Villes saintes de l'Inde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les villes saintes de l'Inde sont liées à l'hindouisme, au jaïnisme, au bouddhisme, à l'Islam ou au sikhisme.

Villes saintes de l'hindouisme[modifier | modifier le code]

Sept villes de l'Inde données dans le Gurana Purana sont considérées comme sacrées pour l'hindouisme. La libération, le moksha pourrait y être atteint plus facilement (elles sont toutes exclusivement végétariennes) :

Il existe encore des villes saintes comme :

Quatre villes accueillent, à trois ans d'intervalle, le grand rassemblement de la Kumbhamela, chacune tous les 12 ans :

Quatre villes forment le pèlerinage le plus sacré, celui des quatre demeures divines (le Char Dham (en)), aux quatre points cardinaux de la carte mythologique de l'Inde :

Villes saintes du jaïnisme[modifier | modifier le code]

Villes saintes du bouddhisme[modifier | modifier le code]

Quatre villes sont considérées comme saintes par les bouddhistes, dont trois en Inde :

La quatrième, Lumbini, lieu de naissance du Bouddha, est au Népal.

Ville sainte de l'Islam[modifier | modifier le code]

Villes symboliques pour les sikhs[modifier | modifier le code]

Les villes qui recèlent les cinq Takhts, les cinq temples majeurs du sikhisme sont considérées comme des places pour ainsi dire saintes; il s'agit de[1]:

En outre, des villes sont importantes pour leur histoire avec le sikhisme comme:

Références[modifier | modifier le code]

  1. A Popular dictionnary of Sikhism de W. Owen Cole et Piara Singh Sambhi, édition Curzon, page 151 (ISBN 0700710485)