Vital Kamerhe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vital Kamerhe
Illustration.
Portrait de Vital Kamerhe en 2010
Fonctions
Directeur de cabinet du président de la République démocratique du Congo

(1 an, 3 mois et 16 jours)
Président Félix Tshisekedi Tshilombo
Prédécesseur Néhémie Mwilanyia Wilondja
Successeur Désiré Cashmir Eberande Kolongele
Président de l'Assemblée nationale

(2 ans, 2 mois et 25 jours)
Groupe politique PPRD
Prédécesseur Thomas Luhaka Losendjola
Successeur Christophe Lutundula (intérim)
Évariste Boshab
Président de l'Union pour la nation congolaise
En fonction depuis
(11 ans et 10 mois)
Biographie
Nom de naissance Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi
Surnom « Le Faiseur de Roi »; « Le pacificateur »
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Bukavu (République démocratique du Congo)
Nationalité Congolaise
Parti politique UNC
Père Constantin Kamerhe Kanyiginyi
Mère Alphonsine Nemberwa Mwankingi
Conjoint Hamida Shatur[1]
Enfants 14 dont 1 avec Hamida Shatur
Diplômé de Université de Kinshasa
Profession Économiste
Religion Catholicisme
Résidence Kinshasa
Site web http://vital-kamerhe.com/

Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi, né le à Bukavu, est un économiste et homme d’État de la République démocratique du Congo. Il est directeur de cabinet du président de la république démocratique du Congo Félix Tshisekedi entre le et , succédant ainsi à Néhémie Mwilanyia Wilondja, directeur de cabinet de Joseph Kabila. Il a notamment été Président de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo.

Ancien secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), il devient le directeur de campagne du président Joseph Kabila lors des élections de 2006, avant de tomber en disgrâce en 2009. En , Vital Kamerhe lance son propre parti politique, l'Union pour la nation congolaise (UNC), et se porte candidat à l'élection présidentielle du . Il remporte 7,74 % des suffrages et sa campagne est occultée par le duel entre le président sortant Joseph Kabila et son opposant Étienne Tshisekedi de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Vital Kamerhe a occupé divers postes dans plusieurs cabinets ministériels, dont ceux de Léon Kengo, Mushobekwa Kalimba wa Katana et du général Denis Kalume Numbi. Il est nommé commissaire général adjoint du gouvernement (AFDL) chargé des relations avec la MONUC. Plus tard, il devint titulaire en tant que commissaire général du gouvernement chargé du suivi du processus de paix dans la région des Grands Lacs. Il a occupé ce poste jusqu’à sa nomination comme ministre de la Presse et de l’Information dans le gouvernement de transition en 2003.

Vital Kamerhe est une personnalité marquante et controversée de la période débutant avec la deuxième guerre du Congo, en 1998, et des divers processus de « paix » subséquents ayant établi durablement une guerre de prédation à faible intensité à l'Est du Congo. Le résultat en a été la guerre la plus meurtrière depuis la deuxième guerre mondiale avec plus de 6 millions de victimes[2]. Il comparait le devant le tribunal, accusé de détournement des fonds du programme des 100 jours du chef de l'État Félix Tshisekedi. Il est condamné à 20 ans de prison en 2020[3] avant que le jugement ne soit cassé et qu'il soit acquitté en 2022.

À la fonction de directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, il est remplacé pour une période d’intérim par Désiré Cashmir Eberande Kolongele, directeur de cabinet adjoint aux affaires politiques et juridiques puis définitivement par Guylain Nyembo Nbwizya, auparavant directeur de cabinet adjoint à l’économie et aux finances.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vital Kamerhe est le fils de Constantin Kamerhe Kanyiginyi et d'Alphonsine Nemberwa Mwankingi. Ils sont d'origine shi de Walungu dans la province du Sud-Kivu[4],[5],[6]. Vital Kamerhe est né à Bukavu le dans la province du Kivu.

Vital Kamerhe est marié à Hamida Chatur Kamerhe. Ensemble, ils ont 14 enfants.

Vital Kamerhe est un polyglotte qui maîtrise globalement les quatre langues nationales du Congo : le kikongo, le lingala, le swahili et le tshiluba en plus de certaines langues étrangères[7] l'anglais.

Scolarité[modifier | modifier le code]

Il commence ses études primaires à Bukavu puis à Goma dans la province du Kivu. Il les poursuit au Kasaï-Oriental à Ngandajika où il finira son école primaire. De 1973 à 1975 il fréquente l'Institut Sadisana (ancien collège Saint-François-Xavier) à Kikwit Sacré-Cœur, dans la province du Bandundu[8]. Il est alors en troisième et quatrième scientifique, option Mathématiques-Physique. L'année suivante, la famille déménage à nouveau à Kananga (province du Kasaï-Occidental) pour une année avant de retourner au Kasaï-Oriental cette fois-ci à Mbuji-Mayi. Là, il obtient son diplôme d’État (diplôme de fin d'études secondaires) en 1980 à l'Institut Mulemba.

En 1980, il s'inscrit à l'université de Kinshasa. Il obtient un diplôme de licence en sciences économiques en 1987. Le , Vital Kamerhe défend en anglais sa thèse de doctorat sous le titre "Effects of political rhetoric (Political Discourse) on Economic Growth for Sustainable Development in DRC" à l'Hellenic American University (campus d'Athènes/Grèce)[9]

De 1987 à 1995, il est assistant chargé des cours à la faculté des sciences économiques à l'Université de Kinshasa, sous la supervision du professeur Nyembo. Après 10 ans comme assistant, il fait ses premiers pas en politique au sein de l’Union pour la démocratie et le progrès social en 1984.

Entrée en politique[modifier | modifier le code]

Kamerhe affirme avoir fait ses premiers pas politiques dans l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS ). Plusieurs sources[Lesquelles ?] affirment qu'il avait milité auparavant au Front des jeunes mobutistes (FROJEMO) et aurait joué le rôle d'« informateur » pendant ses études au campus de Kinshasa.[réf. nécessaire] Vital Kamerhe lui-même (lors d'une interview le ) fait remonter le début de son engagement politique à 1981, alors qu'il était à l'université en deuxième année du premier cycle ("graduat"), tout en se défendant de l'avoir été sous la bannière du Mouvement populaire de la Révolution. En 1987, il aurait rencontré le maréchal Mobutu à Nsele, rencontre initiée par le Service d’action et de renseignements militaire, alors qu'en 1983 il avait rejoint les jeunes partisans de l'UDPS d'Étienne Tshisekedi[10].

À la fin de ses études, Vital Kamerhe rejoint les sphères mobutistes d'abord comme coordonnateur de la Cellule d’études de planification de l’Enseignement supérieur et universitaire de 1988 à 1989, puis comme conseiller économique et financier au ministère des Mines et Énergie de 1989 à 1990.

De 1991 à 1992, pas moins de quatre premiers ministres se succèdent. Vital Kamerhe occupe plusieurs postes de manière plus ou moins éphémère. Il devient conseiller au ministère des Mines sous le gouvernement de Jean Nguza Karl-I-Bond en 1992. Toujours en 1992 il devient conseiller financier au ministère des Postes, Téléphones et Télécommunication, tout en assumant la fonction de directeur des études de la Chambre de commerce franco-zaïroise. Durant cette période, d'après les propres dires de Kamerhe[11] il abandonne son postnom (Lwa Kanyiginyi Nkingi) « pour des raisons médiatiques ».

De 1990 à 1995, il assure la fonction de président de la Jeunesse de l'Union sacrée de l'opposition radicale et alliés (JUSORAL)[8]

Pendant cette période, il occupe plusieurs fonctions dans divers cabinets ministériels à un rythme aussi accéléré que lors des successions de gouvernements éphémères de 1991. En 1993 il est directeur du cabinet du ministère de l’Environnement, Tourisme et Conservation de la Nature (le Zaïre a eu deux gouvernements en 1993 : celui de Faustin Birindwa, par l'ordonnance présidentielle du , et le gouvernement Tshisekedi remanié par le décret ministériel du ). En 1994 il devient coordonnateur du Cabinet du Premier ministre Kengo Wa Dondo, dans le septième gouvernement de la transition de Mobutu (ordonnance du ). Enfin, de 1994 à 1995, il est directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire Mushobekwa Kalimba wa Katana au gouvernement remanié de Kengo wa Dondo[8].

Guerres du Congo et émergence politique de Kamerhe[modifier | modifier le code]

A l'issue de la première guerre du Congo en 1997, Laurent-Désiré Kabila arrive au pouvoir avec son mouvement, l'Alliance de forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL). Vital Kamerhe se rallie au nouveau régime.[réf. nécessaire]

En 1997, le président Laurent-Désiré Kabila confie au général Denis Kalume Numbi la tâche de mettre en place le « Service national ». Cette structure paramilitaire rassemble des militaires et des civils, avec pour objectif la production agricole, la formation des jeunes aux métiers et une formation militaire de base. Vital Kamerhe est nommé directeur administratif et financier dans son cabinet.

Au déclenchement de la deuxième guerre du Congo en , Vital Kamerhe fait connaissance de Joseph Kabila, lors de la défense de l'aéroport de Kinshasa.

Peu après, au cours de la conférence de Victoria Falls au Zimbabwe, Laurent-Désiré Kabila remarque Vital Kamerhe. Celui-ci fait partie de la délégation du gouvernement lors des négociations pour l'accord de cessez-le-feu de Lusaka pour la RDC obtenu par le Conseil de Sécurité de l'ONU le 10 juillet 1999 (S/1999/815) alors qu'il est directeur de cabinet adjoint au ministère de la Reconstruction. De retour au pays, au moment de la conclusion de l’accord de siège entre la RDC et l’ONU pour la mise sur pied de la Mission de l'Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (MONUC) au début de l'année 2000, Vital Kamerhe devient le commissaire général adjoint au Commissariat général du gouvernement chargé des affaires de la MONUC pour les questions politiques, logistiques et Finances (2000-2002). Il est l'adjoint du professeur Ntwaremba Onfre (Bandundu), aux côtés de Vangu Mambweni ma Busana (Bas-Congo). Une lutte de leadership au sein de l'équipe dessert l'organisation et annihile l’action de cette structure qui avait pour mission de gérer les relations entre le gouvernement et la MONUC[réf. nécessaire].

Laurent-Désiré Kabila est assassiné et Joseph Kabila accède à la présidence de la République. Le nouveau président amorce alors des démarches pour lancer des négociations avec les adversaires du Congo : le « Dialogue intercongolais ». Vital Kamerhe est nommé commissaire général du Gouvernement chargé du suivi du processus de paix dans la Région des Grands-Lacs, un poste stratégique alors que la deuxième guerre du Congo s'enlise dans une guerre à faible intensité, centrée à l'Est de la République.

Au terme du Dialogue intercongolais, Vital Kamerhe obtient le poste de ministre de la Presse et de l'Information de la Transition de 2003 à 2004[12].

Présidence de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Le à Kinshasa est fondé le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), dont Vital Kamerhe est nommé Secrétaire général le avec comme mission d'organiser la campagne de Joseph Kabila pour le scrutin présidentiel de 2006. Le vendredi , le lendemain de la promulgation de la loi électorale, Vital Kamerhe présente au public un livre, Pourquoi j’ai choisi Joseph Kabila, dans lequel il fait l'apologie de Kabila. Devant le peu de succès que récolte la campagne en faveur de Joseph Kabila dans toute la moitié ouest du pays, Vital Kamerhe mise sur son arrière-pays, le Kivu et la partie swahiliphone de la RDC. Il y établit son propre fief électoral et, à l'issue des élections, est élu haut la main député de la circonscription de Bukavu au Sud-Kivu[réf. nécessaire].

En , il est élu président de l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo [13],[11]. Le , Léon Kengo Wa Dondo (né Léon Lubicz) se présente comme candidat indépendant au poste de président du sénat. Il bat, contre toute attente Léonard She Okitundu, candidat de l'AMP, la coalition majoritaire au pouvoir.

Après quoi, seul le gouvernement cédé à Antoine Gizenga du Parti lumumbiste unifié (Palu) lors de la formation de la coalition dirigeante échappe au clan d'ascendance rwandaise. Par contre ce gouvernement officiel est fortement affaibli par la mise en place, autour de la présidence, d'un gouvernement « parallèle »[14], avec des ministres ayant un pouvoir décisionnel plus élevé que ceux du Gouvernement officiel.

Une opération armée conjointe rwando-congolaise au Nord-Kivu contre les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) était prévue entre le et le . Cette opération secrète du nom de code Umoja Wetu (en) (notre unité) avait été négociée par le président congolais Joseph Kabila et son homologue rwandais, Paul Kagame[15] à partir de l'Ouganda.

Vital Kamerhe exprima publiquement son opposition et critiqua le fait qu’une entrée au Congo de l’ex-armée ennemie n’ait pas été discutée au Parlement. A l'instigation de l'entourage de Joseph Kabila, le , le vice-président de l'Assemblée nationale Christophe Lutundula et la questeur adjointe Brigitte Kalama présentent leur démission au bureau du secrétariat de l'Assemblée nationale. Acculé, Vital Kamerhe démissionne le [16],[14].

Selon un câble diplomatique de l'ambassade américaine daté de la même année, une lutte de pouvoir opposait le président Joseph Kabila et Vital Kamerhe[17]. Le document fait un portrait au vitriol de Vital Kamerhe : « Sa réputation de leader modernisateur, démocrate et honnête ne correspond peut-être pas tout à fait à la réalité... Ses détracteurs l’ont même accusé (accusations que nous ne pouvons corroborer), d'attiser - pour des fins politiques - la flamme du conflit dans les provinces du Nord et Sud-Kivu (…) dans le but d’ affaiblir Kabila. Selon une source, il aurait même acheminé de l'argent au général renégat Laurent Nkunda dans son œuvre de déstabilisation de Kabila[18]. Que ces allégations soient vraies ou non[19], tous les diplomates occidentaux avec qui nous avons parlé s'accordent sur le constat que Kamerhe recourt fréquemment au mensonge pour s'assurer un gain politique.(...) Nos informateurs nous rapportent que son ambition aveugle de devenir un jour président a compromis son jugement... Il est soupçonné d'avoir bloqué des enquêtes sur les allégations de détournement de sommes considérables lors de sa présidence à l'Assemblée nationale »[17].

Élections de 2011[modifier | modifier le code]

Concert pour la candidature de Vital Kamerhe à l'élection présidentielle, en novembre 2011.

Le , Évariste Boshab succède à Vital Kamerhe à la présidence de l'Assemblée nationale. Le , Vital Kamerhe démissionne du PPRD et de l'Assemblée nationale et fonde son parti : l’Union pour la nation congolaise (UNC)[20].

Deux jours plus tard, il retourne dans son fief du Kivu. Pour l'occasion, Vital Kamerhe déclare : « Je suis venu dire à la population de Goma que j’ai menti en 2006 »[21]. En dehors de son fief, une bonne partie de l'opinion publique et de l'opposition politique congolaise en général continuent de le percevoir comme un « faire-valoir » pour le président Kabila, en attendant son tour en 2016. Visiblement réfractaire à l'ouverture de l'espace économique du Congo à la Chine, Kamerhe préconise une nouvelle formule du commerce triangulaire sur l'Atlantique.[réf. nécessaire]

Le , Vital Kamerhe publie ses réflexions aux éditions Larcier[22]. Dans un message destiné à l'Occident, l'économiste plaide que la RDC a un rôle stratégique à jouer.

À l'issue du congrès de son parti tenu à Kinshasa, il est investi comme candidat à l'élection présidentielle du . En outre, 447 candidats de l'UNC briguent les 500 sièges au parlement pour les élections législatives[23]. Le nouveau mode de scrutin pour la présidentielle ne comportant cependant qu'un seul tour, Vital Kamerhe prône l'union de l'opposition contre Joseph Kabila, sans pour autant annoncer son désistement. Le président de l'UDPS, Étienne Tshisekedi, refuse aussi de céder sa place[24].

La campagne électorale de 2011 est entièrement dominée par le duo Joseph Kabila, le président sortant d'un côté, et Étienne Tshisekedi de l'autre côté, occultant les autres candidats.

À l'issue du scrutin, Vital Kamerhe obtient 7,74 % des suffrages exprimés dans l'ensemble du pays. La grande majorité de son électorat reste concentrée au Sud-Kivu (42 %), et dans une moindre mesure au Nord-Kivu voisin (23 %). En outre, le parti réussit à faire élire 16 députés[25].

À l’annonce des résultats provisoires des élections présidentielles le , dans une déclaration à l'AFP[26], Étienne Tshisekedi rejette les résultats de la CENI[27], et se déclare « président élu de la République démocratique du Congo ». Vital Kamerhe rejette également « catégoriquement » ces résultats et reconnait la victoire de Tshisekedi.

Tirant les conséquences de son auto-proclamation comme nouveau président élu de la RDC, le candidat Étienne Tshisekedi refuse de recourir à la Cour suprême pour contester le travail effectué par la CENI et ne modifie en rien son attitude de méfiance envers Vital Kamerhe. Encouragé par ce qui restait de l’opposition congolaise, le candidat Vital Kamerhe introduit une requête en annulation des élections en bonne et due forme auprès de la Cour suprême [28] le lundi , en son nom personnel.

La CENI reconnaitra des irrégularités mais les résultats n’en sont pas pour autant invalidés[29]. La Cour suprême jugera la requête recevable mais non fondée[30] avant de procéder à la proclamation des résultats définitifs donnant Joseph Kabila vainqueur[31].

Les candidats malheureux aux élections tenteront d'orienter la sortie de crise vers la formation d'un énième gouvernement de transition inclusif. Ainsi, lors des consultations pour la formation du nouveau gouvernement en , Vital Kamerhe prônant désormais le dialogue ira rencontrer l’informateur Charles Mwando[32].

Élections de 2018[modifier | modifier le code]

Le , Vital Kamerhe retire sa candidature à l'élection présidentielle de 2018 en République démocratique du Congo, prévue le , en faveur de Félix Tshisekedi, à la suite d'un accord entre les deux hommes selon lequel le premier deviendrait Premier ministre en cas de victoire du second[33], [34]. Dans la nuit du 19 au , Tshisekedi est proclamé élu Président de la République par la Cour constitutionnelle, de manière controversée pour certains[35]. Martin Fayulu s'autoproclame président élu et appelle la communauté internationale à ne pas reconnaître la décision de la Cour[36].

Le , il est finalement nommé directeur de cabinet du Président de la République.

Le , il renonce à son mandat de député[37].

Arrestation, procès, remise en liberté[modifier | modifier le code]

Le , Vital Kamerhe, directeur de cabinet et principal allié politique du Président de la république démocratique du Congo Félix Tshisekedi, est placé en détention provisoire à la prison centrale de Kinshasa. Il est entendu dans le cadre de l'enquête sur les travaux des 100 jours[38].

En , il reste en détention jusqu'à la prochaine audience fixée au , avec une liste des témoins clés qui doivent être entendus dans ce dossier judiciaire très suivi et diffusé par la télévision nationale[39].

Le , le procureur général requiert contre lui 20 ans de travaux forcés pour détournement, 15 ans pour corruption, avec 10 ans d'interdiction de droits de vote et d'inéligibilité. Il demande également que l'accusé rembourse les sommes présumées détournées, ainsi que la saisie des sommes se trouvant dans le compte de Kamerhe, sa femme Amida Chatur et sa belle-fille Soraya Mpiana entre 2019 et 2020.

Les mêmes peines sont requises contre l'homme d'affaires libanais Sammih Jammal, auxquelles le procureur ajoute l'exclusion définitive et l'interdiction d'accès au territoire national[40].

Le , Vital Kamerhe, est condamné à 20 ans de travaux forcés, 10 ans d’inéligibilité et d'interdiction d'accès aux fonctions publiques, pour détournements, corruption aggravée et blanchiment d’argent, par le Tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe. Son co-accusé, l’homme d’affaires Samih Jammal, est condamné aux mêmes peines, avec une mesure d'expulsion à l’issue de leur exécution. Ce tribunal ordonne aussi la confiscation des comptes et propriétés de membres de la famille de Vital Kamerhe[41].

Le , s'ouvre le procès en appel de Vital Kamerhe[42]. Mais tout juste ouvert, le procès en appel est ajourné au pour des raisons de procédure[43] et reste dans l'attente d'une décision de la Cour de cassation[44].

En juin 2021, la cour d'appel de Kinshasa a réduit de 20 ans à 13 ans de prison la peine de Vital Kamerhe[45].

Kamerhe est remis en liberté provisoire le sur décision de la Cour de cassation[46]. Le , il quitte la RDC, avec l'autorisation de la justice, pour la France et pour un mois afin d'y recevoir des soins médicaux[47],[48].

En , la cour de cassation annule la condamnation de Kamerhe. Le dossier pénal retourne désormais devant la cour d'appel de Kinshasa-La Gombe[49]. Kamerhe revient de sa convalescence en France quelques jours après cette annulation[50].

En juin 2022, la cour d'appel de Kinshasa acquitte de Vital Mamerhe dans son procès pour corruption et détournement de fonds[51].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « RDC : ce qu’il faut savoir sur Hamida Chatur, l’épouse de Vital Kamerhe – Jeune Afrique », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. (en) « Counting deaths to save lives », sur Rescue.org.
  3. « RDC : Vital Kamerhe condamné à 20 ans de prison au terme d’un procès sans précédent », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Le Phare, 2007
  5. Christian Science Monitor, 13 décembre 2010
  6. Soudan, Jeune Afrique, 2007
  7. « Invité de l’Entretien de FRANCE 24, Vital Kamerhe »,
  8. a b et c />, un conglomérat noyauté par Mobutu[réf. nécessaire]. Le JUSORAL se présente comme le front anti-Mobutu derrière Étienne Tshisekedi de l'UDPS, bien que Vital Kamerhe évolue à l'aile « modérée » de Léon Kengo wa Dondo, un personnage clef du régime mobutiste mué pour la circonstance en « opposant » au régime.
  9. « RDC : Vital Kamerhe va soutenir sa thèse à Athènes », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  10. « Pourquoi Vital Kamerhe, le président de l'UNC fait-il peur? (video stream 08:01) »,
  11. a et b « CSIS : Congo Event », Vital Kamerhe confirme son nom Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi utilisé à l’université, au CSIS, [00:57:20 à 01:00:57]
  12. « Déballage de Vital Kamerhe par Kikaya Bin Karubi »,
  13. « Vital Kamhere, président de l’Assemblée nationale », sur Radio Okapi,
  14. a et b « Vital Kamerhe démissionne de l'Assemblée nationale du PPRD et crée l'UNC, parti d'opposition », sur Radio Okapi (consulté le )
  15. Cartes sur table les quatre vérités du général james Kabarebe
  16. « Démission du président de l’Assemblée nationale », sur RFI, (consulté le )
  17. a et b Câble du diplomate américain[PDF].
  18. « Kibumba centre. On y voit, de loin, deux drapeaux de l'UNC », sur [1], (consulté le )
  19. « RDC : Vital Kamerhe appelle le gouvernement à négocier avec les mutins », sur Radio Okapi, (consulté le )
  20. « Vital Kamerhe démissionne de l'Assemblée nationale, du PPRD et crée l'UNC, parti d'opposition », sur www.congoplanete.com
  21. « Je suis venu dire à la population de Goma que j’ai menti en 2006 », sur Radio Okapi
  22. « Les Fondements de la Politique transatlantique de la république démocratique du Congo »
  23. « Partis politiques ayant présentés le plus de candidats à la députation nationale », sur Commission électorale nationale indépendante
  24. « RDC : Vital Kamerhe pour un candidat commun de l’opposition à l’élection présidentielle », Afrique, sur RFI, (consulté le )
  25. « Le camp de Kabila obtient la majorité absolue aux législatives selon des résultats provisoires », sur Jeune Afrique, (consulté le )
  26. « RDC: Joseph Kabila déclaré élu, Tshisekedi se proclame président », sur Le Point.fr, (consulté le )
  27. « Commission Electorale Nationale Indépendante », sur Céni.gouv.cd, (consulté le )
  28. « Contestion électorale, la requête de l'Opposition », sur Direct.cd, (consulté le )
  29. « RDC: la CENI répond aux accusations », sur BBC Afrique, (consulté le )
  30. « Requête de Vital Kamerhe », sur Radio Okapi, (consulté le )
  31. « L’Afrique plébiscite Kabila, en dépit des critiques des observateurs », sur Le Soir, (consulté le )
  32. « Kamerhe chez l'informateur Charles Mwando », sur RD Congo Info, (consulté le )
  33. Présidentielle en RDC: Vital Kamerhe se désiste en faveur de Félix Tshisekedi pour le scrutin du 23 décembre RFI
  34. En RDC, Vital Kamerhe se désiste en faveur de Félix Tshisekedi pour la présidentielle
  35. « En RDC, Félix Tshisekedi est proclamé président par la Cour constitutionnelle », sur Le Monde.fr (consulté le )
  36. « RDC : Martin Fayulu s’autoproclame « seul président légitime » du pays – JeuneAfrique.com », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  37. « Non-cumul en RDC: près de 25 députés renoncent à leur mandat - RFI », sur RFI Afrique (consulté le )
  38. « Vital Kamerhe en prison : ce qu’il faut retenir de l’affaire », sur Jeune Afrique (consulté le )
  39. « Vital Kamerhe: sa demande de liberté provisoire rejetée, le procès renvoyé au 3 juin », sur BBC Afrique (consulté le )
  40. « 20 ans de travaux forcés requis contre Vital Kamerhe », sur BBC Afrique, (consulté le )
  41. « Procès anticorruption en RDC: Vital Kamerhe condamné à «20 ans de travaux forcés» », sur RFI, (consulté le )
  42. « Procès des 100 jours en RDC : Vital Kamerhe de retour devant les juges », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  43. « RDC: report du procès en appel de Vital Kamerhe au 7 août 2020 », sur rfi.fr, (consulté le )
  44. « RDC : vers une évacuation sanitaire de Vital Kamerhe ? », sur JeuneAfrique.com, (consulté le )
  45. « RDC : La Cour d’Appel condamne Vital Kamerhe à 13 ans de travaux forcés, Jammal Samih à 6 ans », sur Zoom Eco, (consulté le )
  46. « RDC : Vital Kamerhe remis en liberté provisoire », sur Jeune Afrique, (consulté le )
  47. Stanis Bujakera Tshiamala, « RDC : Vital Kamerhe en France pour un mois », Jeune Afrique,
  48. Patient Ligodi, « RDC: Vital Kamerhe autorisé à se faire soigner à l’étranger », RFI,
  49. Patient Ligodi, « RDC: la Cour de cassation annule la condamnation à 13 ans de prison de Vital Kamerhe », RFI,
  50. Patient Ligodi, « RDC: Vital Kamerhe de retour à Kinshasa après 4 mois d'absence », RFI,
  51. Romain Gras, « RDC : Vital Kamerhe acquitté en appel », Jeune Afrique, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]