Vendeur de rue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Des vendeurs de rue, colporteurs vendant des sacs et des lunettes de soleil dans le centre de Rome.
Des vendeurs de durians avec une voiture à Johor Bahru.
Un vendeur de viande de chèvre à Kaboul.

Un vendeur de rue est un marchand de produits pouvant être facilement transportés ; le terme est à peu près synonyme de celui de colporteur. Dans la plupart des endroits où le terme est utilisé, un vendeur de rue vend des articles peu coûteux, de l'artisanat ou des produits d'alimentation. Qu'ils soient stationnaires ou mobiles, les colporteurs annoncent souvent fort en criant ou en chantant, et plaisantent facilement avec les clients afin d'attirer leur attention et améliorer leurs ventes.

Lorsqu'ils sont accompagnent la vente par une démonstration et/ou une explication détaillée du produit, les colporteurs sont alors plutôt considérés comme démonstrateurs ou pitchman.

Régional[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

Une fille vendant des contenants en plastique pour le transport de l'eau du Gange, à Haridwar. Beaucoup de vendeurs de rue en Asie sont des enfants.

Selon le ministère du logement et de la réduction de la pauvreté, il y a 10 millions de vendeurs de rue en Inde, dont 250 000 à Bombay, 200 000 à Delhi, plus de 150 000 à Calcutta, et plus de 100 000 à Ahmedabad. La plupart d'entre eux sont des immigrants ou des travailleurs licenciés, travaillant en moyenne de 10 à 12 heures par jour, et restant pauvres.

Il existe en Inde des plafonds aux licences commerciales, insuffisant dans la plupart des villes comme à Mumbai, qui ne peut délivrer que 14 000 licences, signifiant que la plupart des vendeurs travaillent illégalement, ce qui les rend également sujets à la corruption et à des extorsions de la police locale et des autorités municipales, en plus du harcèlement, de lourdes amendes et parfois d'expulsion[1],[2].

Au fil du temps, les vendeurs de rue se sont organisés en syndicats et associations, et de nombreuses ONG ont commencé à travailler pour eux. Dans les faits, L'association nationale des vendeurs de rue d'Inde (NASVI), basée à Delhi, est une fédération de 715 organisations de vendeur de rue, de syndicats et d'organisations non gouvernementales[1] ayant pour but d'améliorer les conditions d'exercice et de vie des vendeurs de rue. Calcutta dispose de deux syndicats, à savoir le Bengal Hawkers Association et le Calcutta Hawkers' Men Union. En septembre 2012, la loi sur les vendeurs de rue (Street Vendors (Protection of Livelihood and Regulation of Street Vending) Act) fut introduite par la Lok Sabha, la chambre basse du parlement Indien ; elle vise à fournir la sécurité sociale et des moyens de subsistance, ainsi qu'à reglementer le système de licence[3],[4]. Ce projet de loi fut adopté à la Lok Sabha le 6 septembre 2013, puis par la Rajya Sabha le 19 février 2014[5],[6],[7]. Le projet de loi a reçu la sanction du président de l'Inde le 4 mars 2014[8], mais son entrée en vigueur n'a pas été déterminée.

Autres pays[modifier | modifier le code]

Le Balut est un plat populaire vendus dans la rue aux Philippines, au Laos, au Cambodge et au Vietnam. En Chine et à Hong Kong, les vendeurs de rue vendent souvent des boulettes de poisson, des boulettes de viande, du butzaigo, des châtaignes grillées, et du tofu puant. À Singapour et en Malaisie, ces stands sont tellement populaires que nombre d'entre eux s'installent de façon permanente dans des Hawker center.

À travers l'Asie, les stands sont mis en place avec peu voire pas de contrôle des autorités. En raison des préoccupations sanitaires et de responsabilité civile, cette culture de restauration de rue a été sérieusement mis à l'épreuve par exemple en Indonésie, mais finalement sans grand changement[9]. Hong Kong cependant, les restrictions pour les marchands locataires et ceux propriétaires d'une licence ont mis un frein à l'activité de restauration mobile[10]. Le terme de Jau Gwei (littéralement: fuyant les fantômes) est utilisé pour décrire les vendeurs fuyant les raids de la police locale.

Europe[modifier | modifier le code]

Londres à l'époque victorienne[modifier | modifier le code]

Les costermongers de Londres connurent leur apogée au XIXe siècle. Organisés, ils étaient omniprésents et leurs cris s'entendaient partout[11],[12].

Amérique latine et des Caraïbes[modifier | modifier le code]

Vendedor ambulante chilien

Les vendeurs de rue en Amérique latine sont connus en espagnol et en portugais comme vendedores ambulantes ou simplement comme ambulantes, terme également utilisé en Italie. En Argentine, ils sont connus sous le nom de manteros. Certains de ambulantes s'installent sur un emplacement fixe, tandis que d'autres sont mobiles. Certains vendent leurs marchandises au porte-à-porte[13]. On appelle leurs étals ou charrettes Puestos.

Il y a parfois des conflits entre les commerçants sédentaires et ceux des rues. Les pots-de-vin sont également un problème, car beaucoup de vendeurs de rue opèrent illégalement[14]. Afin d'éviter de harceler les touristes et acheteurs, les ambulantes délimitent leurs territoires et limitent leur nombre. Un de leurs problèmes principaux est le vol de leur marchandises[15].

Argentine[modifier | modifier le code]

Deux enfants Argentin travaillant comme "manteros" sur la calle Florida.

Les vendeurs de rue en Argentine sont connus sous l’appellation de manteros. Ils sont, en grande partie, des immigrés clandestins sans papiers et victimes de la traite d'êtres humains, soumis au travail forcé[16]. Ils vendent des produits variés de façon informelle, dans la plupart des cas placés sur une couverture. Ils travaillent sur les trottoirs des endroits avec un important trafic quotidien, tels que la gare de Once, la gare de Retiro et la calle Florida. Ce commerce représente une concurrence illégale régulière aux magasins de détail[16]. Les boutiques de la rue Avellaneda ont estimé que la présence des manteros leur faisait perdre 200 millions de pesos durant les fêtes de fin d'année[17].

Selon la Confederación Argentina de la Mediana Empresa (CENU), il y avait 463 manteros de travaillant à Once en décembre 2013, soit 16,8% de ceux présents à Buenos Aires. Les ventes quotidiennes des manteros représentent une valeur de 300 millions de pesos à Buenos Aires, dont 52 millions à Once. Un seul mantero peut gagner entre 2 000 et 3 500 pesos en une journée[16]. Les manteros sont parfois aidés par des magasins de détail, qui stockent leurs produits dans la nuit, même s'ils ne sont pas autorisés à travailler comme entrepôts[16].

Le gouvernement de Buenos Aires tente d'éradiquer les manteros avec des descentes de police, en les évacuant des trottoirs et en s'emparant de leurs produits. La police a également fait 35 recherches et saisies réussies d'entrepôts illégaux en janvier 2014. Les manteros, cependant, reviennent le lendemain des raids. Le gouvernement tente d'affaiblir les organisations qui soutiennent les manteros avec des raids constants[16], provocant des manifestations de ceux-ci manteros[18].

Brésil[modifier | modifier le code]

Etal de Camelô à Porto Alegre

Camelô est un nom en portugais du brésil donné aux vendeurs de rue dans les grandes villes brésiliennes.

Les forces de l'ordre entrent souvent en conflit, parfois physique, avec camelôs car ceux-ci vendent des produits de basse qualité (souvent importés d'Asie), ont un usage abusif de l'espace public (blocage des trottoirs gênant la circulation des piétons), et ne payent de taxes comme les détaillants. Leur présence est considérée comme le résultat de l'augmentation alarmante du chômage, bien que leur condition de vie pourrait être qualifiée de "sous-emploi". Beaucoup de gens qui travaillent en tant que camelôs vendent leurs produits en sachant qu'ils sont de faible qualité et pratiquent tout de même des prix élevés.

Le mot est emprunté du français camelot, qui signifie "vendeur de marchandises de mauvaise qualité" ; et le terme marreteiro est aussi parfois utilisé. La différence entre les camelôs et les ambulantes est que camelôs ont un emplacement fixe sur un trottoir, alors que les ambulantes vendent leurs marchandises sur toute une zone.

Caraïbes[modifier | modifier le code]

Dans les Caraïbes, les vendeurs de rue sont communément appelés higglers ou importateurs informels[19]. Ils vendent des articles dans de petits kiosques le long des routes, les stations de transports en commun, et d'autres lieux où les consommateurs veulent acheter des encas, des cigarettes, du crédit téléphonique et d'autres produits à bas prix. Les higglers divisent souvent des produits en grande quantité pour les revendre en petites portions[20].

Cuba[modifier | modifier le code]

Dans la musique cubaine et latino-américaine, un pregón (annonce ou cri du vendeur de rue) est un type de chanson basée sur la vente de rue ("canto de los vendedores de rue")[21].

Guatemala[modifier | modifier le code]

À Antigua, les femmes, dont beaucoup sont d'origine maya (y compris cakchiuel) et ladino, vendent des produits de l'artisanat. Certains vendent des textiles tels des po pas (blouses) et des su pas[15].

Mexique[modifier | modifier le code]

La présence de vendeurs de rue à Mexico date de la période préhispanique, et le gouvernement a du mal à la contrôler. Les vendeurs y sont persistants et ils seraient plusieurs milliers dans la totale illégalité[22]. En 2003, il a été compté qu'il y avait 199 328 les vendeurs de rue dans la Mexico[23].

À Oaxaca, il y a beaucoup de vendeurs de tortilla[13], le terme regatones (du verbe regatear) est utilisé pour ceux qui achètent des produits pour les revendre à profit.

Pérou[modifier | modifier le code]

Au Pérou, les autorités font l'usage de canons à eau pour débarrasser les rues d'Arequipa des ambulantes. Nombreux de ces vendeurs viennent des régions rurales pour vendre leurs productions, y compris des figues de barbarie, des bordados (broderies) et des polleras (jupes brodées)[24].

Amérique Du Nord[modifier | modifier le code]

Dans les grandes villes à travers l'Amérique du Nord, les vendeurs de rue sont appelés street vendors, ils vendent en général de la nourriture comme des bananes frites ou de la barbe à papa et des boissons comme du bubble tee, ainsi que des bijoux, des vêtements, des livres et des peintures.

On trouve aussi des vendeurs spécialisés dans la vente d'articles pour fans sur les lieux de sport ; on les appelle simplement stadium vendor[25],[26].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Street Vendors: Tabled in Parliament’s last session, this Bill could bring security to our urban poor », Mint, Lounge,‎ (lire en ligne) Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « mint12 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  2. (en) « Reclaiming the city for street vendors », The Hindu,‎ (lire en ligne)
  3. (en) « Bill in Lok Sabha to protect rights of street vendors », The Economic Times,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « Govt introduces street vending bill in Lok Sabha », The Times of India,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Street Vendors Bill passed in Rajya Sabha », The Hindu,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Parliament nod to bill to protect rights of urban street vendors », Economic Times,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Street Vendors (Protection of Livelihood and Regulation of Street Vending) Bill, 2012 passed by Lok Sabha », Press Information Bureau,‎ (lire en ligne)
  8. « Gazette Notification », Gazette of India (consulté le 7 mars 2014)
  9. Winarno, F.G. and A. Allain.
  10. Mau, Stephen D. (2006).
  11. Chesney, Kellow 1970.
  12. Mayhew, Henry 1851–1861.
  13. a et b [1] The Peasant Marketing System of Oaxaca, Mexico by Ralph Leon Beals pages 42,
  14. Reconstructing Criminality in Latin America edited by Carlos A. Aguirre, Robert Buffington
  15. a et b Economies and the Transformation of Landscape edited by Lisa Cliggett, Christopher A. Pool
  16. a b c d et e (es) « Manteros, mafias y delitos », La Nación, (consulté le 12 février 2014)
  17. (es) « Flores: la policía metropolitana desalojó a los manteros de Avellaneda con balas de goma », La Nación, (consulté le 12 février 2014)
  18. (es) « Después de los cortes matinales, los manteros volvieron a protestar por la noche », La Nación, (consulté le 12 février 2014)
  19. Jamaica Glossary of Terms erreur modèle {{Lien archive}} : renseignez un paramètre « |titre= »Wayback Machine.
  20. The Economic Journal: A Theory of Petty Trading: The Jamaican Higgler
  21. Giro, Radamés 2007.
  22. "“Toreros”, un mal del Centro Histórico", Más por Más", February 18, 2013
  23. Redes sociales y comercio en vía pública en la Ciudad de México, Norma Gómez Méndez
  24. Gender and the Boundaries of Dress in Contemporary Peru by Blenda Femenías
  25. The Stadium Vendor Hierarchy erreur modèle {{Lien archive}} : renseignez un paramètre « |titre= »Wayback Machine.
  26. « Nine Famous Baseball Stadium Vendors », Mentalfloss.com, (consulté le 18 août 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cities of the World: World Regional Urban Development édité par Stanley D. Brunn, Maureen Hays-Mitchell et Donald J. Zeigler
  • (es) Vendedores ambulantes par Martha Rocío Carantón Carantón, Carolina Motta Manrique, Jenny Zoraida Santoyo Angulo et Alcaldía Mayor
  • (es) Comunicación y trabajadores ambulantes de Félix Lévano EDAPROSPO, 1989
  • (es) Talleristas y vendedores ambulantes en Lima par Martha Lazarte Salina, Desco et Minaya Elizabeth Fernandez, Alternative, 2002