Thaims

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thaims
L'église romane de Thaims.
L'église romane de Thaims.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Saintes
Canton Saintonge Estuaire
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Gémozac et de la Saintonge Viticole
Maire
Mandat
Robert Moulineau
2014-2020
Code postal 17120
Code commune 17442
Démographie
Gentilé Thaimois
Population
municipale
389 hab. (2014en augmentation de 13.08 % par rapport à 2009)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 23″ nord, 0° 47′ 06″ ouest
Altitude Min. 13 m – Max. 31 m
Superficie 8,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Thaims

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Thaims

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Thaims

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Thaims

Thaims est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Thaimois et les Thaimoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Thaims se situe dans le centre du département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest aux contours plus flous.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Thaims
Meursac
Grézac Thaims Montpellier-de-Médillan
Saint-André-de-Lidon

Histoire[modifier | modifier le code]

Thaims est pendant des siècles un important lieu de passage, en raison de son gué sur la Seudre, qu'empruntaient à l'époque gallo-romaine les voyageurs venant de Saintes et se dirigeant vers Barzan - Le Fâ. C'est également au Moyen Âge une halte pour les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle.[réf. nécessaire]

On évoque aussi le nom romain de Tamis [réf. nécessaire].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Thaims.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2010 Jacky Allirot    
2010 en cours Robert Moulineau   Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Région[modifier | modifier le code]

À la suite de la réforme administrative de 2014 ramenant le nombre de régions de France métropolitaine de 22 à 13, la commune appartient depuis le à la région Nouvelle-Aquitaine, dont la capitale est Bordeaux. De 1972 au , elle a appartenu à la région Poitou-Charentes, dont le chef-lieu était Poitiers.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 389 habitants, en augmentation de 13,08 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
225 470 420 424 466 464 425 438 416
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
432 425 440 395 396 425 406 346 338
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
348 316 307 287 293 309 309 318 344
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
329 311 256 229 232 239 334 378 389
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre de Thaims[modifier | modifier le code]

L'église de Thaims.
Pilettes hypocaustes des thermes de la villa, sous l'église.
Article détaillé : Église Saint-Pierre de Thaims.

L'église[7] est édifiée sur l'emplacement d'une villa gallo-romaine, d'où proviennent sans doute une plaque de calcaire représentant la déesse Epona, et un bas-relief de marbre blanc où l'on reconnaîtra le pressoir de Bacchus.
Une partie du mur qui porte le clocher réutilise un mur de la villa. Le reste de l'église a ensuite été réalisé en plusieurs campagnes, s'échelonnant du XIe au XIIIe siècle. Le plan est celui d'une église romane classique : nef à deux travées, transept voûté à berceau brisé.

Le chevet de l'église s'est effondré en 1916, et fut reconstruit au cours du XXe siècle.

L'église a été classé monument historique le [8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Église Saint-Pierre », notice no PA00105282, base Mérimée, ministère français de la Culture : Église Saint-Pierre
  8. Notice no PA00105282, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Eygun avec le concours de Jean Dupont, Saintonge romane, pp. 101-104, Éditions Zodiaque (collection « la nuit des temps » n°33), La Pierre-qui-Vire, 1970 (ISBN 978-2736901578)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]