Roman Giertych

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Giertych.
Roman Giertych
Roman Giertych (d.) en septembre 2007 à la Diète.
Roman Giertych (d.) en à la Diète.
Fonctions
Vice-président du
Conseil des ministres polonais
Ministre de l'Éducation nationale

(1 an, 3 mois et 8 jours)
Président du Conseil Kazimierz Marcinkiewicz
Jarosław Kaczyński
Gouvernement Marcinkiewicz
Kaczyński
Prédécesseur Michał Seweryński (Éducation)
Successeur Ryszard Legutko (Éducation)
Président de la Ligue des familles polonaises

(1 an, 7 mois et 13 jours)
Prédécesseur Marek Kotlinowski
Successeur Sylwester Chruszcz
Président du groupe LPR à la Diète

(7 mois et 5 jours)
Législature Ve
Prédécesseur Marek Kotlinowski
Successeur Janusz Dobrosz
Député à la Diète

(6 ans et 16 jours)
Élection
Réélection
Législature IVe et Ve
Groupe politique LPR
Biographie
Nom de naissance Roman Jacek Giertych
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Śrem (Pologne)
Parti politique LPR (2001-09)
Père Maciej Giertych
Diplômé de Université Adam-Mickiewicz
Profession Avocat

Roman Jacek Giertych, né le à Śrem, est un homme politique polonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts en politique[modifier | modifier le code]

Il est originaire d'une famille d'hommes politiques : fils de Maciej Giertych, petit-fils de Jędrzej Giertych et arrière-petit-fils de Franciszek Giertych.

Il est diplômé en droit et histoire de l'université Adam-Mickiewicz de Poznań. En , il participe de la recréation des Jeunesses pan-polonaises (MW), une organisation nationale-catholique qui avait participé à la résistance pendant la Seconde Guerre mondiale et dissoutes par les communistes en . Il en exerce la présidence pendant cinq ans.

Il rejoint ensuite le Parti national-démocrate (SND) puis le Parti national (SN), deux formations d'idéologie national-démocrate. En , le SND, le SN et de nombreuses formations constituent un parti national-démocrate, conservateur et eurosceptique, la Ligue des familles polonaises (en polonais : Liga Polskich Rodzin, LPR), dont il devient membre sous la présidence de Marek Kotlinowski.

Député[modifier | modifier le code]

Pour les élections parlementaires du , il est investi en tête de la liste LPR dans la circonscription de Varsovie-II. Il réunit alors 13 261 voix préférentielles, soit près de la moitié de celles réunies par les candidats de sa liste. Il entre donc à la Diète à l'âge de 30 ans.

Il est désigné en vice-président de la commission d'enquête parlementaire sur « l'Orlengate », aux côtés de Zbigniew Wassermann et Andrzej Aumiller. Ce scandale judiciaire et financier concernant PKN Orlen, la plus grande entreprise pétrochimique polonaise, est alors exploité par les partis de droite afin d'annihiler les chances de Włodzimierz Cimoszewicz à l'élection présidentielle de .

Dans la perspective des élections parlementaires du , il prend la tête de la liste dans la circonscription de Varsovie-I. Il obtient 35 812 votes de préférence, soit le cinquième résultat du territoire.

Élu président du groupe parlementaire de la LPR, qui apporte son soutien au gouvernement minoritaire du président du Conseil des ministres conservateur Kazimierz Marcinkiewicz, le suivant, il devient le président de la Ligue des familles polonaises.

Ministre[modifier | modifier le code]

Le suivant, Roman Giertych est nommé à 35 ans vice-président du Conseil des ministres et ministre de l'Éducation nationale à la suite d'un remaniement du gouvernement Marcinkiewicz. Jarosław Kaczyński, qui s'installe au pouvoir le , le maintient dans ses fonctions. Il en est relevé le , après six semaines de crise politique entre Droit et justice (PiS) et Autodéfense de la république de Pologne (SRP).

Après la LPR[modifier | modifier le code]

Il se représente aux élections législatives anticipées du et postule en première position sur la liste de la LPR dans la circonscription de Lublin. Avec 1,3 % au niveau national, la Ligue est exclue de la Diète et lui-même rassemble 6 394 suffrages préférentiels. Il renonce trois jours plus tard à la présidence du parti, qui revient par intérim à Sylwester Chruszcz.

Il se retire alors de la vie politique et devient avocat. À ce titre, il a représenté des personnalités de premier plan comme Donald Tusk et Radosław Sikorski. Pour les élections européennes de il travaille avec Libertas, puis il quitte la LPR et annonce qu'il votera désormais pour la Plate-forme civique (PO).

Lors des élections parlementaires du , il se présente en indépendant dans la circonscription de Pruszków et bénéficie de l'appui de certains membres de la PO. Il rassemble sur son nom 51 289 voix, soit 20,29 % des suffrages exprimés. Il est ainsi battu par Konstanty Radziwiłł, candidat de Droit et justice et futur ministre de la Santé.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]