Opuntia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Opuntia est un des principaux genres de la famille des cactus avec près de 250 espèces, appelées oponces, nopales ou figuiers de Barbarie. On en trouve sous presque tous les climats sur le continent américain, ainsi qu'en Europe méditerranéenne. Certains de ces cactus à larges raquettes sont cultivés notamment pour leurs qualités ornementales et surtout pour les figues de Barbarie, fruits du Figuier de Barbarie (Opuntia ficus-indica) et du Figuier d'Inde (Opuntia humifusa), deux cactus originaires du Amérique du nord. Ces oponces ont également des propriétés médicinales ou servent de support pour obtenir le carmin de cochenille, un colorant naturel d'un rouge profond.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Le botaniste Philip Miller a attribué le nom d’Opuntia, francisé en oponce[1], à une plante précédemment appelée «figuier d'Inde» par référence à la ville grecque ancienne d'Oponte, capitale de la Locride. Par coïncidence, le nom de cette ville pourrait venir d'opos, le suc du figuier.

Les Opuntia sont parfois appelés cactus raquettes en raison de la forme de leurs cladodes. Ou encore dans leurs régions d'origine nopal ou nopales[2]. Certains sont aussi appelés figuier de Barbarie[3]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les espèces du genre Opuntia poussent avec des articles plats en forme de raquettes appelés cladodes. Ces plantes portent de grandes et fortes épines assurant un rôle défensif, mais aussi des petites épines minces comme des cheveux appelées glochides. Ces petites épines barbées se détachent facilement et s'attachent dans la peau en l'irritant. Elles recouvrent aussi les fruits.

C'est Charles Darwin qui le premier a noté les capacités thigmotactiles des anthères. Cela veut dire que quand elles sont touchées par un insecte, elles se courbent pour déposer leur pollen.

Les genres Lophophora et Obregonia ont les mêmes capacités.

Certaines espèces d'Opuntia donnent des fruits comestibles, notamment Opuntia ficus-indica qui donne des figues de Barbarie[2],[4].

Classification[modifier | modifier le code]

On recense près de 250 espèces[5].

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Airampoa Alberto Vojtech Fric
  • Cactodendron Bigelow
  • Cactus Lem.
  • Chaffeyopuntia Alberto Vojtech Fric & Ernst Schelle
  • Clavarioidia Kreuz.
  • Ficindica St.-Lag.
  • Nopalea Salm-Dyck
  • Parviopuntia Soulaire & Marn.-Lap.)
  • Phyllarthus Neck. ex M.Gómez
  • Pseudotephrocactus Alberto Vojtech Fric
  • Salmiopuntia Alberto Vojtech Fric
  • Subulatopuntia Alberto Vojtech Fric & Ernst Schelle
  • Tunas Joël Lunell
  • Weberiopuntia Alberto Vojtech Fric

Genres séparés d'Opuntia[modifier | modifier le code]

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Une Opuntia devant un Cylindropuntia fulgida
Opuntia robusta en fleurs

Selon BioLib (7 février 2021)[6] :

Écologie[modifier | modifier le code]

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

En Europe, on retrouve les Opuntias dans la zone du climat méditerranéen dans les pays bordant la mer Méditerranée.

Du nord au sud du continent américain, des oponces poussent sous presque tous les climats,  :

On trouve Opuntia fragilis en Colombie Britannique à 56° 17’ de latitude N et 120° 39’ de longitude[7] et dans l'Alberta. À l'opposé, Opuntia darwinii est présent en Patagonie près du détroit de Magellan.

Opuntia elata croît dans la Pampa et le Chaco au sud du Brésil, en Uruguay, Paraguay et au nord de l'Argentine.

Interactions écologiques[modifier | modifier le code]

La pyrale du cactus (Cactoblastis cactorum), originaire d'Amérique du Sud, utilisée pour réguler certaines populations de cactus, devenue elle-même invasive dans certaines contrées.

Les fruits de l'opuntia sont consommés par des oiseaux qui assurent ainsi la dissémination des graines.

Dactylopius coccus est un parasite des Opuntia dont il consomme la sève. Cet insecte, originaire des régions tropicales et subtropicales d'Amérique du Sud et du Mexique, produit de l'acide carminique qui repousse les autres insectes. Ses œufs écrasés donnent un colorant naturel rouge, le carmin de cochenille, pour lequel on cultive surtout Opuntia ficus-indica.

Les opuntias peuvent se développer et s'étendre sur de grandes surfaces, les rendant impropres à la culture, notamment quand ils sont introduits dans de nouvelles régions où ils n'ont pas de prédateurs. Ce sont donc des hémérochores facilement problématiques.

Le figuier de Barbarie (Opuntia ficus-indica) et le Figuier d'Inde (Opuntia humifusa) sont deux cactus originaires d'Amérique du nord. Ces plantes se sont notamment naturalisées tout autour de la Méditerranée, dans la vallée du Rhône, dans l'ensemble de l'Afrique ainsi qu'en Australie, avec un potentiel envahissant quand elles entrent en compétition avec la végétation locale.

Cela a été le cas lors d'une introduction au XIXe siècle en Australie pour constituer des haies naturelles et développer l'élevage des cochenilles. Mais elle est devenue envahissante et comme elle n'est pas comestible par les herbivores, elle a rendu 40 000 km2 de terres agricoles improductives.

Le papillon Cactoblastis cactorum d'Amérique du Sud, dont les chenilles mangent les opuntias, a été introduite en 1925 et a permis de contrôler les opuntias. Cette démarche est parfois citée comme exemple de maîtrise écologique d'une espèce[8]. Cependant, dans certaines régions du monde, comme aux États-Unis, elle s'est attaquée à d'autres espèces de cactus, causant des dommages, et est devenue elle-même invasive[9].

Propriétés[modifier | modifier le code]

La plupart des espèces d'Opuntias contiennent de nombreux alcaloïdes, et notamment 3-méthoxytyramine, candicine, hordénine, N-méthyltyramine, tyramine[réf. nécessaire].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Ornementation[modifier | modifier le code]

Alimentation[modifier | modifier le code]

Figues de Barbarie en vente sur le marché de Zacatecas, au Mexique.

Les fruits, figues de Barbarie, doivent être soigneusement pelés avant d'être consommés à cause de leurs glochides irritants.

On a maintenant obtenu par croisement des espèces dépourvues de glochides.

Les figues de Barbarie sont aussi utilisées pour fabriquer des bonbons, de la confiture et des boissons. Sous le nom de ficurinnia, ils sont un composant de la cuisine sicilienne[10].

Opuntia littoralis a été introduit en Europe et se développe sur les rivages de la Méditerranée. Notamment au Portugal sous le nom de tabaibo, en Espagne sous les noms de chumbo ou higo chumbo (= "figue chumbo"), en Grèce sous les noms de frangosyka (= "figues françaises") or pavlosyka (= "figues de Paul"), à Chypre sous le nom de baboutsosyka (= "figues chaussons"), à Malte pour fabriquer la liqueur Bajtra.

Sur l'île de Sainte-Hélène, les opuntias sont cultivés sous le nom de tungi et utilisés pour fabriquer une liqueur appelée Bajtra[11].

Les jeunes tiges, appelées nopals, sont souvent comestibles et utilisées dans la cuisine mexicaine.

Production de colorant[modifier | modifier le code]

Exploitation traditionnelle des cochenilles dans des nids zapotèques sur O. ficus-indica, à Oaxaca.

La cochenille Dactylopius coccus est un insecte originaire des régions tropicales et subtropicales d'Amérique du Sud et du Mexique. C'est un parasite des Opuntia dont il consomme la sève. Il produit de l'acide carminique qui repousse les autres insectes. L'écrasement des insectes ou des œufs permet de récupérer cet acide carminique et de fabriquer un colorant naturel d'un rouge intense et profond, le carmin de cochenille. Il est utilisé comme colorant alimentaire E120 et pour les produits cosmétiques.

C'était autrefois le second produit d'exportation en valeur d'Amérique Centrale et du Sud, après l'argent[12]. Cette matière était cotée dans les bourses de Londres et Amsterdam. Après avoir décliné, cette culture se maintient en raison du caractère naturel du colorant.

Autres[modifier | modifier le code]

Le jus d'Opuntia est parfois ajouté à la liqueur hallucinogène Ayahuasca[réf. nécessaire].

Horticulture[modifier | modifier le code]

La culture de la plupart des espèces d'opuntias est très facile, à partir du moment où elles disposent d'un emplacement ensoleillé et d'un sol bien drainé. Elles ont même tendance à devenir envahissantes et nécessitent des rempotages fréquents (tous les deux ans) en éliminant une partie des racines et des cladodes.

Pour fleurir, une période de repos hivernal (au moins un mois à moins de 15 °C et pas d'arrosage) leur est indispensable.

Certaines espèces supportent très bien les climats froids à condition d'être protégées des pluies hivernales : Opuntia fragilis, Opuntia humifusa, Opuntia polyacantha, Opuntia macrorhiza, et Opuntia phaeacantha en particulier.

Les opuntia se bouturent très facilement en sectionnant un segment dont il faut laisser sécher le cal avant de le mettre en terre. La bouture peut d'ailleurs supporter quelques mois sans terre, ni eau. Ceci contribue à augmenter leur potentiel envahissant[13].

Par exemple, en France, les espèces subspontanées, c'est-à-dire qui se sont dispersée dans la nature depuis un exemplaire cultivé, sont le Figuier d'Inde (Opuntia humifusa), le Figuier de Barbarie (Opuntia ficus-indica) et l'Oponce stricte (Opuntia stricta)[réf. souhaitée].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Exemples d'autres espèces introduites en France : Opuntia crassa Haw., Opuntia elatior Mill., Opuntia microdasys (Lehm.) Lehm. ex Pfeiff., Opuntia monacantha Haw. et Opuntia tuna Mill.

Aspects culturels[modifier | modifier le code]

On trouve les opuntias sur les dessins de l'ancienne civilisation aztèque tels que le codex Mendoza au XIVe siècle.

À la suite d'une prophétie inspirée par le dieu Huitzilopochtli, une partie du peuple aztèque, nomade à cette époque, entraînée par des prêtres transportant des effigies sacrées, partit à la recherche d'un lieu où ils verraient un aigle perché sur un cactus dévorant un serpent. À l'endroit de cette rencontre, ils fondèrent leur capitale Tenochtitlan, dont le nom signifie « lieu du cactus sacré » (aujourd'hui Mexico).

En 1822, le général Iturbide attribua l'emblème de la cité aux armoiries du Mexique : un aigle perché sur un nopal (nom local d'Opuntia), dévorant un serpent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « oponce » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. a et b Antoine Besse, « Nopal », sur Futura-Sciences, (consulté le ).
  3. Meyer C., ed. sc., 2015, Dictionnaire des Sciences Animales. [lire en ligne]. Montpellier, France, Cirad.
  4. Juliette Heuzebroc, « Les cactus au secours de la planète », sur National Geographic, (consulté le ).
  5. Jon P. Rebman, Ph.D., "What has happened to Opuntia?" San Diego Natural History Museum
  6. BioLib, consulté le 7 février 2021
  7. Cota-Sánchez (2002)
  8. J. H. Hoffmanna, V. C. Morana and D. A. Zellerb, "Evaluation of Cactoblastis cactorum (Lepidoptera: Phycitidae) as a Biological Control Agent of Opuntia stricta (Cactaceae) in the Kruger National Park, South Africa"
  9. (en) Upane - www.upane.it, « GISD », sur www.iucngisd.org (consulté le )
  10. "Indian fig"
  11. Bajtra (Site officiel de la liqueur Bajtra)
  12. Jeff Behan (1995), L'insecte qui a changé l'histoire, Boatman's Quarterly Rreview 8(2). HTML fulltext
  13. Opuntia spp., Fiche du Conservatoire d'espaces naturels de Nouvelle-Calédonie, avril 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bases taxinomiques[modifier | modifier le code]

Autres liens externes[modifier | modifier le code]