Yvette Jaggi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Yvette Jaggi
Illustration.
Fonctions
Syndique de la commune de Lausanne
Prédécesseur Paul-René Martin
Successeur Jean-Jacques Schilt
Conseillère municipale (exécutif) à Lausanne[1]
Conseillère aux États[2]
Successeur Jacques Martin
Conseillère nationale[2]
Conseillère communale à Lausanne[3]
Biographie
Date de naissance (81 ans)
Lieu de naissance Lausanne (Suisse)
Parti politique Parti socialiste suisse
Diplômé de Université de Lausanne (UNIL)

Yvette Jaggi, née le à Lausanne, originaire de cette même ville et de Gsteig[4], est une personnalité politique suisse membre du Parti socialiste suisse. Elle fut la première femme syndique de Lausanne en 1990[5].

Formation[modifier | modifier le code]

Yvette Jaggi étudie à l'Université de Lausanne, où elle obtient une licence en économie et une licence ès lettres[6]. Elle obtient cette dernière en 1964, avec pour titre de son mémoire, La théorie de la volonté générale chez Rousseau et son influence sur Robespierre. En 1970, elle est docteur ès science politique. Sa thèse est consacrée au processus de concentration dans le secteur de la distribution[7].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En marge de ses études universitaires, elle s'occupe notamment du secrétariat d'une revue économique et sociale, puis enseigne dans un établissement privé. En 1968, elle travaille à l'Innovation, puis à la centrale d'achat de Coop à Bâle[8]. Elle est ensuite employée par le secrétariat du Fonds national suisse de la recherche scientifique à Berne[9].

De 1973 à 1979, elle est directrice de la Fédération romande des consommatrices (FRC)[9]. Elle démissionne en mai 1979, au moment où elle souhaite se présenter aux élections fédérales de l'automne, les statuts de la FRC ne lui permettant pas d'exercer un mandat politique[10]. Dans le même domaine, elle est présidente, de 1986 à 1991, de la Commission fédérale de la consommation[6].

Dans les années 1980, elle est privat-docent à l'Université de Lausanne et professeure invitée à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, où elle donne des cours de sociologie de la consommation[9]. Elle retourne dans le monde académique après la fin de sa carrière politique et, de 1998 à 2006, elle est successivement privat-docent, puis professeur remplaçante à l'Institut de géographie de l'Université de Lausanne[11],[12].

En 1992, elle est membre du conseil de la Banque nationale suisse[6].

En 1998, Yvette Jaggi succède à la conseillère aux États soleuroise Rosemarie Simmen à la présidence de Pro Helvetia[13]. Pendant son mandat, elle est impliquée dans l'élaboration des lois fédérales consacrées la fondation Pro Helvetia elle-même et à l'encouragement de la culture. Elle doit également faire à la polémique liée à l'exposition de Thomas Hischhorn au Centre culturel suisse de Paris, qui conduit les chambres fédérales à diminuer le budget de Pro Helvetia d'un million de francs. Elle démissionne en 2005[14].

De 2006 à 2015, elle est présidente de la Fondation ASECE, qui devient en 2009 Microcrédit Solidaire Suisse - Fondation Georges Aegler pour la création d’entreprises. Après son départ, elle en devient, en 2016 la présidente d'honneur. Elle collabore régulièrement depuis de nombreuses années au média politique Domaine public (édition papier jusqu'en 2006 et site Internet depuis cette date).

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Elle entre au Parti socialiste en 1972, une année après que les femmes ont obtenu le droit de vote au niveau fédéral[15] (elles l'avaient déjà depuis 1959 dans le Canton de Vaud[16]).

Niveau communal à Lausanne[modifier | modifier le code]

Yvette Jaggi est élue au Conseil communal de Lausanne en 1981[17]. Quatre ans plus tard, elle est la deuxième meilleure élue à la Municipalité (exécutif), derrière le syndic radical Jacques Martin, et y entre en même temps qu'un autre nouvel élu socialiste, Jean-Jacques Schilt. Ils rejoignent le sortant Jean-Daniel Cruchaud, faisant passer la représentation socialiste de deux à trois municipaux[18]. Elle prend en charge la direction des finances[19]. En 1989, elle est réélue à la municipalité de Lausanne, puis, le 26 novembre, elle syndique de la ville, obtenant 20 040 voix contre 18 366 au radical Olivier Chevallaz. Elle est la troisième socialiste à occuper ce poste, après Arthur Maret et Pierre Graber, et la première femme[20]. Son accession à la syndicature, en même temps que l'élection de l'écologiste Daniel Brélaz à la Municipalité, marque le début d'une longue période de majorité de gauche à Lausanne, avec quatre, cinq, puis six représentants sur sept conseillers municipaux. En 1993, elle est réélue tacitement à la syndicature après que la gauche a conservé la majorité tant à l'exécutif qu'au législatif[21]. En 1997, elle annonce qu'elle ne se représente pas à l'exécutif lausannois et termine donc son mandat au [15],[22].

Pendant sa syndicature, elle siège au comité de l'Union des villes suisses[23]. Elle met en avant le titre de Lausanne Capitale Olympique, favorise l'olympisme à Lausanne et promeut le Ballet Bejart Lausanne.

Niveau cantonal Vaud[modifier | modifier le code]

Malgré une popularité certaine acquise comme directrice de la Fédération romande des consommatrices, puis comme élue fédérale, Yvette Jaggi ne fait pas de carrière politique cantonale. Elle se présente une fois en 1981 devant un congrès socialiste pour briguer la candidature au Conseil d'État, mais c'est finalement Daniel Schmutz qui est désigné[24]. De 1999 à 2002, elle est toutefois co-présidente de la Constituante vaudoise, assemblée chargée de la révision totale de la Constitution cantonale, avec le radical René Perdrix et le libéral Jean-François Leuba[25].

Niveau fédéral[modifier | modifier le code]

Elle est élue au Conseil national en 1979, arrivant en tête de la liste socialiste[26],[27]. En 1983, le journal 24 Heures juge qu'elle a été, avec le libéral Claude Bonnard, la meilleure élue vaudoise à Berne de la législature[28]. Lors des élections fédérales de la même année, elle est réélue au Conseil national, terminant à nouveau en tête de la liste socialiste[29]. En 1987, elle est élue au Conseil des États lors du second tour de scrutin, devançant le radical de Raymond Junod de quelques centaines de voix et mettant ainsi fin à une présence radicale au sein de la délégation vaudoise au Conseil des États ininterrompue depuis 1848. Son élection au Conseil des États permet au premier viennent-ensuite du Parti socialiste, Pierre Aguet, d'entrer au Conseil national[30]. Elle n'est pas réélue au Conseil des États en 1991, le radical Jacques Martin et le libéral Hubert Reymond obtenant la majorité absolue des voix dès le premier tour de scrutin[31]. Sa non-réélection est expliquée à la fois par la popularité de Jacques Martin et par le fait que, syndique de Lausanne depuis le début de l'année 1990, elle a déçu une partie de ses électeurs lausannois[32]. Lors des élections fédérales de 1995, elle se présente à nouveau au Conseil des États, mais est nettement battue au second tour par le radical sortant Jacques Martin et le libéral Éric Rochat[33]. Cette défaite met un terme à sa carrière politique fédérale.

En juin 1981, elle est élue à la présidence des Femmes socialistes suisses pour succéder à la zurichoise Rita Gassmann et reste à ce poste jusqu'en 1985[9],[34]. De 1982 à 1986, elle est vice-présidente du Parti socialiste suisse[9]. Au moment de son départ en 1986, elle est considérée au sein de ce parti comme l'une des personnes qui fait le mieux le lien entre la Suisse alémanique et la Suisse romande[35].

Distinction[modifier | modifier le code]

Le , Yvette Jaggi est décorée de l'insigne de Commandeur de l'Ordre national du Mérite par la France, pour avoir notamment entretenu et développé d’excellentes relations avec plusieurs pays étrangers, dont la France, et avoir agi en faveur de la francophonie et de la promotion des femmes. Elle reçoit cette distinction à l'ambassade de France à Berne[36].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Yvette Jaggi, Ce n'est pas le moment de mollir, Genève, Éditions Zoé, [37].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Élection municipale à Lausanne, 24 heures (Suisse), 11 novembre 1985
  2. a et b https://www.parlament.ch/fr/biografie?CouncillorId=784
  3. Les 100 nouveaux conseillers, 24 heures (Suisse), 28 octobre 1981
  4. Page d'Yvette Jaggi au parlement fédéral
  5. Yvette Jaggi, pionnière, Site du Canton de Vaud
  6. a b et c ATS, « La syndique Yvette Jaggi annonce son retrait de la scène politique », La Liberté,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  7. Yvette Jaggi ou la cause des villes
  8. Yvette Jaggi - La politique en toutes choses, Association Films Plans-Fixes, 15 juillet 1998
  9. a b c d et e Marlyse Cuagnier, « Biographie d'Yvette Jaggi », Journal de Genève,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  10. « Un mandat au Conseil national? », 24 Heures,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  11. Yvette Jaggi, docteur en sciences politiques et spécialiste de Jean-Jacques Rousseau, Radio télévision suisse
  12. « Yvette Jaggi », sur Université de Lausanne (UNIL) (consulté le )
  13. AP, « C'est Yvette Jaggi qui prend la présidence de Pro Helvetia », La Liberté,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  14. Marie-Christine Mousson, « Yvette Jaggi quitte Pro Helvetia l'esprit serein », La Liberté,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  15. a et b Yvette Jaggi, pionnière
  16. Le droit de vote en Suisse
  17. Conseil communal de Lausanne, les cents nouveaux conseillers, 24 heures (Suisse), 28 octobre 1981
  18. Louis Polla, « Une brèche dans l'Entente », 24 Heures,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  19. [1]
  20. ATS, « Une première féminine », L'Impartial,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  21. AP, « Mme Jaggi, tacitement », L'Impartial,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  22. ATS, « Lausanne - Yvette Jaggi ne se représentera pas », L'Impartial,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  23. Etat de Vaud, « Yvette Jaggi - VD.CH », sur www.vd.ch (consulté le )
  24. « Parti socialiste: M. Daniel Schmutz », 24 Heures,‎ , p. 15
  25. La nouvelle constitution, trois ans de travaux
  26. « Yvette Jaggi », sur www.parlament.ch (consulté le )
  27. « Vaud: un petit "coup de sac" », 24 Heures,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  28. Denis Barrelet, « L'olympiade des Vaudois à Berne », 24 Heures,‎ , p. 29 (lire en ligne)
  29. ATS, « Vaud: le bulldozer radical », 24 Heures,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  30. Jean Rüf, « Le couple vaudois du siècle », 24 Heures,‎ , p. 17 (lire en ligne)
  31. Denis Pilet, « Yvette Jaggi reste à quai », 24 Heures,‎ , p. 17 (lire en ligne)
  32. Claude Barras, « La Chute : Yvette Jaggi n'ira pas aux États », La Liberté,‎ , p. 40 (lire en ligne)
  33. Chantal Tauxe, « L'Entente retrouve la voie des urnes et marche en rangs serrés sur Berne », 24 Heures,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  34. ATS, « Congrès des femmes socialistes suisses », L'Express,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  35. Eric Hoesli, « Le malaise des Romands », L'Hebdo,‎ , p. 10-12 (lire en ligne)
  36. Yvette Jaggi reçoit les insignes de commandeur de l'Ordre national du Mérite (France), 24 heures, 21 février 2013
  37. Claude Barras, « Le bouquin d'une battante », La Liberté,‎ , p. 5 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]