences. Il accède au titre de professeur des universités en 1984, et obtient alors une chaire en chirurgie cardiaque, prenant parallèlement la direction de la clinique de chirurgie cardiaque de Zabrze.

En 1989, il est nommé directeur du département de chirurgie cardiaque de l'hôpital central du ministère de l'Intérieur, à Varsovie, un poste qu'il conserve deux ans. En 1990, il devient professeur à l'académie de médecine de Silésie, à Katowice.

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Ayant participé dans les années 1980 aux activités du Mouvement patriotique pour la renaissance nationale (PRON), il postule à l'un des trois mandats sénatoriaux de la voïvodie de Katowice au cours des élections du . Il totalise alors 319 425 voix, ce qui constitue le quatrième résultat.

Il participe en 1993 à la fondation du Bloc non-partisan pour le soutien aux réformes (BBWR), parti politique affilié à Lech Wałęsa. Il se représente au Sénat lors des élections du 19 septembre suivant, et remporte un mandat dans la voïvodie de Katowice, avec un total de 503 304 suffrages, soit le meilleur résultat de la circonscription. Il rejoint ensuite le groupe parlementaire des indépendants.

Il abandonne le BBWR dès 1994, et participe à la fondation du Parti républicain (Republikanie), avec les membres du BBWR qui n'appuient pas la candidature de Wałęsa à la présidentielle de 1995. Il en occupe la direction jusqu'en .

Important succès médical[modifier | modifier le code]

Pionnier de la transplantation cardiaque, il a dirigé l'équipe préparant la première transplantation de cœur à succès dans le pays. Aussi, en , il devient le premier chirurgien à greffer une valve artificielle créée sur des matériaux pris sur des cadavres humains.

En 1997, il devient le recteur de l'académie médicale de Silésie. Il ne postule pas à un nouveau mandat sénatorial au cours des élections parlementaires du 21 septembre suivant, que remporte l'Alliance électorale Solidarité (AWS).

Il rejoint en 1998 le Parti conservateur-populaire (SKL). En vue des élections sénatoriales du 23 septembre 2001, il est investi candidat de la coalition « Bloc Sénat 2001 », sur le quota de la Plate-forme civique (PO), dans la circonscription de Gliwice. Il remporte un nouveau mandat au Sénat, avec 133 511 voix.

Il refuse toutefois d'adhérer à la PO, ainsi que le font la majorité des membres du SKL. Avec une partie des minoritaires, il fonde le SKL - Nouveau mouvement polonais (SKL-RNP).

L'élection présidentielle de 2005[modifier | modifier le code]

Le , il décide de fonder une nouvelle formation avec les membres du SKL-RNP et du Mouvement social Alliance électorale Solidarité (RS) : le Parti du centre (Centrum), dont il prend la direction. Il en démissionne dès le , au profit de l'ancien ministre Janusz Steinhoff, tandis qu'il en devient le président d'honneur.

Zbigniew Religa annonce officiellement sa candidature à l'élection présidentielle des 9 et 23 octobre 2005 le . Il dispose de l'appui du Centrum, et d'autres petits partis conservateurs. Il renonce dès le , à la suite de fortes chutes dans les intentions de vote. Il appelle alors à voter pour Donald Tusk, le candidat de la PO dont il devient le président du comité de soutien.

Ministre de la Santé[modifier | modifier le code]

Funérailles de Zbigniew Religa.

Le , huit jours après la défaite de Tusk, Zbigniew Religa est nommé ministre de la Santé dans le gouvernement minoritaire du conservateur Kazimierz Marcinkiewicz. Il est reconduit dans le gouvernement de coalition du conservateur Jarosław Kaczyński lorsqu'il accède au pouvoir, le . En , il rejoint le groupe constitué autour d'Artur Balazs et qui relance le Parti conservateur-populaire.

Pour les élections législatives anticipées du 21 octobre 2007, il est investi sur la liste de Droit et justice dans la circonscription de Gliwice. Avec un total de 62 228 votes préférentiels, il remporte son premier mandat à la Diète, avec le meilleur score de sa circonscription et le deuxième meilleur résultat de la voïvodie de Silésie.

Atteint d'un cancer du poumon, il meurt le , à 70 ans. Il est enterré, cinq jours plus tard, au cimetière militaire de Powązki, à Varsovie. Sa dépouille est accompagnée de la garde d'honneur des Forces armées polonaises, et suivie par le président de la République Lech Kaczyński, le président de la Diète Bronisław Komorowski et le président du Conseil des ministres Donald Tusk.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]