Tourny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tourny (homonymie).
Tourny
Mairie de Tourny
Mairie de Tourny
Blason de Tourny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Canton Les Andelys
Intercommunalité Seine Normandie Agglomération
Code postal 27510
Code commune 27653
Démographie
Population 938 hab. (2013)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 11′ 06″ nord, 1° 32′ 48″ est
Altitude Min. 106 m – Max. 159 m
Superficie 11,95 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Vexin-sur-Epte
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Tourny

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Tourny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Tourny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Tourny

Tourny est une ancienne commune française, située dans le département de l'Eure en région Normandie (anc. Haute-Normandie), devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Vexin-sur-Epte[1]. Ses habitants se nomment les Tornaciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté dès l'époque carolingienne sous la forme Torniaco en 884 (diplôme de Carloman, cité par Marcel Baudot), puis Torneium en 1145 et Tornayum en 1181 (formes françaises latinisées)[2].

Il s'agit du type toponymique gallo-roman fréquent *TORNIACU, issu d'un plus ancien gaulois *Torn(i)ako(n), basé sur le suffixe de localisation *-ako(n) et précédé d'un élément torn / turn selon François de Beaurepaire[3]. Il aurait le sens de « colline » (gaulois turno- « hauteur » [?], cf. breton torn-aot « hauteur du rivage », « falaise »)[4],[5],[6]. La racine *turn- « hauteur » serait préceltique pour Jean Loicq[7], celtique pour Xavier Delamarre[8]. Il s'agit d'une formation toponymique analogue aux Tournai, Tornac, etc. référencés par Albert Dauzat et Charles Rostaing[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Tourny existait avant la conquête romaine : sur son territoire, on a trouvé de nombreuses pièces de monnaie à l’effigie des Empereurs romains du Ier siècle.

La butte des Boquets fut utilisée par les Romains comme moyen de communication par signaux avec celle de Nézé qui les reliait à leur camp retranché de Vernonnet. Ils déboisèrent de larges brèches dans la forêt et construisirent la route de Rouen à Meulant par Tourny (chemin des Andelys).

Au IXe siècle, les Normands installèrent un campement à l’endroit où se trouve Tourny.

Plus tard, Rollon, leur chef, se convertit à la foi chrétienne et beaucoup de ses hommes le suivirent. Ce fut à cette époque et par leurs soins que s’est construite en 950 la première église de Tourny et d’après certains documents, on sait que Rollon possédait Tourny, Coupigny et autres lieux en faveur de l’Abbaye Saint Ouen de Rouen. Son petit-fils Richard approuva cette dotation.

Dès 1187, on sait par une bulle de l’abbaye de Thiron (Eure-et-Loir) que l’église de Tourny était dédiée à la Vierge Marie. En 1249, Tourny est érigé en doyenné dont dépendent 44 paroisses.

La date de construction de l’église actuelle se situe vers 1558.

Des travaux de terrassements effectués au milieu du siècle dernier, lors de la rectification de la rue Aval et de la désaffection de l’ancien cimetière ont décelé la présence de fondations ayant appartenu à l'église primitive, dans un sens qui n'a rien de commun avec le plan de l'église actuelle. Les fondations s'avançaient jusqu'à la route actuelle et dépassaient même de quelques mètres la bordure actuelle. Cependant le clocher annonce le XIIe ou le XIIIe siècle.

Il y a donc lieu de croire que l'église primitive fut détruite par l'incendie en même temps que le château en 1099 et qu'elle fut rebâtie sur un autre plan dans le courant du siècle suivant. Enfin elle fut en grande partie reconstruite sur ce deuxième emplacement pendant la Renaissance.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Tourny.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi : de gueules à la barre d’argent chargée de trois merlettes d’azur posées à plomb, accompagnée en chef d’une aigle d’or et en pointe d’un léopard du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1812   Louis Belhomme    
1815 1817 Cartier    
1876   Drevet    
1883   Viconte    
  mars 1977 Jacques Durand   Agriculteur-distillateur
mars 1977 mars 1983 Jean Dewas   Journaliste
mars 1983 mars 2001 Jean Durand   Agriculteur
mars 2001 mars 2014 Daniel Foucher   Notaire
mars 2014 en cours Thomas Durand DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 938 habitants, en augmentation de 3,19 % par rapport à 2008 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 079 902 1 062 1 002 1 001 994 955 940 900
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
817 803 866 835 835 765 781 796 774
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
721 692 694 604 590 607 562 639 636
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2013
678 677 677 695 739 898 945 895 938
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame
  • Église Notre-Dame, classée Monument Historique par arrêté du 20 mars 1912[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs de l'Eure, voir page 23 » (consulté le 27 octobre 2015)
  2. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154), p. 200
  3. Ibidem
  4. A. Vincent, Les noms de lieux de la Belgique, Bruxelles,
  5. Jules Herbillon, Les noms des communes de Wallonie, Bruxelles, Crédit communal, coll. « Histoire » (no 70),
  6. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions errance 2003, p. 303–304.
  7. « Avant le latin, la Gaule Belgique », dans Daniel Blampain et al. (dir.), Le Français en Belgique, Duculot, Bruxelles, 1997, p. 11.
  8. Op. cité.
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 672b
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  14. Notice no PA00099590, base Mérimée, ministère français de la Culture

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :