Temple protestant de Montigny-lès-Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Temple protestant
de Montigny-lès-Metz
Image illustrative de l'article Temple protestant de Montigny-lès-Metz
Présentation
Culte Réformé
Type Église
Rattachement Église protestante réformée d'Alsace et de Lorraine
Début de la construction 1892
Fin des travaux 1894
Style dominant néogothique
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Montigny-lès-Metz
Coordonnées 49° 06′ 11″ nord, 6° 09′ 41″ est

Géolocalisation sur la carte : Metz

(Voir situation sur carte : Metz)
Temple protestantde Montigny-lès-Metz

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Temple protestantde Montigny-lès-Metz

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Temple protestantde Montigny-lès-Metz

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Temple protestantde Montigny-lès-Metz

Le temple protestant de Montigny-lès-Metz[1] est un édifice de culte, situé à l’angle de la rue de Pont-à-Mousson et de la rue des Loges, dans l’agglomération messine.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Pendant l’annexion, Metz se transforme sous l’action des autorités allemandes qui décident de faire de son urbanisme une vitrine de l’empire wilhelmien. L’éclectisme architectural se traduit par l’apparition de nombreux édifices de style néoroman tels la poste centrale, le temple neuf ou une nouvelle gare ferroviaire ; de style néogothique tels le portail de la cathédrale et le temple de garnison, ou encore de style néo-Renaissance tel le palais du Gouverneur.

Construction et aménagements[modifier | modifier le code]

En 1886, un comité se forme autour du projet de construction d'un temple. Le projet est confié à l'architecte Ph. Reb[2]. Les financement étant insuffisants, il faut attendre 1892, pour que la première pierre de l'édifice soit posée[2]. L'inauguration a lieu en 1894[3] à l’époque wilhelmienne. Comme le temple de Garnison de 1875, l’édifice est construit dans un style néo-gothique. L’église est construite en pierre de Jaumont, la pierre locale, et non en grès comme les édifices publics de l’époque. Le clocher, haut de cinquante mètres, est remarquable. L’ensemble, qui repose sur la tour-clocher centrale, est harmonieux. Au chevet, deux tourelles se logent entre le chœur et les croisillons du transept, une disposition évoquant les églises ottoniennes[2]. À l'intérieur, la nef est bien éclairée par des fenêtres à deux ou quatre lancettes, surmontées d'oculi. La voûte sur croisées d'ogives, repose sur des colonnettes engagées, à chapiteaux sculptés de motifs végétaux. Les tribunes prennent place au revers de la façade et dans les croisillons du transept. La tribune d'orgues, installée dans le chœur, est fermée par une balustrade de pierre finement ajourée[2].

Les quatre évangélistes dont les symboles sont peints sous la tribune rappellent la prééminence de la Parole. L’immense crucifix placé sur le mur du fond provient du temple de Garnison. L’orgue a été construit en 1987.

Affectations successives[modifier | modifier le code]

Le temple servait à la fois pour les militaires et les civils. Cette paroisse faisait partie du consistoire réformé et accueillait beaucoup de luthériens venus des régions voisines pour travailler au chemin de fer. Aujourd’hui, l’édifice est toujours utilisé pour le culte réformé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Appelé parfois temple de Montigny-Sablon car la commune du Sablon n’avait pas d’édifice de culte réformé.
  2. a, b, c et d Marie Antoinette Kuhn : Les temples protestant de Metz, Ars-sur-Moselle et Courcelles-Chaussy : architecture et mobiliers, Les cahiers lorrains, 1995, (pp. 207-208).
  3. Marcel Grosdidier de Matons, Nouveau guide de Metz, Metz, 1936, p. 69.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Antoinette Kuhn : Les temples protestant de Metz, Ars-sur-Moselle et Courcelles-Chaussy: architecture et mobiliers, Les cahiers lorrains, 1995, pp. 203-217 (en ligne).