Tramway vicinal de Poix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tramways vicinaux de Poix)

Tramway vicinal de Poix
Image illustrative de l’article Tramway vicinal de Poix

Image illustrative de l’article Tramway vicinal de Poix
, autorail sur la ligne Poix - Saint-Hubert au terminus de Saint-Hubert.

Situation Drapeau de la Belgique Poix-Saint-Hubert
Type Tramway
Entrée en service
Fin de service voyageurs
fret
Longueur additionnée des lignes 84,944 km
Écartement des rails 1 000 mm
Lignes du réseau 4
Réseaux connexes Chemins de fer vicinaux de la province de Luxembourg

Le tramway vicinal de Poix aussi appelé réseau ou groupe de Poix est un ancien réseau de tramway vicinal du groupe du Luxembourg de la Société nationale des chemins de fer vicinaux (SNCV). Exploité du au pour le service voyageurs et jusqu'en pour le fret, le groupe s'est progressivement constitué autour de la gare de Poix et des villes de Saint-Hubert et Bouillon, formant un vaste réseau de quatre lignes, connecté au réseau ferroviaire aux gares de Poix-Saint-Hubert sur la ligne 162 et de Paliseul sur la ligne 166.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières lignes[modifier | modifier le code]

Fragment d'un billet SNCV pour un trajet aller-retour sur la ligne Poix-Paliseul (premier quart du XXe siècle).

Pour diverses raisons (recherche du parcours le plus simple à réaliser et à exploiter, méfiance locale à l’égard du chemin de fer à vapeur…), la ligne de chemin de fer de Bruxelles à Luxembourg, concédée au groupe anglais Glossmann & consorts et mise en service à voie unique de 1854 à 1859, laissait de côté plusieurs agglomérations, dont Saint-Hubert.

Le besoin de liaisons entre centres anciens et nouvelles artères de communication contribua à la création en 1884 de la Société nationale des chemins de fer vicinaux et, dès 1886, la première ligne wallonne reliait la gare de Poix à Saint-Hubert[1].

La constitution du réseau[modifier | modifier le code]

Plan des lignes au
Légende
Infrastructure
Dépôt, installation technique ou voyageurs (stations, gares).
Légende carte emprise site indépendant.svg
Emprise en site indépendant.
Légende carte voie de service.svg
Voie de service ou de fret.
Lignes
Légende carte ligne SNCV.svg
Ligne de la SNCV.
15(18) Ligne (service partiel, prolongé ou variante)

Lignes en service au  :

Les indices sont à titre indicatif[note 1].

Suppression[modifier | modifier le code]

Date inconnue, autobus Leyland Olympic sur la ligne Bouillon - Paliseul remplaçant la ligne de tramway au dépôt de Bouillon.

Les lignes sont progressivement supprimées entre et .

Lignes[modifier | modifier le code]

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Dépôts et stations[modifier | modifier le code]

  • D : dépôt ;
  • S : station ;
  • Sf : si la station sert de gare frontalière ;
  • Sp : si la station est établie dans un bâtiment privé le plus souvent un café ou plus rarement une habitation privée.
Illustration Nom Type Commune Province Localisation État Remarques
Autorail ligne Paliseul - Pussemange Bouillon Gare.jpg
Bouillon DS Bouillon Luxembourg 49° 47′ 27″ N, 5° 04′ 06″ E Hors service, en partie démoli.
CORBION La Gare et les deux trams belge et français.jpg
Corbion DSf Corbion Luxembourg 49° 47′ 43″ N, 5° 00′ 30″ E Démolie.
Maissin D Maissin Luxembourg 49° 57′ 48″ N, 5° 10′ 58″ E Hors service.
Paliseul-buurtspoorweg 2.jpg
Paliseul S Paliseul Luxembourg 49° 53′ 43″ N, 5° 07′ 05″ E Hors service.
Pussemange La Gare.jpg
Pussemange DSf Pussemange Namur 49° 48′ 37″ N, 4° 52′ 15″ E Hors service. La gare et le dépôt sont distants de quelque 200 mètres du fait de la morphologie du terrain.
Autorail ligne Poix - Saint-Hubert Saint-Hubert Gare.jpg
Saint-Hubert DS Saint-Hubert Luxembourg 50° 01′ 36″ N, 5° 22′ 00″ E Démoli.

Le dépôt de Maissin[modifier | modifier le code]

Le dépôt de Maisson est situé sur la ligne Poix - Paliseul et sert pour cette ligne, laquelle est éloignée des deux autres dépôts du groupe, le dépôt de Saint-Hubert pour la ligne Poix - Saint-Hubert et le dépôt de Bouillon pour les lignes Bouillon - Corbion et Bouillon - Paliseul.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Légende[modifier | modifier le code]

Nombre / Numéros : utilisé (dans la série totale)

En service : date (province d'origine s'il y a lieu*)

* A Anvers, B Brabant, FOc Flandre-Occidentale, FOr Flandre-Orientale, H Hainaut, Lb Limbourg, Lg Liège, Lx Luxembourg, N Namur.

Automotrices thermiques[modifier | modifier le code]

Modèle / Type Nombre Numéros En service Hors service Remarques
Série 42-61 44 Autorail tracteur.
Série 42-61 47 1933-06 neuf d'abord AR puis ? Autorail tracteur ?
Série 42-61 51 AR
Série 42-61 61 1933-09 neuf (démoli ) ART. Utilisé pour le démontage des voies du groupe. Ce travail terminé, abandonné et détruit à Noirefontaine[2].
Série 62-71 62
Série 62-71 64
Autorail prototype 115 1 115 (FOr)
Série 128-152 129
Série 128-152 131 AR
Série 128-152 132
Série 128-152 135 Autorail tracteur. Utilisé pour le démontage des lignes[3].
Série 128-152 138
Série 128-152 147
Série 128-152 149
Série 128-152 151
Série 209-233 215-217
Série 209-233 222
Série 259-282 260
Série 284-288 1 (5) 284 (284-288) (Lb)
Série 297-300 1 (4) 298 (297-300) (Lx) (démoli)

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

Modèle / Type Nombre Numéros En service Hors service Remarques
Type 3 17 1886 1929 utilisée à Saint-Hubert
Type 3 18 1886 1934 utilisée à Saint-Hubert; partie vers Melreux - Laroche
23
Type 3 119 1890 1928 utilisée à Saint-Hubert
Type 4 243 1898 (B) 1935 utilisée à Saint-Hubert; ex Bruxelles - Ninove
Type 4 311 1902 1953 utilisée à Saint-Hubert
Type 4 434 1902 (Lg) 1951 utilisée à Saint-Hubert; ex Liège - Fouron et Liège - Tongres
Type 7 482 1907 (Lg) 1953 utilisée à Saint-Hubert; ex Liège - Fouron et Courrière - Ben Ahin
Type 4 490 1909 (FO) 1936 (FOr) utilisée à Saint-Hubert; ex Herzele - Merelbeke, partie vers Marche - Martelange
Type 4 500
Type 4 505 1909 1935 utilisée à Saint-Hubert; puis Bouillon - Corbion
Type 4 553 1909 (Lg) 1935 utilisée à Saint-Hubert; ex Maaseik - Molenbeersel
Type 7 568 1909 1955 (Lx) utilisée à Saint-Hubert; partie vers Comblain - Melreux et Bouillon - Pussemange
Type 4 605 1911 Dommage de guerre utilisée à Saint-Hubert; réquisitionnée en 1916, non retrouvée en 1922
Type 7 631 1911 1954 (Lx) utilisée à Saint-Hubert; partie vers Comblain - Melreux et Marche - Martelange
Type 18 789 1915 1953 (Lx) utilisée à Saint-Hubert; partie vers Marche - Martelange
Type 18 1036 1919 1952

Remorques[modifier | modifier le code]

Modèle / Type Nombre Numéros En service Hors service Remarques
A 1751
A 2047

Exploitation[modifier | modifier le code]

Exploitants[modifier | modifier le code]

Tout comme pour de nombreuses autres lignes, la SNCV confie l'exploitation du transport tant des voyageurs que du fret à un exploitant (on parle d'affermage, l'exploitant étant le fermier)

Les deux premières lignes du réseau, à l'origine isolées l'une de l'autre (Poix - Saint-Hubert et Bouillon - Paliseul) sont affermées à deux exploitants différents: la SA pour l'Exploitation de Tramways dans le Luxembourg Belge (TLB) pour la ligne de Poix à Saint-Hubert à partir de et la SA pour l'Exploitation des Chemins de Fer Régionaux en Belgique (CFRB) pour la ligne de Bouillon à Paliseul à partir de .

Entre 1899 et 1900, la ligne Bouillon - Paliseul est brièvement exploitée par la SA des Chemins de Fer Provinciaux (CFP).

Ces exploitants vont laisser la place à un exploitant unique, la société Renkin de Marloie (Renkin), en pour la ligne de Bouillon à Paliseul et en pour Poix - Saint-Hubert. En [4], cette société laisse la place à la SA du Chemin de fer vicinal de Saint-Hubert - Bouillon et Extensions (HB) qui elle-même va laisser sa place à la SNCV qui reprend en mains propres l'exploitation du réseau.

déjà évoqué

Service fret[modifier | modifier le code]

Parallèlement au service voyageurs, la SNCV en interne ou via ses fermiers exploite des services de fret divers (allant des matières premières à la desserte des industries), ces services vont survivre brièvement au transport de voyageurs.

Capitaux[modifier | modifier le code]

Les lignes du réseau de Poix-Saint-Hubert dépendent de 4 capitaux SNCV :

  • n°5 « Poix - Saint-Hubert - Freux »;
  • n°34 « Paliseul - Bouillon »;
  • n°93 « Poix - Paliseul »;
  • n°135 « Bouillon - Corbion - Pussemange ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ils correspondent au numéro de tableau horaire de chaque ligne en 1931, ces lignes pour la plupart à traction autonome n'utilisaient pas à cette date ou n'ont jamais utilisé d'indice de ligne.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Réseaux ferrés de la province de Luxembourg (limites antérieures au 1er janvier 1977) et des zones limitrophes. État au 15 mai 1935.

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Horaires des trains du 15 mai au 5 octobre 1935 inclus (fac-similé), PFT-TSP, , 184 p., p. 126-127
  • Christiane Cappiau, Images et Nostalgie entre Amberloup et Pussemange, Mondorf-les-Bains, Rail Memories, s.d., 112 p. (ISBN 2-9599861-2-1)
  • (fr + nl) Stefan Justens, Les trams vicinaux en Ardenne [« Trams in de Ardennen »], Zaventem, Uitgeverij Ostendis, , 146 p. (ISBN 90-77049-02-9), p. 47-65
  • (en) W. J. K. Davies, 100 years of the Belgian Vicinal SNCV/NMVB 1885-1985 : a century of secondary rail transport in Belgium, London, Light Rail Transit Association, (ISBN 0900433973)
  • (en) W. J. K. Davies, The Vicinal story : light railways in Belgium 1885-1991, Scarborough, Light Rail Transit Association, (ISBN 0948106328)

Articles[modifier | modifier le code]

  • André Dagant, « Le temps du rail à Saint-Hubert. À toute vapeur », Saint-Hubert d'Ardenne, Cahiers d'Histoire, Saint-Hubert, Saint-Hubert d'Ardenne asbl, vol. II,‎ , p. 223-258 (ISSN 0775-0188)
  • André Dagant, « Le temps du rail à Saint-Hubert. Au chant des Sherman », Saint-Hubert d'Ardenne, Cahiers d'Histoire, Saint-Hubert, Saint-Hubert d'Ardenne asbl, vol. III,‎ , p. 119-154 (ISSN 0775-0188)
  • Benoît Strepenne, « De Poix à Saint-Hubert en tramway à vapeur », Saint-Hubert d'Ardenne, Bulletin semestriel, Saint-Hubert, Saint-Hubert d'Ardenne asbl, vol. 8,‎ , p. 17-32 (ISSN 2593-7170)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dagant 1978, p. 224.
  2. Photographié à Noirefontaine par Frits van Dam le 28 avril 1963, abandonné sur quelques mètres de rails.
  3. Photographié à Libin par Philippe Carlier (date inconnue).
  4. Archives de l'Administration provinciale du Luxembourg. Transports vicinaux. Archives de l’État à Arlon - AEA 030/2 - 118.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]