Gare de Poix-Saint-Hubert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Poix-Saint-Hubert
Image illustrative de l’article Gare de Poix-Saint-Hubert
Ancien bâtiment voyageurs, vu depuis l'accès à l'ancienne cour aux marchandises.
Localisation
Pays Belgique
Commune Saint-Hubert
Hameau Poix-Saint-Hubert
Adresse Route de Smuid
6870 Saint-Hubert
Coordonnées géographiques 50° 01′ 10″ nord, 5° 17′ 33″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire Infrabel
Exploitant SNCB
Code UIC 88652271
Services Omnibus (L)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) 162, Namur à Sterpenich
Voies 2
Quais 2
Altitude 322,13 m
Historique
Mise en service
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Poix-Saint-Hubert
Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg
(Voir situation sur carte : Province de Luxembourg)
Poix-Saint-Hubert

La gare de Poix-Saint-Hubert est une gare ferroviaire belge de la ligne 162 de Namur à Sterpenich (frontière luxembourgeoise). Elle est située au hameau de Poix-Saint-Hubert, à environ 6 kilomètres à l’ouest de la ville de Saint-Hubert, dans la province de Luxembourg en région wallonne.

Elle est mise en service en 1858 par la Grande compagnie du Luxembourg.

C'est une halte voyageurs de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) desservie par des trains Omnibus (L) et Heure de pointe (P).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 322 mètres d'altitude, la gare de Poix-Saint-Hubert est située au point kilométrique (PK) 76,20 de la ligne 162, de Namur à Sterpenich (frontière du Luxembourg), entre les gares ouvertes de Grupont et de Libramont[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ligne de Namur à la frontière du Luxembourg est mise en service par sections en 1858 par la Grande compagnie du Luxembourg qui inaugure la section de Grupont à Arlon, comprenant la station de Poix-Saint-Hubert, le [2].

La construction par l'État d’une nouvelle route de Saint-Hubert à Libin par la station de Poix est décidée dès [3]. La section de Saint-Hubert à Poix (5,7 km) est réalisée en 1859, pour un coût total de 144.998 fr. En ce qui concerne le tronçon de Poix à Libin (5,5 km), les travaux sont entrepris en 1859 et se poursuivent en 1860, pour un montant de 46.615 fr[4].

En 1863, la « station de Poix » est la neuvième de la ligne, une nouvelle route mène à Saint-Hubert, petite ville de 2 407 habitants située à 8 kilomètres (distance donnée par le guide)[5].

En 1886, la Société nationale des chemins de fer vicinaux (SNCV) crée les Tramways vicinaux de Poix, un réseau de quatre lignes à voie métrique permettant des correspondances en gare de Poix. Les lignes ferment entre 1954 et 1962.

En 2008, la gare a le statut de point d'arrêt non gardé (PANG), sa fréquentation moyenne est de 83 montées du lundi au dimanche, dont 31 pendant le week-end. Elle dispose d'installations sommaires en mauvais état : les quais sont glissants, avec des dalles cassées ou couvertes de mousses ; les abris de quai sont l'un en bois (récent, quai 1) et l'autre en blocs de béton (plus ancien, quai 2)[6].

Description[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de la gare[modifier | modifier le code]

Le style et les dimensions de la première gare de 1858 ne sont pas connus.

Vers le milieu des années 1890, un nouveau bâtiment plus grand est construit par l’Administration des chemins de fer de l’État belge. Cette gare, qui respecte les directives alors pratiquées pour la construction des gares, est proche de deux autres gares érigées à la même période à Grupont et Longlier-Neufchâteau mais elles présentaient plusieurs différences avec cependant des points communs importants[7] :

  • Un corps central à étage de trois travées presque carré sous toiture à croupes ;
  • Une aile basse sous toiture à croupe ou sous bâtière servant de salle d’attente ;
  • Une aile de service à toit plat muni d’une cour intérieure ;
  • Des décorations identiques sur le corps central avec un une frise de céramiques, un fronton cintré, une crête métallique au sommet ;
  • Aucun percement aux murs transversaux.

À Poix-Saint-Hubert, la gare est construite en pierre d’Ardenne avec des bandeaux décoratifs de pierre plus claire et est munie d’arcs bombés à chaque étage[7]. Les percements du rez-de-chaussée sont surmontés de larmiers épais en brique rappelant ceux des cinq gares de la famille de celle de Leignon ainsi que l’ancien bâtiment de la gare de Marbehan.

L’aile basse est longue de dix travées côté voies (initialement sept[8]) et est recouverte d’une toiture sous simple bâtière. Il est possible que sa longueur initiale fut inférieure à sept travées[7].

Une halle à marchandises en briques fut construite du côté de l’aile à toit plat. À une date inconnue, cette aile fut coiffée d’une toiture sous bâtière[8].

L’écart entre les arcs et la corniche est également inférieur à celui des autres gares et de ce fait, il n’y a pas de frise sur cette aile, en outre, la corniche de cette aile est une corniche à denticules alors que les corniches du reste du bâtiment, lisses, sont identiques à celles des deux autres gares de cette famille[8].

La différence d’exécution entre l’aile basse et le reste du bâtiment ainsi que la présence de motifs employés sur des gares plus anciennes de cette ligne pourrait s’expliquer par une construction en deux étapes de la gare : l’aile basse serait alors plus ancienne que le reste du bâtiment et aurait un temps exercé les fonctions de gare[réf. nécessaire].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Halte SNCB, c'est un point d'arrêt non géré (PANG) à accès libre. Elle est équipée d'un automate pour l'achat de titres de transport[9].

Le passage en sécurité d'un quai à l'autre se fait en empruntant le passage à niveau de la N808.

Desserte[modifier | modifier le code]

Poix-Saint-Hubert est desservie par des trains omnibus (L) et d'heure de pointe (P) de la SNCB, qui effectuent des missions sur la ligne 162[10].

La desserte régulière comprend chaque jour un train L toutes les deux heures entre Marloie et Libramont.

En semaine, cette desserte est renforcée par un train P de Rochefort-Jemelle à Libramont et un train P de Namur à Luxembourg via Marbehan et Arlon, le matin (le matin) ainsi qu'un aller-retour de trains P entre Ciney et Libramont, l'après-midi.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parking pour les véhicules y est aménagé[9].

La gare est desservie par les lignes TEC 5 (Poix - Saint-Hubert), 5/5 (Saint-Hubert - Maissin - Framont) et 806 (Poix - Paliseul)[11].

Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

Ancien bâtiment voyageurs, avec, de gauche à droite sur la photo "côté route de Smuid" ci-après, un buffet (1 porte et 1 fenêtre), une salle d'attente avec aubette à journaux (1 fenêtre, 1 porte, 1 fenêtre), les guichets et autres locaux de travail (2 fenêtres), l'entrée du personnel (1 porte, transformée en fenêtre), le bureau de poste (1 porte), l'habitation du chef de gare (partie avec étage), les sanitaires (extrémité droite, sans étage). Ancienne halle à marchandises en briques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte technique du réseau », sur Infrabel, (consulté le ).
  2. « Ligne 162 : Namur - Frontière luxembourgeoise : Historique », sur belrail.be (consulté le ).
  3. Arrêté royal du 20 juillet 1858, Moniteur belge, no 207 du lundi 26 juillet 1858.
  4. Extrait du rapport décennal sur la situation administrative de la Belgique (1851-1860), Bruxelles, 1863
  5. Augustin Joseph Du Pays, Itinéraire descriptif, historique, artistique et industriel de la Belgique (Guide), Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, coll. « Collection des Guides-Joanne », , 432 p. (lire en ligne), Route 73, « Continuation de la route de Namur à Arlon », p. 317.
  6. Association des Clients des Transports Publics (ACTP), Ligne 162 Namur-Arlon : Enquête - avril à novembre 2008, , 114 p. (lire en ligne), p. 96-97.
  7. a b et c Hugo De Bot, Architecture des gares en Belgique, tome I : 1835 - 1914, Turnhout, Brepols, , p. 89-91.
  8. a b et c « Les gares belges d'autrefois. La gare de Poix. Guy Demeulder. », sur www.garesbelges.be (consulté le ).
  9. a et b « Poix-Saint-Hubert », sur belgianrail.be (consulté le ).
  10. « Brochures de ligne », sur belgiantrain.be, (consulté le ).
  11. « Me déplacer - InfoTEC », sur www.infotec.be (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Rochefort-Jemelle
(ou Haversin
Grupont L Libramont Libramont
Ciney
ou Rochefort-Jemelle
Grupont P
(en semaine)
Libramont Libramont
Namur Grupont P
(en semaine)
Libramont Luxembourg