Palais du Gouverneur de Metz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palais du Gouverneur.
Palais du Gouverneur de Metz
General-Kommando
Palais du Gouveneur.jpg
Le Palais du Gouverneur le 1ᵉʳ juin 2017.
Présentation
Type
Destination initiale
Palais du gouverneur militaire du XVIe corps d’armée allemand
Style
Architecte
Ferdinand Schönhals (conception)
Max Stolterforth (réalisation)
Construction
1902-1905
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Rue de la CitadelleVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Metz
voir sur la carte de Metz
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Moselle
voir sur la carte de Moselle
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lorraine
voir sur la carte de Lorraine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le palais du Gouverneur, appelé autrefois General-Kommando, est une résidence édifiée à Metz, entre 1902 et 1905, pour servir de pied-à-terre à l’empereur Guillaume II. Il est situé square Giraud au sud-ouest du quartier de Metz-Centre, mais reste historiquement lié au quartier impérial plus à l’est. Il est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1975[1].

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Depuis la Révolution et la conversion du palais du Gouverneur en palais de Justice, le gouverneur ne disposait plus d’un palais digne de ce nom. À la suite de la création à Metz du XVIe corps d’armée, en 1890, Guillaume II décide d’y construire une résidence de fonction pour le commandant de cette unité, le général Stroetzer. Le choix de son emplacement, sur des terrains militaires, bénéficie des projets d’agrandissement de la ville[2]. Baptisé à l’origine « hôtel du général commandant le XVIe corps d’armée », le palais du Gouverneur est symboliquement bâti sur l’emplacement de l’ancienne citadelle de 1552.

Construction et aménagements[modifier | modifier le code]

Das neue Generalkommando. Absteige-Quartier des Kaisers, carte postale datée du 31 juillet 1917.

Les plans de l’architecte berlinois Ferdinand Schönhals[3], responsable de la section des Bâtiments du ministère de la Guerre à Berlin, sont confiés en 1902 à l’architecte Max Stolterforth[1]. Sur le chantier, l'inspecteur militaire Borowski supervise les travaux, confiés à l’entrepreneur Mungenast[1]. L’emplacement choisi pour la construction se trouve à l’intérieur des anciens remparts romains et médiévaux à proximité du magasin aux Vivres de la Citadelle. En 1902, au moment des travaux de fondation, plusieurs monuments romains sont mis au jour sur le site[4].

La construction en pierre de Jaumont est de style néo-Renaissance rhénane[5],[3] et présente un plan en « V » évasé. Schönhals conçoit l’édifice comme un château de la Renaissance dans le style de l’Allemagne du nord. Les travaux de construction, confiée à l’architecte Stotteforth, durent trois ans et se terminent en 1905.

Le palais compte 31 pièces habitables et 70 espaces annexes, dont des tourelles, 400 lampes et 5 pignons à degrés orientés de 5 façons différentes. Les appartements réservés à l’Empereur se trouvaient au premier étage. La façade arrière comporte une loggia et une véranda. Les ornements mêlent les références aux styles gothique et Renaissance[6].

L’inauguration de l’hôtel du Général commandant le XVIe corps d’armée a lieu le 19 janvier 1905 en présence du général Stroetzer. L’empereur Guillaume II s’y rendra à plusieurs reprises à partir de mai 1905.

Affectations successives[modifier | modifier le code]

Palais du commandant du XVIe corps (c.1900)

Après la Première Guerre mondiale, la France reprend possession de l’Alsace et de la Moselle. Le général de Maud’huy, nouveau gouverneur de Metz, s'installe au palais en 1919. L’« Hôtel du Général commandant le XVIe corps d’armée » devient « Hôtel du Général commandant supérieur des troupes en Lorraine[1] », puis « palais du Gouverneur » en 1922 avec le général de Lardemelle. Les vitraux aux armes impériales sont remplacés en 1925 par le maître-verrier Michel Thiria[3]. Pendant la seconde annexion, le palais du Gouverneur retrouve sa fonction première de Kommandantur. Ses souterrains sont alors utilisés comme abris anti-aériens, mais aussi poste de commandement durant la bataille de Metz[7].

Aujourd’hui, l’édifice accueille le commandant de la région militaire Nord-Est. L’état-major interarmées de la zone de défense Est est implanté à Metz et localisé avec l’état-major de la région terre Nord-Est. Ce siège gouverne une zone comprenant le Nord-Pas de Calais, la Picardie, la Lorraine, Champagne-Ardenne, l’Alsace, la Bourgogne et la Franche-Comté et les forces basées en Allemagne.

Ses façades et ses toitures sont protégées par un arrêté du 15 janvier 1975. L’édifice a été restauré en 1994-1995[1]. Dans le parc, se trouvent toujours les vestiges du rempart romain et les immenses salles souterraines de la tour d’Enfer, laquelle formait un angle du rempart médiéval.

Annexes[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

Intérieur[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Legall, Le palais du gouverneur, témoin de l’histoire de Metz, Impact, Longwy, 1989, 122 p.
  • Niels Wilcken, Metz et Guillaume II, l’architecture publique à Metz au temps de l’empire allemand (1871-1918), Éditions Serpenoise, Metz, 2007, (ISBN 978-2-87692-648-6).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Palais du Gouverneur, Metz, Moselle sur culture.gouv.fr.
  2. Journées européennes du patrimoine 19 et 20 septembre 2009 — 2. Le palais du Gouverneur, dans Metz Magazine, hors série no 3, 2009, p. 4.
  3. a b et c Christiane Pignon-Feller : Metz impérial, Serge Domini Editeur, Vaux, 2011 (p.44)
  4. Miroir du temps de Metz — Cliché d’Émile Prillot des découvertes archéologiques faites en 1902 à l’emplacement de l’ancienne citadelle et actuel palais du gouverneur.
  5. Niels Wilcken, Metz et Guillaume II : l’architecture publique à Metz au temps de l’empire allemand (1871-1918), Serpenoise, [détail de l’édition]
  6. Brochure du programme Constellation, « En attendant l’ouverture du Centre Pompidou-Metz », 136 p., Palais du Gouverneur, p. 93.
  7. René Caboz, La bataille de Metz, Sarreguemines, 1984, pp. 112–119.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à l’architecture : MériméeVoir et modifier les données sur Wikidata