Working Title Films

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une société de production de cinéma image illustrant une entreprise
Cet article est une ébauche concernant une société de production de cinéma et une entreprise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Working Title Films

Création 1983
Fondateurs Tim Bevan
Sarah Radclyffe
Siège social Drapeau du Royaume-Uni Londres Voir et modifier les données sur Wikidata (Royaume-Uni)
Direction Tim Bevan
Eric Fellner
Actionnaires Universal StudiosVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Production audiovisuelle
Produits Films
Société mère Universal Studios
Filiales WT2 Productions
Working Title Television
Site web www.workingtitlefilms.com

Working Title Films est une société de production de cinéma britannique qui a son siège à Londres. Fondée en 1983, elle devient une filiale de PolyGram Filmed Entertainment en 1991, puis d'Universal Studios depuis 1999.

Historique[modifier | modifier le code]

Alors que l'entreprise finançait jusque là des clips ou des drames confidentiels, la production en 1992-1994 de Quatre mariages et un enterrement change la donne, inventant le succès des comédies romantiques britanniques qui s'enchaînent pendant une décennie. À la différence des comédies hollywoodiennes dominant jusque là le marché en vendant des histoires de contes de fées comme Pretty Woman, ces « romcom made in UK » présentent des personnalités de célibataires dépassés, avec des histoires ordinaires et crédibles. Sorti en 2001, Le Journal de Bridget Jones en représente l'exemple le plus abouti. Par la suite, le genre s'essouffle, distancé par des comédies hollywoodiennes plus crues comme 40 ans, toujours puceau (2005)[1].

Après le dernier succès que représente Love Actually (2003), Working Title Films délaisse en partie la production de comédies romantiques pour se tourner vers des blockbusters (Everest) ou des drames (The Danish Girl). Elle revient à ce genre avec Bridget Jones Baby, en 2016[1].

Prix[modifier | modifier le code]

En février 2004, lors de la 57e cérémonie des British Academy Film Awards, les deux dirigeants de Working Title, Tim Bevan et Eric Fellner, reçoivent le prix de la meilleure contribution au cinéma britannique.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Film de Working Title Films.

Parmi les films produits par Working Title, on peut citer :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Romain Blondeau, « L'usine à love stories », Vanity Fair n°40, octobre 2016, pages 160-162.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]